Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

La mort annonce-t-elle un recommencement ?

+5
Silentio
Liber
Thrasymaque
toniov
Collegienmv
9 participants

descriptionLa mort annonce-t-elle un recommencement ? - Page 3 EmptyRe: La mort annonce-t-elle un recommencement ?

more_horiz
Si, certainement, je crois d'ailleurs que la philosophie comme apprentissage de la mort nous mène à nous soucier de ce que nous faisons de notre vie.

descriptionLa mort annonce-t-elle un recommencement ? - Page 3 EmptyRe: La mort annonce-t-elle un recommencement ?

more_horiz
Pour ma part je pense qu'il existe un avant et un après la mort.
Pour savoir si on y contribue, c'est-à-dire si on est toujours "là" dans cet "avant" ou cet "après" il faudrait comprendre ce qu'est le "moi"...
Je pars de ce raisonnement logique :
"Avant" moi, s'il n'y avait rien, ce rien ne m'a pas empêché d'être ici, aujourd'hui, donc "après" moi, s'il n'y a plus rien, cet "après" est comme un "avant" et  donc je peux très bien me retrouver de nouveau présent, "quelque part".

De fait je crois davantage à cette hypothèse qu'à l'hypothèse du "plus rien définitif".

descriptionLa mort annonce-t-elle un recommencement ? - Page 3 EmptyRe: La mort annonce-t-elle un recommencement ?

more_horiz
jean ghislain a écrit:
Parler de la mort comme d'un lieu au-delà de ce que nous vivons résulte pour moi d'un refus de prendre conscience que l'on meurt, nous aussi, puisque c'est placer l'espoir de vivre encore et toujours. Cette conscience de la mort, dirais-je plutôt de la finitude de la vie, ne semble pas donné à tous. Certes, "on" sait bien que l'on va mourir, mais "on" ne veut pas y croire, peut-être par amour de la vie ? Il y a aussi le cas plus triste de ceux qui ne veulent pas mourir (c-à-d vivre au-delà) car ils veulent une autre chance de vivre enfin heureux dans un lieu auquel ils croient, ce qui les réconforte de leur présent misérable. A-t-on alors le droit de leur enlever ce beau rêve ?
Beau rêve ou pas, il se trouve qu'il faut être vivant pour faire "l'expérience" de la mort (des autres). C'est du sein même de la vie qu'on fait cette expérience de l'inconnu. En conséquence de quoi on ne saurait "accuser" les personnes qui se projettent dans la mort de le faire. Les "accuser" d'une conscience défaillante, c'est leur demander de mourir et de n'en faire l'expérience qu'une fois mortes ! Or une fois mort, on ne peut pas plus faire l'expérience de la mort que de son vivant, puisqu'on est mort et qu'on ne peut pas revenir à la vie pour renseigner ceux qui nous suivrons... Être dans le vrai, soit, pas au point d'être inconséquent.

descriptionLa mort annonce-t-elle un recommencement ? - Page 3 EmptyRe: La mort annonce-t-elle un recommencement ?

more_horiz
La vérité de la mort se trouve dans la mort elle-même. Prétendre qu'il y a des opinions fausses sur la mort c'est prétendre avoir accès à cette vérité. C'est donc être soi-même mort parmi les vivants. :lol:

descriptionLa mort annonce-t-elle un recommencement ? - Page 3 EmptyRe: La mort annonce-t-elle un recommencement ?

more_horiz
jean ghislain a écrit:
Parler de la mort comme d'un lieu au-delà de ce que nous vivons résulte pour moi d'un refus de prendre conscience que l'on meurt, nous aussi, puisque c'est placer l'espoir de vivre encore et toujours. Cette conscience de la mort, dirais-je plutôt de la finitude de la vie, ne semble pas donné à tous. Certes, "on" sait bien que l'on va mourir, mais "on" ne veut pas y croire, peut-être par amour de la vie ? Il y a aussi le cas plus triste de ceux qui ne veulent pas mourir (c-à-d vivre au-delà) car ils veulent une autre chance de vivre enfin heureux dans un lieu auquel ils croient, ce qui les réconforte de leur présent misérable. A-t-on alors le droit de leur enlever ce beau rêve ?

Il est fait allusion ici au paradis. Mais la vie que nous vivons ici n'est pas paradisiaque. Or, si le néant était avant cette vie, nous voilà tout de même vivants. Ne serait-ce pas  qu'il existe une multitude de vies, imparfaites, telles que celle que nous vivons actuellement ?... Maintenant si on pense : une autre vie sera vécue par un autre vivant et non par "moi", dans ce cas, qu'est-ce que le "moi" ? "Qui" y a-t-il dans le "moi" qui soit véritablement à moi ? Les autres ?...
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum