Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Nietzsche et la biologie

4 participants

descriptionNietzsche et la biologie - Page 7 EmptyRe: Nietzsche et la biologie

more_horiz
Pour en terminer de mon côté sur les affirmations excessives de Nietzsche, que Richter rappelle au chapitre V, je vous lis attentivement et j'essaie d'être particulièrement perméable à vos raisonnements. Mais... attaquer le christianisme comme il l'a fait, c'était très pertinent ; sa critique de la morale, de la vérité, du scientisme, chapeau bas ; ridiculiser l'État et son contraire anarchique, c'était nécessaire et très bien vu ; ses sismographies prophétiques, son sens d'éducateur/émancipateur vous marquent à jamais, ses coups de gueule salutaires vous permettent de garder une sorte de vivacité mentale. Mais, mais, mais, lorsque la limite est franchie, personnellement, je ne regarde ni du côté de la lecture éso ou exotérique, ni du côté de mon éventuelle surdité : je condamne, et, si j'ose dire... je le lui dis bien en face, comme il aurait aimé que cela lui soit signifié. Je ne sais pas s'il a eu à essuyer un duel, l'époque était un peu passée... Mais compte tenu de la description que Liber donne de Nietzsche en société, il devait sans doute s'abstenir de telles provocations publiques. :D

descriptionNietzsche et la biologie - Page 7 EmptyRe: Nietzsche et la biologie

more_horiz
Claire Richter, Nietzsche et les théories biologiques contemporaines, chapitre VI : La sélection sexuelle.

Le biologiste eut l'eau à la bouche à la lecture du titre de ce 6ème chapitre. Et puis... rien. Je suis au regret de vous rendre compte de mon incapacité à dénicher quoi que ce soit d'intéressant d'un point de vue philosophique et encore moins d'un point de vue biologique dans ce chapitre, dont 99% du texte est consacré à la "théorie du mariage" chez Nietzsche que chacun, ici, connaît déjà. Naturellement, le mariage moderne et son libre choix est pour Nietzsche une hérésie, il est une des entraves principales au progrès humain et à l'incapacité d'engendrer une humanité supérieure. Nietzsche fait sourire Brandes et obtient comme souvent son approbation sur ce thème dans leur correspondance ; on y apprend l'influence de Gobineau sur les bienfaits d'un peu de métissage (mais point trop n'en faut non plus : on aura soin de choisir un partenaire d'un autre peuple, mais pas trop éloigné, c'est essentiel dans la recette Nietzsche et la biologie - Page 7 1172257174 ).

Enfin, Nietzsche est favorable à ce que les hommes les plus nobles et les femmes les plus distinguées aient la possibilité d'avoir des enfants de plusieurs partenaires. Il faut rappeler que Platon avait développé une idée similaire dans la République.

Pour les puristes : Richter réussit à rappeler que Nietzsche ne croit pas à la théorie sexuelle darwinienne du mâle partout dominant (le plus beau, le plus fort...) et pourtant !

Donc, en résumé, un chapitre très bien fait pour ceux qui rechercheraient une synthèse exhaustive de la position de Nietzsche à l'égard du mariage et de l'engendrement, mais c'est bien tout. Chacun son bonheur.

Dernière édition par friedrich crap le Jeu 11 Aoû 2011 - 21:35, édité 1 fois

descriptionNietzsche et la biologie - Page 7 EmptyRe: Nietzsche et la biologie

more_horiz
friedrich crap a écrit:
Mais, mais, mais, lorsque la limite est franchie, personnellement, je ne regarde ni du côté de la lecture éso ou exotérique, ni du côté de mon éventuelle surdité : je condamne, et, si j'ose dire... je le lui dis bien en face
C'est tout le problème de votre démarche. D'abord, vous décidez d'on ne sait quel surplomb de juger un auteur. Ensuite, et par conséquent, vous oubliez une chose : Nietzsche n'est pas un critique, ce n'est pas un commentateur du monde qui lui était contemporain. Ce que vous faites, on peut le faire avec bien des commentateurs ou des critiques justement, mais pas avec un philosophe ; sauf, je le répète, à respecter la règle du jeu que je vous ai rappelée un peu plus haut. C'est à vous et à vous seul qu'incombe la tâche de vous demander d'abord pourquoi Nietzsche tenait des propos bien plus engageants que la plupart des autres, au lieu de vous demander si ce qu'il dit est vrai ou faux. A ce compte-là, tous les philosophes sont d'emblée disqualifiés. Vous ne saurez jamais ce qu'il a dit, si votre question n'est jamais : qu'a-t-il voulu dire ? Cela s'applique aussi aux autres philosophes. Ainsi seulement vous pouvez espérer l'entendre lui, et pas entendre ce que vous lui faites dire ou voudriez lui faire dire.

A vous d'en tirer les conséquences adéquates. Jeune, il vous a semblé trouver en Nietzsche une sorte de prédicateur, la Voix de votre révolte intérieure ou de tout ce que vous voudrez d'autre et qui vous paraît désormais bien loin. Dès lors, visez mieux. C'est à votre première lecture de Nietzsche, voire à votre jeunesse, que vous devez vous en prendre, pas à celui qui n'en fut que l'occasion manifestement manquée.

descriptionNietzsche et la biologie - Page 7 EmptyRe: Nietzsche et la biologie

more_horiz
Non pas Euterpe. J'entends ce qu'il a voulu dire.

Nietzsche place l'humanité en face d'elle-même et lui pose la question : "Humanité, que veux-tu ? Le sais-tu seulement et désires-tu le savoir ? Regarde-toi ! Regarde ce que tu es devenue ! Toujours à la merci de tes tourments, de tes faiblesses congénitales, de l'aveuglement dans lequel IL t'a plongée. Veux-tu m'écouter et entendre comment tu en es arrivée là ?" Et Nietzsche raconte l'humanité, et il a absolument raison si l'on choisit sa route, effrayante, inouïe, "pour tous et pour personne". "Voulez-vous me suivre ? Pouvez-vous seulement me suivre ? Êtes-vous prêts à lâcher et vos remords, et votre bonne conscience, et votre pitié, et votre quotidien de misère, et vos amitiés mesquines, et vos fausses valeurs ? Savez-vous seulement ce que veulent dire aimer, punir, obéir, commander ?" "Là où je vous emmène, règne la loi du mal et de la souffrance, celle du triomphateur de toutes choses".

Détrompez-vous Euterpe, je me pose toujours la question face à un philosophe : qu'a-t-il voulu dire ? mais lorsque je ne trouve rien d'autre que ce que manifestement il a pu vouloir dire, je me tourne vers d'autres amoureux de la philosophie et je leur demande : "est-ce que vous comprenez bien comme moi ?" C'est bien l'un des intérêts d'un forum philosophique ? Me trompé-je ?

descriptionNietzsche et la biologie - Page 7 EmptyRe: Nietzsche et la biologie

more_horiz
friedrich crap a écrit:
J'entends ce qu'il a voulu dire.
Le dire c'est décider de ne plus rien entendre, de se boucher les oreilles.

friedrich crap a écrit:
lorsque je ne trouve rien d'autre que ce que manifestement il a pu vouloir dire
On ne cherche que ce qu'on a trouvé, et comme on ne trouve que ce qu'on a cherché, on tourne bien vite en rond. Supposez qu'un martien débarque chez vous et qu'il s'adresse à vous dans une langue que vous n'avez jamais entendue, à propos de choses que vous n'avez jamais vécues. A vous d'imaginer tout ce que cela implique et signifie.

friedrich crap a écrit:
je me tourne vers d'autres amoureux de la philosophie et je leur demande : "est-ce que vous comprenez bien comme moi ?" C'est bien l'un des intérêts d'un forum philosophique ? Me trompé-je ?
Nulle part vous ne vous y prenez de cette manière. Vous n'invoquez jamais la délibération autrement que pour vous défendre sans satisfaire à ce qui vous est demandé, pour le reste vous ne délibérez jamais. Vous ne pratiquez que le "oui... mais non !" Ce monologue est lassant.
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum