Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Y a-t-il une culture jeune ?

+4
kind of blue
Vangelis
JimmyB
Zingaro
8 participants

descriptionY a-t-il une culture jeune ?  - Page 5 EmptyRe: Y a-t-il une culture jeune ?

more_horiz
Je vais essayer de répondre à la question : "existe-t-il une culture jeune ?" (le principe d'une culture qui est train d'émerger me semble assez obscur, puisque nous émergerions alors depuis 50 ans).

Déjà, il me semble utile de définir précisément ce qu'est la culture : La culture est l'ensemble des connaissances, des savoir-faire, des traditions, des coutumes, propres à un groupe humain, à une civilisation. Elle se transmet socialement, de génération en génération et non par l'héritage génétique, et conditionne en grande partie les comportements individuels.

La culture englobe de très larges aspects de la vie en société : techniques utilisées, mœurs, morale, modes de vie, systèmes de valeurs, croyances, rites religieux, organisation de la famille et des communautés villageoises, habillement…

A partir de ce moment là, on pourrait facilement imaginer une culture correspondant à la jeunesse : les arts nouveaux (rock, rap, métal, etc., sont un pilier culturel chez nombre de jeunes), le mode de vie, les systèmes de valeurs légèrement différents du reste de la société, etc.
Cependant on arrive là à un problème : à ne reconnaître QU'UNE seule culture, on en reviendrait à dire qu'il n'existe qu'un seul type de jeunes. Cette hypothèse est incontestablement fausse puisque "les jeunes" réunissent de nombreux styles artistiques, de nombreuses mœurs, etc.
Je ne parlerai donc pas ici d'UNE culture jeune mais DES cultures jeunes.
Mais reformulons alors la question : y a-t-il des cultures jeunes ? Trois points me permettraient d'affirmer la création (depuis un certain laps de temps) de ces cultures :
1-  La volonté des jeunes à former un groupe particulier avec son propre mode de vie, sa pensée, et ses normes et valeurs.
2- La volonté de la société à homologuer les jeunes autour d'un socle culturel "jeunesse". En clair, le fait que la société considère une personne comme jeune à partir du moment où celle-ci rassemble certains attributs reconnus par la société aux jeunes.
3- Le sentiment d'appartenance des enfants, adolescents et jeunes adultes à cette catégorie sociale et donc à ces cultures sociales.

Peut-on cependant réduire cet ensemble à une seule culture ? Je crois que cela est bien impossible. Enfin, dernier argument montrant la diversité des cultures jeunes, la jeunesse est extrêmement hétérogène d'un point de vue pratique : géographiquement (toute la terre), âge (tout ce qui a moins de 25-30 ans ??), sociologiquement (un jeune peut appartenir à une tranche aisée de la société comme il peut appartenir à la tranche la plus défavorisée).

Trouver un socle commun à la jeunesse me semble aussi simple à faire que trouver un socle commun à l'humanité entière : certes, on retrouvera toujours quelques normes ou valeurs qui seront respectées. Mais dans la grande majorité, on ne peut actuellement rassembler tout le monde dans une seule case culturelle.

descriptionY a-t-il une culture jeune ?  - Page 5 EmptyRe: Y a-t-il une culture jeune ?

more_horiz
JimmyB a écrit:
Bah non, c'est vous qui ne savez pas lire. J'ai dit qu'il n'y avait pas un, mais des publics et donc par conséquent des communautés jeunes, donc à partir de là il n'y a pas une seule culture jeune identifiable, l'on peut alors se demander si la seule jeunesse comme critère de qualification est un moyen honnête de penser la culture chez une population hétérogène. Donc si elle n'est pas unique alors elle ne peut être générale. Donc on ne peut l'identifier donc votre sujet est caduque. Beaucoup de répétitions mais s'il faut en passer par là pour être compris...

Pourquoi mon sujet serait-il caduque ? N'est-il pas plus simple de répondre : non, l'idée n'est pas pertinente ? Clôt-on tous les fils après que vous y avez répondu ?

@ Vangelis : oui, c'était bien l'exemple. Cela dit, en réalité, plutôt qu'une graine, la culture jeune serait un fruit - amer qui plus est -, dans le sens où elle procède de l'arbre sans qu'aucun arbre ne procède d'elle. Pour moi, ici, l'existence de "la culture" jeune est d'abord l'usage langagier qui est fait de l'expression elle-même. Qui désigne quoi ? D'où l'amertume : l'ancien désigne le jeune.


En voilà une jolie réponse, Kind of blue, merci ! Pour ma part, je me concentre sur le besoin à la base de la question et de l'idée.
Je grille les étapes mais : il me semble que l'idée d'une culture jeune est le produit d'une stase de sens à l'intérieur de nos sociétés, due aux brusques métamorphoses du corps social, induites notamment par l'entrée dans l'ère numérique. D'une part, la reproduction sociale n'étant plus aussi systématique qu'elle a pu l'être, de plus en plus de familles connaissent des différences générationnelles avec des individualités irréconciliables. D'autre part, dans les entreprises par exemple, des séminaires sont donnés pour former les managers aux "jeunes d'aujourd'hui" (c'est là notamment que l'on exhume une figure trans-historique du jeune, avec Socrate, etc., voir 1er post du fil). Par ailleurs, les jeunes, lors de leur passage dans le monde professionnel, ressentent un énorme décalage avec ce qu'ils ont connu jusque là. Etc.

Bref, ce sont là autant d'exemples de l'expérience d'un fossé générationnel posant de nombreux problèmes et que l'on cherche à démêler. En sorte que les adultes veulent comprendre "le jeune" car il leur semble fondamentalement étranger. Le fil générationnel semble rompu, et les acteurs cherchent à se positionner mutuellement les uns par rapport aux autres. C'est dans cette logique à mon avis, cherchant à rétablir du lien et du sens, bref du "pensable" que s'inscrit l'idée d'une culture jeune. En ce sens, elle correspond à un besoin dans l"écosystème" global.

Dernière édition par Zingaro le Dim 14 Avr 2013 - 20:26, édité 2 fois

descriptionY a-t-il une culture jeune ?  - Page 5 EmptyRe: Y a-t-il une culture jeune ?

more_horiz
Nous parlons ici de la création d'une classe sociale. La création d'une classe peut être issue d'un changement de la société (création d'une classe moyenne dans les pays en développement) ou non. C'est sur ce "non" que je veux m'appuyer : en 1930, un nouveau métier fut trouvé, cadre. Cette catégorie salariale ne s'est pas directement accompagné d'une véritable reconnaissance d'une appartenance à un groupe. Cependant, l'Insee a introduit dans ses statistiques une nouvelle catégorie salariale, les cadres. Il faudra attendre un certain temps pour que la revendication d'appartenance à cette catégorie se fasse (je dirais les années 50).

En conclusion, un groupe ne se crée pas car les membres le veulent, mais car la société reconnaît cet ensemble de personnes comme groupe.
Ainsi, dans le cas des cultures jeunes, il existe une revendication des jeunes de créer un groupe. Mais c'est la société qui décide de les reconnaître comme tels.
Après, est-ce que la société reconnaît réellement cette culture ? Je crois que oui. Aujourd'hui, le tag, graffiti (artistique), le rap, le métal, etc., sont assimilés aux jeunes et donc à une catégorie sociale avec sa propre culture.

descriptionY a-t-il une culture jeune ?  - Page 5 EmptyRe: Y a-t-il une culture jeune ?

more_horiz
Aujourd'hui, le tag, graffiti (artistique),  le rap, le métal, etc., sont assimilés aux jeunes et donc à une catégorie sociale avec sa propre culture.

Il s'agit là de la culture populaire en général (par opposition à la culture savante). Le metal, par exemple, est loin d'être "jeune". C'est même franchement "vieux" ! (année 70/80). Pour avoir vu plusieurs concerts de heavy metal, je peux témoigner du fait que le public est composé d'au moins autant de vieux barbus que de gamins à peine pubères. Je ne sais pas si la "culture hip-hop" (rap, graffiti, etc.), sortie du monde américain de la rue, a ce même pouvoir que le hard rock et ses dérivés de réunir les âges, mais il me semble bien que la plupart des danseurs et graffeurs "pro" sont des adultes matures.

Si ces courants peuvent sembler l’apanage de la jeunesse, c'est essentiellement parce que les adolescents et posts-adolescents sont généralement à la recherche d'une identité qu'il est plus facile d'emprunter à une culture que de créer... et que les cultures populaires sont plus accessibles que "La Culture".

Ce n'est pas parce que ce sont des jeunes en pleine crise identitaire qui exhibent le plus certains signes culturels que ceux-ci leurs sont spécifiques.

descriptionY a-t-il une culture jeune ?  - Page 5 EmptyRe: Y a-t-il une culture jeune ?

more_horiz
Cette opposition populaire/savante est valable en effet.
Je me demande par contre si l'on peut considérer une culture originellement "jeune" comme "non-jeune" car elle regroupe des + de 25 ans.
Les adolescents à la recherche d'une identité ? C'est valable. Je dirais qu'ils sont en opposition par rapport à certaines choses qui font qu'ils peuvent choisir une autre identité.
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum