Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Le récit est-il distinctif de l'espèce humaine ?

+3
hokousai
Liber
benfifi
7 participants

descriptionLe récit est-il distinctif de l'espèce humaine ? - Page 6 EmptyRe: Le récit est-il distinctif de l'espèce humaine ?

more_horiz
D'abord, je remercie le forum et Euterpe qui sont à l'origine de ma lecture de La violence et le sacré de René Girard.
J'y ai trouvé, entre autres, une réponse à mon questionnement sur "le rapport de force" chez les Grecs anciens (cf. le topic : L'agôn chez les Grecs).
A l'occasion, j'aimerais savoir comment a été perçu ce livre, quelle en a été la critique, à l'époque, et ce qu'il en est depuis, sachant que René Girard poursuit une œuvre.

Revenant au sujet du topic, je pose la question suivante :
Y a-t-il un lien culturel entre le rite funéraire et la dynastie ?
Pour ma part, j'y vois une continuité visant à rendre l'homme, sinon immortel, tout au moins inscrit dans la mémoire de ses congénères pour une longue durée, au delà du séjour terrestre. Une façon d'étendre dans le temps son pouvoir.

descriptionLe récit est-il distinctif de l'espèce humaine ? - Page 6 EmptyRe: Le récit est-il distinctif de l'espèce humaine ?

more_horiz
benfifi a écrit:
A l'occasion, j'aimerais savoir comment a été perçu ce livre, quelle en a été la critique, à l'époque, et ce qu'il en est depuis, sachant que René Girard poursuit une œuvre.

Intéressez-vous à René Pommier.

descriptionLe récit est-il distinctif de l'espèce humaine ? - Page 6 EmptyRe: Le récit est-il distinctif de l'espèce humaine ?

more_horiz
Je ne connais pas.

descriptionLe récit est-il distinctif de l'espèce humaine ? - Page 6 EmptyRe: Le récit est-il distinctif de l'espèce humaine ?

more_horiz
benfifi a écrit:
j'aimerais savoir comment a été perçu ce livre, quelle en a été la critique, à l'époque, et ce qu'il en est depuis, sachant que René Girard poursuit une œuvre.

Elle n'a pas été vraiment relayée en France. Ce n'est pas que quelqu'un ait contesté l'œuvre avec sérieux (d'un point de vue "scientifique", donc, pour reprendre le jargon universitaire). Le livre est sorti au moment même où le structuralisme faisait la loi dans les universités et l'intelligentsia françaises. Lévi-Strauss occupait déjà le terrain. Or en France, quand quelqu'un occupe le terrain, il n'y a pas de place pour un deuxième (sauf amitié, allégeance, etc.). Mais s'il fallait s'en remettre à la France pour distribuer les bons et les mauvais points aux acteurs de la "culture", nous n'aurions pas même une idée approchant de la réalité internationale en ce domaine. Girard est justement de stature internationale. On peut être d'accord ou pas, ça n'a aucune espèce d'importance. On ne peut pas faire comme si son œuvre n'existait pas.

Kthun a écrit:
Intéressez-vous à René Pommier.

benfifi a écrit:
Je ne connais pas.


Le côté pamphlétaire de René Pommier a sans doute une mauvaise influence sur son jugement de critique littéraire.

benfifi a écrit:
Y a-t-il un lien culturel entre le rite funéraire et la dynastie ?
Pour ma part, j'y vois une continuité visant à rendre l'homme, sinon immortel, tout au moins inscrit dans la mémoire de ses congénères pour une longue durée, au delà du séjour terrestre. Une façon d'étendre dans le temps son pouvoir.

Il faudrait quand même préciser votre question. Pour ce que vous en dites, en lisant Antigone, vous aurez la réponse dès la première scène.

Dernière édition par Euterpe le Mer 2 Aoû 2017 - 17:23, édité 1 fois

descriptionLe récit est-il distinctif de l'espèce humaine ? - Page 6 EmptyRe: Le récit est-il distinctif de l'espèce humaine ?

more_horiz
A la lecture de La violence et le sacré, j'ai eu toutefois l'impression naïve (ne connaissant que très peu les références culturelles auxquelles l'auteur s'attelle), mais réelle, que René Girard faisait montre d'une force de conviction très grande, à la limite du risque de confondre vitesse et précipitation.

Euterpe a écrit:
Il faudrait quand même préciser votre question.

J'ignore quelle précision apporter à part le rappel du cadre du topic.
Votre remarque montre qu'en l'état, ma question est vaste : pourriez-vous, s'il vous plaît, exposer succinctement les différents points auxquels vous pensez.

Euterpe a écrit:
Pour ce que vous en dites, en lisant Antigone, vous aurez la réponse dès la première scène.

Merci. En effet, le rapport est saisissant.
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum