Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

La vie a-t-elle un sens ?

+12
iharmed
Vangelis
Crosswind
Janus
JimmyB
pamelo66
Philippe Jovi
Silentio
Liber
Desassocega
Euterpe
Collegienmv
16 participants

descriptionLa vie a-t-elle un sens ? - Page 4 EmptyRe: La vie a-t-elle un sens ?

more_horiz
JimmyB a écrit:
Avez vous des arguments pour étayer votre propos ?

C'est une évidence. L'homme est la seule créature qui peut donner du sens à la vie. Cela dit, cette question du "sens de la vie" est relativement récente. Pour moi, elle ne se posait pas autrefois, et toute tentative pour interpréter la religion et les philosophies du passé en fonction d'un sens à donner à la vie, comme l'a fait Nietzsche, ne tient pas compte de notre modernité. Dans l'Antiquité, le monde était entièrement explicable, il n'y avait donc aucun besoin de rechercher un "sens à la vie". C'est la révolution copernicienne de Kant, symbole de la fin d'un univers clos et expliqué, qui a fait naître l'angoisse de la certitude inverse, l'absence définitive d'explication (on ne trouvera jamais la vérité), et donc cette question du sens. Si nous n'avons pas de réponse au "pourquoi", sachons au moins répondre aux questions : "Qui sommes-nous ? D'où venons-d'où ? Où allons-nous ?". Nietzsche apporte des réponses claires à ces questions, il est le philosophe moderne par excellence, comme il aimait dire. Par contre, il est extrêmement flou sur toute explication du monde. L'inverse des philosophes de l'Antiquité. Normalement, on définit d'abord le monde, ensuite l'homme y trouve naturellement sa place. Nietzsche fait l'inverse. Il définit d'abord l'homme, peu lui importe ce qu'est le monde. Mais il s'est rendu compte qu'il ne pourrait pas faire l'économie d'une théorie de l'univers. De nos jours, les physiciens ont pris la place des philosophes. A l'époque de Nietzsche, c'est du côté d'Einstein que l'on pouvait se faire une idée de notre univers. Preuve que la recherche d'une explication du monde n'a pas cessé, hormis chez les philosophes. Disons aussi qu'ils se sont tournés davantage vers les sciences humaines, le roman, le théâtre, l'art, soit vers une explication de l'homme. Je pense quant à moi qu'ils ont capitulé trop vite face à cette question de la vérité. Curieusement, aujourd'hui Platon et Aristote m'enthousiasment plus que Nietzsche. Quand j'étais plus jeune, c'était l'inverse.

descriptionLa vie a-t-elle un sens ? - Page 4 EmptyRe: La vie a-t-elle un sens ?

more_horiz
Je ne parlais pas de cela... Je demandais des arguments sur l'homme imbu de lui-même et sur sa supériorité alors que soi-disant il ne vaudrait rien. C'est le jugement moral établi ici qui m'intéresse.

descriptionLa vie a-t-elle un sens ? - Page 4 EmptyRe: La vie a-t-elle un sens ?

more_horiz
JimmyB a écrit:
Je demandais des arguments sur l'homme imbus de lui-même et sur sa supériorité alors que soi-disant il ne vaudrait rien. C'est le jugement moral établi ici qui m'interesse.

C'est exactement ce que vous trouverez à la toute fin de la Généalogie de la morale : "l'homme n'était plus la feuille chassée par le vent", etc., cela grâce à l'idéal ascétique. Par contre, la différence avec les propos de pamelo66, est que pour Nietzsche l'homme du futur ne sera pas rien, au contraire !

descriptionLa vie a-t-elle un sens ? - Page 4 EmptyRe: La vie a-t-elle un sens ?

more_horiz
Il est faux de prétendre que le philosophe transforme la vision du monde : c’est au contraire l’avancée scientifique (Copernic dans le cas de Kant) qui modifie la perception des choses et influence la vision du monde, en particulier celle perçue par le philosophe, qui va ainsi faire évoluer la pensée philosophique au fur et à mesure que le scientifique lui procure de nouvelles connaissances (sur l’aspect "universalité", lois naturelles qui régissent les choses...). Cela a peut-être l’air anodin mais inverser cause et conséquence n’est pas innocent : c’est la réalité perçue qui influence l’idée et non l’idée qui influence la réalité.

De plus, avant Copernic le monde n’était pas plus expliqué qu’après : il recevait simplement des explications qui relevaient davantage de l’imaginaire humain (mythes, religion, transcendance, etc. ) pour la simple raison que la pensée humaine ayant horreur du vide, quand l’homme ne sait rien sur la réalité, il s’invente un monde totalement imaginaire. Démarche qui n’a d’ailleurs pour but que de se rassurer : l’homme qui est sujet à d’immenses peurs vis-à-vis d’un monde et d’une Vie qu’il ne s’explique pas, car il n’en connaît pas (et ne connaîtra jamais) les tenants et les aboutissants, s’invente des explications satisfaisantes.

Le progrès de la science lui permet simplement de grandir, de devenir plus adulte, par une meilleure approche (maîtrise) de la réalité. Plus grande est sa vision (scientifique) de la réalité, moins il a besoin de papa maman pour lui raconter des histoires satisfaisantes pour son imaginaire. L’Homme c’est comme l’enfant qui grandit en s’adaptant peu à peu à la réalité des choses.

Je dirais d’ailleurs que le 20ème siècle (dans l’état de progrès connu alors dans le monde occidental) ce fut un peu comme l’adolescent qui, ivre du nouveau pouvoir que lui procure sa récente autonomie, s’imagine qu’il va pouvoir décider de tout : avec le totalitarisme, on a vu les erreurs que l’homme a alors commises, lorsque tellement "imbu" de son savoir, il s’est pris pour un Dieu du fait des pouvoirs qu’il avait cru détenir de la science !

descriptionLa vie a-t-elle un sens ? - Page 4 EmptyRe: La vie a-t-elle un sens ?

more_horiz
Janus a écrit:
quand l’homme ne sait rien sur la réalité, il s’invente un monde totalement imaginaire. Démarche qui n’a d’ailleurs pour but que de se rassurer : l’homme qui est sujet à d’immenses peurs vis-à-vis d’un monde et d’une Vie qu’il ne s’explique pas, car il n’en connaît pas (et ne connaîtra jamais) les tenants et les aboutissants, s’invente des explications satisfaisantes.

Dans la Généalogie, on trouve aussi une explication de ce genre, les Dieux viendraient de la peur, ou pour parler comme Freud, du "désaide" devant la nature toute-puissante. Pour simple et évidente que soit cette explication, elle n'est pas convaincante. Il y a ce décalque moderne sur le passé que je critiquais plus haut, consistant à dire que les hommes de l'Antiquité essayaient d'expliquer la vie et le monde, et qu'ils le faisaient par l'imagination, faute de mieux. Or, ce n'est pas à cela que servaient les dieux, qu'ils soient grecs ou égyptiens. Ils protégeaient les hommes, ils étaient l'objet d'offrandes, comme ces obélisques où Ra pouvait se refléter et assurer l'immortalité de l'Egypte, en bref, ils se comportaient comme des hommes envers d'autres hommes. Dans notre monde moderne, au contraire, l'univers nous apparaît mort, et ce n'est pas l'énergie que nous y analysons qui nous le rend plus vivant. "Le silence infini..." qui effrayait tant Pascal est toujours là. Par suite, nous parlons à raison de désenchantement. La science pourrait nous donner tout le confort que nous souhaitons, nous n'en serions pas moins tristes. Voilà la vérité qui parcourt le Gai Savoir, et qui appelle justement à un autre type de savoir, propre à nous redonner vie.
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum