Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Les implications de la "vieillesse" dans nos sociétés

+11
Paul Schillings
gaz
Vangelis
ksinok
juliendeb
JimmyB
Silentio
Liber
toniov
Janus
Euterpe
15 participants

descriptionLes implications de la "vieillesse" dans nos sociétés - Page 7 EmptyRe: Les implications de la "vieillesse" dans nos sociétés

more_horiz
Paul Schillings a écrit:
L'obsolescence programmée des objets, c'est-à-dire la fixation à l'avance de leur fin de vie, dans un objectif à première vue louable dans des visions schumpétériennes, est en train de se transférer au niveau des individus.

Il faut arrêter de délirer. Le pouvoir d'achat est du côté des séniors et il serait stupide pour les industriels de se priver de cette niche - entre autres arguments. Ce forum ne sert pas à répandre des théories du complot. C'est le premier et dernier avertissement avant bannissement.

descriptionLes implications de la "vieillesse" dans nos sociétés - Page 7 EmptyRe: Les implications de la "vieillesse" dans nos sociétés

more_horiz
Comme définiriez-vous la disparition de Windows XP?

descriptionLes implications de la "vieillesse" dans nos sociétés - Page 7 EmptyRe: Les implications de la "vieillesse" dans nos sociétés

more_horiz
Je ne vous reprends pas sur les objets, qui est une réalité, mais de transposer la programmation de fin de vie sur l'être humain et qui serait en train de se faire.

descriptionLes implications de la "vieillesse" dans nos sociétés - Page 7 EmptyRe: Les implications de la "vieillesse" dans nos sociétés

more_horiz
Bonjour,

Si vous en avez le temps, je vous invite à procéder comme moi à des animations dans les maisons pour personnes âgées, où j'ai fait les constatations suivantes.
Proposer à nos anciens de redécouvrir des bribes de poèmes ancrés dans leurs mémoires a un effet positif pour certains, qui m'en remercient.
Mais là n'est pas la question, même s'il serait bien nécessaire de s'interroger sur la différence entre vieillissement cérébral et vieillissement physique.
Elle se pose beaucoup plus du côté des responsables de ces maisons de repos ou assimilées qui ont deux réactions contradictoires :
- se féliciter du fait que mon passage a réactivité l'existence assoupie de leurs pensionnaires, s'en réjouir et se monter prêts à envisager de nouvelles méthodes de gestion ;
- me reprocher d'avoir réactivé l'existence assoupie de leurs pensionnaires et m'accuser de placer ainsi ces responsables devant de nouvelles difficultés.
Pour moi, la deuxième attitude dévoile un comportement davantage mercantile.
Enfin, il ne faut pas limiter la vieillesse à une période. Celle-ci est aussi complexe que la prime enfance, la jeunesse, la puberté, l'adolescence, etc., en début de vie.
S'occuper de personnes âgées est un non-sens tant que l'on ne définit pas de quelles personnes âgées il s'agit.

descriptionLes implications de la "vieillesse" dans nos sociétés - Page 7 EmptyRe: Les implications de la "vieillesse" dans nos sociétés

more_horiz
Paul Schillings a écrit:
Elle se pose beaucoup plus du côté des responsables de ces maisons de repos ou assimilées qui ont deux réactions contradictoires:
- se féliciter du fait que mon passage a réactivité l'existence assoupîe de leurs pensionnaires, s'en réjouir et se monter prêts à envisager de nouvelles méthodes de gestion;
- me reprocher d'avoir réactivé l'existence assoupie de leurs pensionnaires et m'accuser de placer ainsi ces responsables devant de nouvelles difficultés.

Ces réactions contradictoires montrent bien que le problème n’est pas aussi simple que vous le présentez dans votre premier message. C’est dans le comportement de l’ensemble des acteurs que l’on finit par aboutir à des situations de maltraitance sans qu’une volonté délibérée ait besoin d’entrer en jeu. Avancer des « théories du complot » comme vous l’avez fait, certainement par indignation (parfaitement compréhensible), ne fait pas avancer le sujet d’un pouce.

Voici deux exemples réels de ce que peut être une société ayant mis en place une « obsolescence programmée » des personnes âgées (pour reprendre vos termes) :
Jean Malaurie, Les derniers rois de Thulé, chapitre IV a écrit:
Le vieillard, chez l’Esquimau ancien, n’avait pas droit de cité ; assurément, les temps ont changé, mais si l’on n’encourage plus les vieux à se laisser mourir, l’on se montre toujours à leur endroit d’une sèche indifférence. Ils sont tout juste tolérés.
Il y a dix ans à peine, au Canada, le chasseur, durant ses marches, abandonnait encore ses vieux sur la banquise. Cet abandon, nécessaire en cas de pénurie, se faisait en accord tacite au cours des grands déplacements. À la fin de l’hiver, les Esquimaux fuyaient les villages où avait sévi la famine. Quarante-huit heures de marche de suite sans manger, sans dormir. Rejoindre les autres, vite ; pour partager leurs réserves. C’était alors un lamentable spectacle : deux à trois chiens, guère plus, tirant une pauvre traine (les Inuits de Thulé étaient, il y a encore moins d’un siècle, si démuni qu’ils ne pouvaient se permettre des attelages nombreux). Le père et le fils marchent en avant ; la femme et la fille en arrière. Seul le vieux – la vieille aussi, mais plus rarement : elle meurt en général précocement – est assis à l’arrière de la traîne. Se sachant de trop, il se laisse enfin glisser… Personne ne se tourne ; et cependant que la traîne inexorablement s’éloigne, il songe en lui-même : « j’ai fait mon temps ! Allez-vous-en, vous autres. Vite, allez manger le phoque, le morse de ceux qui voudront bien partager avec vous. » La traine n’est plus qu’un point à l’horizon. L’homme stoïquement attend la fin, se laisse peu à peu geler.

Pierre Clastres, Chronique des Indiens Guayaki, chapitre III a écrit:
Kybwyragi, fort occupé à scruter de toutes parts le terrain, ne s’inquiétait pas de ce qui se passait à l’arrière. Sa mère était une waimi, certes, mais il l’avait toujours vue marcher sans difficulté. Peut-être cela ne durerait-il plus très longtemps ; quelqu’un alors dirait : wata kwatä, elle ne peut plus marcher. Chacun comprendrait ce que cela signifiait. Mais apparemment, on n’en était pas encore là. Kybwyragi acceptait d’avance cette issue pour sa mère. Il n’ignorait pas que, tôt ou tard, il faudrait la tuer : dès qu’elle ne pourrait plus marcher. Un jeune homme, désigné par le reste des Aché, s’approcherait d’elle par derrière et lui briserait le crâne d’un coup de hache de pierre. Après quoi, conformément aux enseignements des ancêtres, on procèderait aux funérailles. Tel était le destin des vieilles femmes guayaki.
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum