Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Les implications de la "vieillesse" dans nos sociétés

+11
Paul Schillings
gaz
Vangelis
ksinok
juliendeb
JimmyB
Silentio
Liber
toniov
Janus
Euterpe
15 participants

descriptionLes implications de la "vieillesse" dans nos sociétés - Page 6 EmptyRe: Les implications de la "vieillesse" dans nos sociétés

more_horiz
ksinok a écrit:
Je ne crois pas que l'on puisse comprendre la vieillesse à 20 ans.
Étant moi-même un vieux, je puis vous dire que je ne perçois aucune différence dans ma manière de ressentir les choses entre aujourd'hui et la période où j'avais 5, 15, 25 ou 35 ans.

Il y a une contradiction entre ces deux phrases, à moins de considérer qu'il n'y a rien à comprendre à la vieillesse.

ksinok a écrit:
Pourquoi croyez vous qu'un vieux ça marche lentement et tout courbé ? C'est parce qu'il a mal. Que chaque mouvement est un effort. Ce n'est pas parce qu'il est vieux. C'est parce qu'il a mal.

Il y a quand même un lien patent entre la vieillesse et nombre de douleurs. Il est absurde de les séparer.

ksinok a écrit:
Sa place c'est de marcher lentement en courbant le dos. Ceci est dans l'ordre des choses et c'est très bien.

L'ordre des choses reste à définir. De même on ne voit pas pourquoi ce serait très bien.

ksinok a écrit:
Que la fin de la vie puisse être pénible et interminable, c'est très utile.

Il ne faut pas confondre fin de vie et vieillesse. Maintenant il faudra nous dire en quoi c'est vraiment utile car vous prenez trop rapidement les effets pour une finalité.

descriptionLes implications de la "vieillesse" dans nos sociétés - Page 6 EmptyRe: Les implications de la "vieillesse" dans nos sociétés

more_horiz
Vangelis a écrit:
ksinok a écrit:
Sa place c'est de marcher lentement en courbant le dos. Ceci est dans l'ordre des choses et c'est très bien.

L'ordre des choses reste à définir. De même on ne voit pas pourquoi ce serait très bien.
ksinok a écrit:
Que la fin de la vie puisse être pénible et interminable, c'est très utile.

Il ne faut pas confondre fin de vie et vieillesse. Maintenant il faudra nous dire en quoi c'est vraiment utile car vous prenez trop rapidement les effets pour une finalité.

A priori nous ne sommes pas immortels. Que les forces déclinent peu à peu, que la fin de vie soit plus ou moins pénible, permet d'envisager la mort comme un soulagement, comme la fin normale d'une vie qui a assez duré. C'est en ce sens que c'est utile. Pratiquement toutes les personnes que j'ai connues lorsqu'elles étaient en fin de vie envisageaient la mort non pas comme quelque chose d'effrayant mais comme un soulagement.

descriptionLes implications de la "vieillesse" dans nos sociétés - Page 6 EmptyRe: Les implications de la "vieillesse" dans nos sociétés

more_horiz
L'Homme s'est toujours orienté vers le plaisir, vers le "mieux". Dans ce cas, que serait une vie si on était sûr que demain, on finirait comme des "sous-hommes" sociaux ? Ainsi, la société perdrait de sa motivation, de sa conviction. Finalement, respecter les vieux, c'est nous respecter nous-mêmes et préparer la jouissance d'un demain assurément serein.

Sur ce point, je vous laisse interpréter la fin de l'empire romain, le déclin de la société occidentale et des sociétés dites civilisées.

Il est vrai que d'un jugement matérialiste, les "vieux" sont à ranger au placard... encore que, on dit que "la tête est le plus haut de la bête", et je constate que très souvent, si le physique est bien moindre, la motivation leur est tout autre.

Pourtant, si l'on juge le côté structurel d'une société, les "vieux" ont une place primordiale par le fait qu'ils sont le gage d'une certaine sagesse de l'expérience dans un premier temps, mais aussi du jugement. Ainsi, le citoyen peut-il se passer de "l'autre" (de Sartre) représenté par ces "vieux". Leur vie, leur expérience, peuvent nous donner un nombre bien plus important de notre reflet ! Ainsi, la considération de ces "vieux" nous fait avancer de façon plus objective, et plus en harmonie avec nous-mêmes puisque cela nous fait éviter des situations probables de regret par manque d'expérience.

Enfin, il y a dans le respect des "vieux" toute cette humanité représentée par la raison et la conscience.

descriptionLes implications de la "vieillesse" dans nos sociétés - Page 6 EmptyRe: Les implications de la "vieillesse" dans nos sociétés

more_horiz
Bonjour,

Quoi que l'on pense de lui, le système économique capitaliste, même s'il est peut-être le meilleur des systèmes possibles, avait déjà un effet pervers, celui d'avoir transformé d'abord les objets en produits de consommation, ce qui est nécessaire pour en assurer le fonctionnement, mais aussi et ensuite dans un deuxième temps les êtres humains, ce qui est moins acceptable dès que chacun ne peut plus être considéré que comme un produit à consommer, et non comme un individu libre de se construire.
Un nouvel effet pervers est en train insidieusement de se mettre en place sans que personne ne l'ait encore clairement analysé et n'en ait vraiment mesuré les conséquences pour l'avenir.
L'obsolescence programmée des objets, c'est-à-dire la fixation à l'avance de leur fin de vie, dans un objectif à première vue louable dans des visions schumpétériennes, est en train de se transférer au niveau des individus.
Un énorme fossé est ainsi en train de se créer entre l'ancienne génération pour qui la vieillesse était un phénomène naturel, même s'il n'était pas facile à supporter, et la nouvelle génération pour qui la vieillesse devient une programmation destinée à permettre l'évacuation de tous les encombrants qui nuisent au bon fonctionnement du système économique.
Rien n'est clairement dit mais les idées nouvelles font leur chemin dans la discrétion et le feront d'autant plus facilement que des philosophes ne se lèvent pas pour attirer l'attention sur ce basculement de la vieillesse naturelle à l'obsolescence programmée. Avec toutes les conséquences que cela pourrait avoir sur notre fonctionnement social général.
Demain, il sera trop tard.

descriptionLes implications de la "vieillesse" dans nos sociétés - Page 6 EmptyRe: Les implications de la "vieillesse" dans nos sociétés

more_horiz
Énorme remarque et analyse qui donne a la philosophie tout son sens. Effectivement, on ne peut que constater cette déviance qui n est qu'une bouée de sauvetage supplémentaire à un système dont l'expansion s'essouffle une fois de plus.
Vous êtes le contre-exemple qu'exposait Michel Onfray (si je ne me trompe) en disant qu'il n y avait plus de philosophes, mais plus que des lecteurs de philosophie.
Merci pour cette remarque pleine de sens et de raison.
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum