Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Faut-il croire au destin ou se sentir libre ?

5 participants

descriptionFaut-il croire au destin ou se sentir libre ? - Page 6 Emptyerreur de vocabulaire

more_horiz
J'ai dit : A mon sens, le destin relève de la croyance alors que le déterminisme interpelle la science. C’est pourquoi j’ai supposé que, évoquant Sartre, esprit scientifique, Jean Ghislain se posait la question du déterminisme

Euterpe, vous avez répondu : Je ne détecte pas, chez Sartre, un esprit scientifique. Où voyez-vous cela ?

Je n'aurais pas dû employer le terme de "science", mais celui de "philosophie". Si vous le voulez bien, lisez : "Sartre, esprit philosophique".
Je ne crois pas à un déterminisme absolu, seulement au déterminisme banal de tout un chacun, du genre deux et deux font quatre. Je souhaite simplement pousser ce peu de connaissances sûres jusqu'à la limite du possible, limite qui recule de jour en jour. Et, comme je l'ai déjà dit, du fait que l'existence précède l'essence, je pense que le déterminisme absolu est impossible.

descriptionFaut-il croire au destin ou se sentir libre ? - Page 6 EmptyRe: Faut-il croire au destin ou se sentir libre ?

more_horiz
Georges Réveillac a écrit:
seulement au déterminisme banal de tout un chacun, du genre deux et deux font quatre.
Deux et deux font quatre est un énoncé nécessaire, pas déterministe.

Georges Réveillac a écrit:
du fait que l'existence précède l'essence
Si on adopte la position de Sartre. Or l'adopter implique d'adopter une indétermination radicale. Nous sommes condamnés à être libres, dit Sartre, pas déterminés. Nous sommes condamnés en raison même de notre situation ontologique, qui veut que nous soyons des êtres jetés là, dans un monde absurde, autrement dit des existants (être, être jeté au dehors).

descriptionFaut-il croire au destin ou se sentir libre ? - Page 6 EmptyRe: Faut-il croire au destin ou se sentir libre ?

more_horiz
Je suppose que Sartre oriente sa liberté dans un projet, il choisit une voie qui en relevant du domaine politique permet l'engagement dans le monde et la responsabilité envers autrui. De plus, le communisme renvoie à une théorie de la libération, c'est à la fois la possibilité d'un engagement et la possibilité de renouveler ou de favoriser la liberté de soi et de tous dans un projet collectif, donnant un sens à l'existence individuelle, et accomplissant l'homme qui tend à sa propre émancipation. Mais je peux me tromper, ce ne sont que des suppositions, je ne connais pas assez le Sartre philosophe et quasiment pas l'intellectuel engagé. Euterpe ou Vangelis sauront vous répondre avec précision.

descriptionFaut-il croire au destin ou se sentir libre ? - Page 6 EmptyRe: Faut-il croire au destin ou se sentir libre ?

more_horiz
Georges Réveillac a écrit:
déterminisme intégriste
Déterminisme intégral, plutôt.

Georges Réveillac a écrit:
j’ai beau chercher, je n’en trouve pas d’autre qui traduise mon point de vue.
Ayant lu en diagonale les textes auxquels vous nous avez renvoyés, ce que vous dites semble parfois finaliste ou évolutionniste (extension anthropologique du concept d'évolution à tout, et plus particulièrement aux sociétés humaines), plutôt que déterministe. Vous dites vous être inspiré de Darwin, lequel conçoit une évolution biologique non orientée (cf. la sélection naturelle), ménageant en cela les futurs progrès de la biologie, la moins déterministe des sciences, et qui préfère le concept d'adaptation car il permet d'intégrer l'évolution dans son contexte, et a une grande portée explicative concernant les modifications de la nature. Vous pensez avoir fait une découverte. Je m'étonne que vous ne fassiez pas référence à Lamarck, à Leroi-Gourhan et, surtout à Henri Atlan, par exemple Entre le cristal et la fumée, de 1979. Cela vous aurait permis de voir que votre intuition était dans l'air du temps, et qu'elle s'inscrit dans le cadre des recherches pluridisciplinaires, avec la biologie comme noyau, qui ont montré que l'environnement socio-culturel, sans modifier le génome, redistribue les gènes.

Littré ne tient pas compte, ni de l'épicurisme, par exemple, ni de Kant, qui distingue l'hétéronomie (la nature en tant qu'elle est un système de lois dont nous dépendons et qui ne dépendent pas de nous), et l'autonomie, ou la liberté, qui consiste à instituer des lois qui ne dépendent que de nous et auxquelles nous obéissons volontairement. Voir également la philosophie politique d'Arendt, héritière de Kant sur ce point.

Georges Réveillac a écrit:
Sartre croit en une liberté absolue et il soutient les communistes qui, au nom d’un déterminisme [intégral], nient cette liberté. Qui peut m’éclairer ?
Vous vous focalisez sans doute trop sur l'usage abusif que les communistes firent du matérialisme historique de Marx, qui s'y prêtait certes. L'histoire disons prospective de Marx (puisque le futur seul l'intéressait, en fait), lui permet, sinon d'anticiper, du moins d'accompagner le cours de l'histoire, car sa science historique consiste à prendre conscience du réel (cf. le renversement de l'hégélianisme, de l'idéalisme au matérialisme historique). Or accompagner le cours de l'histoire ne consiste pas à attendre, sur un transat, en sirotant une menthe à l'eau, que les choses se passent. De même que chez Hegel, c'est bien dans l'action des hommes que vient se nicher la Raison, de même le moteur de l'histoire interprétée par Marx réside tout entier dans l'action collective des forces de production. En somme, le but était d'organiser le rendez-vous entre la classe ouvrière et l'histoire, grâce à la conscience de classe. Il n'y a donc pas d'incompatibilité entre déterminisme historique et liberté, chez lui. Le problème des communistes est dans leur empressement, leur volonté de se situer à l'avant-garde du savoir historique, d'accélérer l'histoire. Sartre n'est pas incohérent sur ce point. Il s'est emporté (le communisme comme horizon ultime...). Mais les années 60 s'y prêtaient. Et puis... Soljenitsyne a débarqué.


Dernière édition par Euterpe le Ven 12 Aoû 2016 - 10:11, édité 1 fois

descriptionFaut-il croire au destin ou se sentir libre ? - Page 6 EmptyRe: Faut-il croire au destin ou se sentir libre ?

more_horiz
Euterpe a dit : Georges Réveillac a écrit: déterminisme intégristeDéterminisme intégral, plutôt
En employant ce mot, j’ai voulu faire un raccourci ; je pense que le déterminisme absolu conduit souvent à des idéologies totalitaires, comme celle d’Auguste Comte ou celle de Marx qui écartent la liberté comme valeur essentielle. Mais il est vrai que l’intégrisme n’est pas exactement le totalitarisme.

Euterpe a dit : Sartre n'est pas incohérent sur ce point. Il s'est emporté (le communisme comme horizon ultime...). Mais les années 60 s'y prêtaient.
Pendant le mouvement de 68, Sartre s’est associé aux maoïstes alors que la Révolution Culturelle battait son plein en Chine. « L’homme naît libre » : j’ai cru que Sartre défendait la liberté. Je n’ai pas compris qu’il soutienne des régimes liberticides. Peut-être faut-il comprendre que l’homme est libre, mais qu’il n’est pas utile de défendre cette liberté ?
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum