Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Considérations sur la philosophie contemporaine

+2
Zoroastre
Silentio
6 participants

descriptionConsidérations sur la philosophie contemporaine - Page 7 EmptyRe: Considérations sur la philosophie contemporaine

more_horiz
Silentio a écrit:
Il n'y a pas d'ordre originel, mais la politique consiste à construire un ordre, un monde humain viable. Mais Machiavel n'occulte pas l'absence de fondement de cet ordre et ne cherche pas à imposer un modèle idéal sur terre. Il peut donc vouloir élaborer une nature sans être naturaliste. Rousseau, au contraire, a bien retenu les leçons de Machiavel, mais demeure naturaliste car il se réfère à un modèle moral abstrait et transcendant (il veut une société idéale qui reproduise l'état de nature).

Tout est plus clair.

descriptionConsidérations sur la philosophie contemporaine - Page 7 EmptyRe: Considérations sur la philosophie contemporaine

more_horiz
Desassocego a écrit:
Zingaro a écrit:

Je retourne votre question : comment pourrait-il en être autrement ?

De nombreux philosophes ont pensé sans plan d'immanence, et sans s'attarder sur l'idée de créer une base neutre pour leurs concepts, etc. Cela ne les a pas empêcher de déployer leur philosophie. 

Ah oui pardon ce n'était pas très clair : je retournais votre question, mais l'adressait à aldolo.
Par ailleurs pour rebondir, je me demande, et bien que de nombreux philosophes aient pensé sans plan d'immanence, si ce "plan" n'est pas nécessaire, inhérent, ou plus simplement : réel.

descriptionConsidérations sur la philosophie contemporaine - Page 7 EmptyRe: Considérations sur la philosophie contemporaine

more_horiz
Zingaro
Desassocego a écrit:
Zingaro a écrit:
Je retourne votre question : comment pourrait-il en être autrement ?

De nombreux philosophes ont pensé sans plan d'immanence, et sans s'attarder sur l'idée de créer une base neutre pour leurs concepts, etc. Cela ne les a pas empêcher de déployer leur philosophie. 

Ah oui pardon ce n'était pas très clair : je retournais votre question, mais l'adressait à aldolo.
Par ailleurs pour rebondir, je me demande, et bien que de nombreux philosophes aient pensé sans plan d'immanence, si ce "plan" n'est pas nécessaire, inhérent, ou plus simplement : réel.

"Nécessaire, inhérent" : absolument !
Le plan posé en tant qu'immanence évite les présupposés transcendants.
Si les concepts sont des créations (philosophiques), chacun a donc sa propre singularité. Or la cohérence, la "viabilité" des concepts entre eux est une nécessité philosophique. Donc dans une philosophie de l'immanence, comment pourraient-ils échapper à un plan commun qui les articule entre eux : qu'est-ce d'autre qu'un plan commun de pensé qui les articule entre eux ? L'immanence est en quelque sorte la garantie que les concepts opèrent bien sur un même plan... dès qu'on a posé que l'image de la pensée avait sa problématique propre, dont il fallait tenir compte.

descriptionConsidérations sur la philosophie contemporaine - Page 7 EmptyRe: Considérations sur la philosophie contemporaine

more_horiz
Mais, plus simplement, n'y a-t-il pas nécessairement plan d'immanence lorsque l'on rend compte des concepts comme étant créés par l'homme ? De sorte que Platon, par exemple, opère lui aussi sur un plan d'immanence (propre à la pensée et à l'être, puisque la pensée dessine les contours de ce dernier ?), mais le trahit au sens où il y introduit de la transcendance. Ce qui veut aussi dire que le plus grand penseur, celui qui veut faire coller le plus possible la pensée au réel, sans en sortir, est aussi celui qui prend pour philosophie le plan d'immanence lui-même (comme un métaconcept, ce sur quoi et sans quoi il n'y a pas de pensée, pas d'interprétation, de coup de dés) ? D'où l'on peut parler d'empirisme transcendantal (chaque expérience philosophique découvrant par intuitions et créations l'être lui-même, donnant l'occasion à Deleuze de comprendre ce qui est condition de possibilité de la pensée et ce que chaque expérience dévoile en commun alors même qu'il n'y a que des "chemins" singuliers) ?

descriptionConsidérations sur la philosophie contemporaine - Page 7 EmptyRe: Considérations sur la philosophie contemporaine

more_horiz
Silentio a écrit:
n'y a-t-il pas nécessairement plan d'immanence lorsque l'on rend compte des concepts comme étant créés par l'homme ?

C'est précisément ce que je voulais demander à Aldolo.
Je trouve d'ailleurs votre réponse, Aldolo, très amusante :
aldolo a écrit:

je me demande [...] si ce "plan" [d'immanence] n'est pas nécessaire, inhérent, ou plus simplement : réel.

"Nécessaire, inhérent" : absolument !

Était-ce volontaire ?
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum