Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Corriger les idées reçues ?

+7
Geisterwelt
Thrasymaque
jem
Vangelis
JimmyB
Euterpe
Georges Réveillac
11 participants

descriptionCorriger les idées reçues ? - Page 4 EmptyRe: Corriger les idées reçues ?

more_horiz
Georges Réveillac a écrit:
Or, la plupart des hommes éprouvent le besoin d'exister dans le passé, de connaître notre histoire.

N'est-ce pas un corollaire nécessaire à la construction de l'individu ? De sa personnalité ? Sans parler d'Histoire, connaître ses ancêtres n'est-il pas fondateur du soi ? Je pose la question, sûrement simpliste, mais je ne suis pas familier de ces questions.

JimmyB a écrit:
Je suis désolé mais je ne vois là toujours qu'un souhait que nous partageons tous mais qui n'est qu'un souhait.

Je ne me risquerai pas à être aussi catégorique. L'État-monde semble être la solution la plus pertinente, mais pas pour sortir de cette crise (cf. le fil sur l'État-monde). Pour autant ce souhait n'est pas partagé par tous. Sans quoi ne serait-il pas d'ores et déjà en vigueur ?
Je vous rejoins entièrement sur les problèmes de légitimité, de forme de gouvernement, de formation des institutions, etc., etc. Mais c'est là que le débat véritablement philosophique commence :), avec un problème vieux comme.. la cité : quel gouvernement est le meilleur ? Pour quel(s) dirigeant(s) ?

L'État-nation a la peau dure, et les Français y sont particulièrement attachés. D'autant que certaines régions du monde (Balkans, région du Cachemire...) ne réussissent pas à s'extirper des tensions communautaires. Ce qui serait potentiellement source de problèmes plus graves, car susceptibles d'entraîner d'autres régions, que l'élaboration d'une norme juridico-économique mondiale.
J'entends bien l'appel de Georges Réveillac à dépasser ces tensions (mes excuses si je déforme votre pensée) mais ce sont justement ces étapes qui permettent l'élaboration de l’État et fondent sa légitimité. Je ne pense pas qu'il existe de frein historique, simplement des faits passés ou à venir qu'il faut apprivoiser, comprendre. L'intégration régionale est une étape cruciale dans ce long processus qui aboutira à un État mondialisé. Pour l'heure, la souveraineté est essentielle au développement de certains États (BRICS en tête).

descriptionCorriger les idées reçues ? - Page 4 EmptyRe: Corriger les idées reçues ?

more_horiz
La première citation n'est pas de moi c'est moi qui cite Georges Réveillac.

C'est corrigé (Euterpe).

descriptionCorriger les idées reçues ? - Page 4 EmptyRe: Corriger les idées reçues ?

more_horiz
JimmyB a écrit:
Puisque pour trouver une solution il ne faudra biaiser personne, il faudra une référence morale, un critère de valeur qui fasse unanimité.


Pas uniquement. Un ennemi commun peut transcender des valeurs particulières pour un intérêt commun supérieur, et donc être source de rapprochement factuel et ponctuel de par cet objectif.

Quoi qu'il en soit, le problème originel provient de la confrontation entre des êtres ontologiquement libres que l'on ne peut départager sur ce plan sans amputer cette liberté. Le jugement ne peut être légitime qu'en regard d'un projet et non d'une liberté. Mais même en ce cas, la confrontation est inévitable.

Il est à noter qu'en des temps qui ne seraient pas des temps de crise, le projet devient en fait une multitude de projets de par l'insuffisance de contraintes. Mais de par cette multiplicité arrive le seuil où les multiples libertés seront confrontées, et donc auront à se positionner plus radicalement, c'est-à-dire à exprimer plus fortement leurs libertés. Ainsi la paix devient le terreau de la confrontation. Et cela explique aussi en partie pourquoi les dictatures obtiennent, pour le temps qu'elles se maintiennent, une tranquillité intérieure de par la raréfaction des projets individuels (je ne dis pas que c'est une solution). Alors la liberté politique est à ce prix, accepter et surtout savoir gérer les conflits.

Je ne pense pas que l'on puisse trouver de solution en faisant le déni de la confrontation entre des êtres ontologiquement libres.

Dernière édition par Vangelis le Jeu 2 Aoû 2012 - 12:22, édité 1 fois

descriptionCorriger les idées reçues ? - Page 4 EmptyRe: Corriger les idées reçues ?

more_horiz
Vous ne voyez que la liberté car c'est notre conception occidentale d'une belle société ou d'une société viable, celle qui prône la liberté des individus. Mais il y a des sociétés qui ne sont pas basées sur l'individualisme, des sociétés holistes comme en Inde. Lisez Dumont à ce propos. Ce n'est donc pas le souhait ni le projet de toute société de s'appuyer sur le concept de liberté, mais il y en a qui se basent sur une stricte égalité.
Or Dumont explique bien que les sociétés holistes utilisent une hiérarchie stricte pour permettre l'égalité au sein des communautés et ce par opposition aux sociétés individualistes qui établissent l'individu comme représentation de l'humanité entière et qui a donc des droits et des intérêts supplantant ceux du groupe. Dès lors votre postulat de départ est discutable. Tout le monde ne recherche pas la même chose et toutes les sociétés ne se donnent pas les mêmes ennemis.

descriptionCorriger les idées reçues ? - Page 4 EmptyRe: Corriger les idées reçues ?

more_horiz
Vous m'avez mal lu.
Je ne parle de liberté politique qu'à la fin de mon propos. Ma démonstration se fait à partir d'une liberté ontologique commune à tous les êtres humains et indépendamment de leurs organisations sociales, politiques ou religieuses. Ce qui n'a rien à voir.
De plus, je m'inscris dans l'existentialisme Sartrien pour mieux coller aux propos de l'initiateur de ce sujet.
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum