Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Autour d'une pensée de l'existence

+5
Dienekes
aliochaverkiev
Vangelis
Crosswind
Arcturus
9 participants

descriptionAutour d'une pensée de l'existence - Page 2 EmptyRe: Autour d'une pensée de l'existence

more_horiz
Je n'ai malheureusement pas encore eu le temps matériel de lire son livre, ma question pourrait en conséquence sembler naïve si la réponse s'y trouve, mais que sous-tend chez lui le mot "existence" ? J'intègre facilement la première partie de votre intervention, qui concerne la difficile constatation de l'étrangeté de l'Être, mais dès qu'il s'agit de l'existence, je vibre. Vous écrivez "


Dire que l'existence est contingente revient à dire que nous ne pouvons que constater que nous existons. L'existence est de l'ordre du constat, du factuel"



Je n'oserais pour ma part jamais aller aussi loin en ce qui concerne l'établissement existentiel absolu d'un "je" (du moins est-ce ainsi que je le comprends). Faire le constat d'une expérience est une chose, cela revient à dire il y a, en déduire une ontologie de la personne (la proposition est peut-être un peu forte mais c'est en l'état celle qui me semble la plus parlante) est abusif en droit : il n'y a pas nécessairement quelque chose pour quelqu'un. A moins que je ne comprenne pas du tout le fond de sa pensée ce qui est fort possible ! De même, s'il est d'évidence impossible d'opérer une déduction lorsqu'il s'agit de s'ouvrir à l'expérience (et cette phrase devrait être lue et relue par les neurologues), il en est de même d'une quelconque opération déductive en ce qui concerne la nature même de cette existence, si d'ailleurs une nature peut être invoqué  ici. De quel droit attribuer une quelconque caractéristique à ce constat d'évidence de l'éprouvé puisque, de facto on ne peut en sortir pour en avoir une vision objective ? Enoncer "il y a" ou "je suis là", ce qui n'est pas pareil mais passons, ne permet pas d'inférer la proposition "il y a mais il aurait pu ne pas y avoir" (ou "je suis là mais j'aurais pu ne pas être là"), du moins pas sans se projeter dans une métaphysique particulière. On peut en effet envisager l'existence de quelque chose, une chose transcendante, d'où émergerait le fait de l'éprouvé d'existence, et dans ce cas il est à la rigueur possible (à la rigueur car je crains que même cette position reste faible) de dire "j'existe et j'aurais pu ne jamais l'être". Mais c'est un choix, pas une implacable déduction logique. Toute utilisation d'une partie du contenu de l'éprouvé en vue de le caractériser implique un choix métaphysique de la part de l'auteur. 


Dernière édition par Crosswind le Ven 22 Avr 2016 - 18:37, édité 3 fois

descriptionAutour d'une pensée de l'existence - Page 2 EmptyRe: Autour d'une pensée de l'existence

more_horiz
(J'emploie la formule "Être-exister" pour signifier que, pour le moment-chez Aristote- ces deux mots ne sont pas encore significativement dissociés)

J'existe signifie littéralement  : je suis un être existant. L'existence est toujours objet d'une ellipse, c'est cela que les philosophes existentialistes vont essayer de faire ressortir, de faire apparaître : ce qui se dissimule. Mais que signifie un être existant? Quand on se pose cette question, on commence à rencontrer des petites difficultés.

Car je suis un être existant veut dire, premier niveau de transcription, je suis un être réel, un être vrai, un être qui est dans la réalité. Mais dire que je suis un être réel, un être vrai n'a de signification que lorsque je confronte le réel, l'être, et de l'autre côté le néant. Dire que je suis un être réellement existant, un être réel, signifie que je me tiens face au néant. Or cet acte que Sartre étudiera par définition dans "L'être et le néant" l'amène à fracturer le néant, appelé aussi le non-être, à le fondre, le contraindre à s'ouvrir en deux vagues opposées que mon existence va littéralement repousser. En effet il y a le néant d'avant ma naissance, et le néant d'après, après ma mort. 

De sorte que mon existence pourrait déjà se qualifier comme cette déchirure qu'involontairement j'inflige au néant. Ma mort sera la suture, c'est-à-dire que ces deux vagues de néant vont se raccorder au-delà de mon existence. Lequel d'entre nous n'a pas été frappé d'étonnement, pris de vertige, de nausée pour reprendre le célèbre terme sartrien, face à ce constat? Celui par lequel nous découvrons que nous ne sommes qu'une forme de membrane très fragile qui sans cesse écarte deux aspects du néant. Fragilité ontologiquement extraordinaire de l'existence. C'est peut-être parce qu'il y aura une fragilité ontologique de l'existence qu'il va falloir la doper, la transformer en liberté, en action.

descriptionAutour d'une pensée de l'existence - Page 2 EmptyRe: Autour d'une pensée de l'existence

more_horiz
Arcturus a écrit:
 Dire que je suis un être réellement existant, un être réel, signifie que je me tiens face au néant. 


Je ne comprends pas. Dire "je suis un être réellement existant" signifie-t-il autre chose que l'énonciation du simple constat de l'expérience sensible ? Il semblerait que oui puisque le terme "réel" employé revêt un costume manifestement métaphysique en s'associant au concept de vérité. Le réel dont on parle n'est donc pas suffisamment précisé : si par réel on entend le simple fait sensible, alors il n'y a pas de néant qui tienne. Si par réel on entend une étroite relation avec la vérité, alors le néant doit intervenir puisqu'une vérité ne peut s'établir que par référence à un étalon. Mais quel étalon choisir lorsque l'on parle du fait plénier de la phénoménalité ?

Parler de néant peut se faire au sein des objets l'expérience sensible, mais pas pour parler de l'expérience sensible. Cela n'a aucun sens !

descriptionAutour d'une pensée de l'existence - Page 2 EmptyRe: Autour d'une pensée de l'existence

more_horiz
Desassocega a écrit:
Arcturus, simple remarque concernant la forme de votre sujet : veuillez éviter les post à répétition. Les longs développements sur un même message ne posent aucun soucis, au contraire. 

Oui bien sûr, je vais faire du mieux que je peux; j'ai malheureusement peu de temps libre devant moi et j'essaye de taper quand j'ai un moment.

descriptionAutour d'une pensée de l'existence - Page 2 EmptyRe: Autour d'une pensée de l'existence

more_horiz
Crosswind a écrit:
Je n'ai malheureusement pas encore eu le temps matériel de lire son livre, ma question pourrait en conséquence sembler naïve si la réponse s'y trouve, mais que sous-tend chez lui le mot "existence" ? J'intègre facilement la première partie de votre intervention, qui concerne la difficile constatation de l'étrangeté de l'Être, mais dès qu'il s'agit de l'existence, je vibre. Vous écrivez "


Dire que l'existence est contingente revient à dire que nous ne pouvons que constater que nous existons. L'existence est de l'ordre du constat, du factuel"



Je n'oserais pour ma part jamais aller aussi loin en ce qui concerne l'établissement existentiel absolu d'un "je" (du moins c'est ainsi que je le comprends). Faire le constat d'une expérience est une chose, cela revient à dire il y a, en déduire une ontologie de la personne (la proposition est peut-être un peu forte mais c'est en l'état celle qui me semble la plus parlante) est abusif en droit : il n'y a pas nécessairement quelque chose pour quelqu'un. A moins que je ne comprenne pas du tout le fond de sa pensée ce qui est fort possible ! De même, s'il est d'évidence impossible d'opérer une déduction lorsqu'il s'agit de s'ouvrir à l'expérience (et cette phrase devrait être lue et relue par les neurologues), il en est de même d'une quelconque opération déductive en ce qui concerne la nature même de cette existence, si d'ailleurs une nature peut être invoqué  ici. De quel droit attribuer une quelconque caractéristique à ce constat d'évidence de l'éprouvé puisque, de facto on ne peut en sortir pour en avoir une vision objective ? Enoncer "il y a" ou "je suis là", ce qui n'est pas pareil mais passons, ne permet pas d'inférer la proposition "il y a mais il aurait pu ne pas y avoir" (ou "je suis là mais j'aurais pu ne pas être là"), du moins pas sans se projeter dans une métaphysique particulière. On peut en effet envisager l'existence de quelque chose, une chose transcendante, d'où émergerait le fait de l'éprouvé d'existence, et dans ce cas il est à la rigueur possible (à la rigueur car je crains que même cette position reste faible) de dire "j'existe et j'aurais pu ne jamais l'être". Mais c'est un choix, pas une implacable déduction logique. Toute utilisation d'une partie du contenu de l'éprouvé en vue de le caractériser implique un choix métaphysique de la part de l'auteur. 

Vous êtes dans l'analyse exclusive des mots dissociés de leur rapport entre eux. Je dirai que vous êtes totalement acquis à l'analyse. Sartre est un écrivain, et il vient à la philosophie par la voie de l'écrit. Un écrivain, imaginez Proust, ne construit pas son écrit comme vous, vous le pensez. Il n' y a pas analyse mais synthèse immédiate des mots entre eux. Un écrivain entre en liaison avec le sentiment (je vous laisse chercher le sens de "sentiment "en philosophie).
J'ai bien conscience que mon approche du langage n'est pas la vôtre. Je reste néanmoins chevillée à ma manière d'écrire en raison des résultats que j'obtiens, puisque je suis une femme enseignante, et que je j'obtiens des résultais probants près de mes élèves. 
Pour avoir la possibilité de fréquenter d'autres "philosophes" en quoi je diffère de vous? En ce sens que je suis dans le "sentiment", que je perçois les réalités à partir du sens interne comme dirait Kant (je suis l'exposé actuel d'aliochaverkiev).
Il est nécessaire que vous vous laissiez aller à la musique du texte que j'écris; quand vous l'aurez lu en entier, alors vous pourrez me faire part de vos remarques.
Bien à vous.
Nicole.
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum