Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

A-t-on besoin de croire en notre libre-arbitre ?

+2
Nash
cyr
6 participants

descriptionA-t-on besoin de croire en notre libre-arbitre ? - Page 3 EmptyRe: A-t-on besoin de croire en notre libre-arbitre ?

more_horiz
L'état de quoi, et que mobilise-t-il ? On pourrait dire qu'il existe un certain état cérébral qui fait émerger une conscience. Mais le terme état est équivoque parce que tout ce qui est rapporté par la conscience, et par le corps, modifie cet état. De plus, on peut prendre le terme état non pas comme un agencement cérébral qui fait émerger la conscience, mais comme la conséquence de ce que cela fait d'être conscient de telle chose. Donc ce n'est pas aussi simple, et nous n'avons pas même de réponse concernant l'apparition de la conscience. C'est pourquoi je prends la conscience à minima, c'est-à-dire comme un rapporteur que sous-tend une intentionnalité. Or le rapporteur n'est pas le juge. Vous pourrez rétorquer que l'intentionnalité est déjà une forme de jugement, et ce serait partiellement vrai. Sauf que, aller dans le monde ne sert à rien s'il n'y a pas de retour sur soi. Il y va donc de cette intentionnalité comme d'un éclaireur en mission. Et tout le but de la mission c'est d'en rapporter des informations. On ne jugera pas sur l'ordre de la mission, bien qu'il puisse être jugé comme on apprécierait une méthode, mais surtout sur le retour d'informations. Et c'est à ce retour que le jugement peut opérer selon un projet et donc une volonté.
Ramené à la responsabilité, si je pars en découverte d'un peuple isolé je ne peux rien juger du seul fait que la rencontre ait eu lieu. Ce n'est qu'a posteriori que je peux me le permettre et avec toute une panoplie d'outils cognitifs et émotionnels. Donc avoir seulement conscience de l'autre peut être ramené à une simple rencontre. De là, cette seule expérience ne m'oblige en rien. Mais elle peut m'affecter en retour, et dans ce cas la conscience n'est plus tendue vers la rencontre mais vers ce que cette rencontre me fait. Et de ce que je déciderais de cet état là est de ma responsabilité, mon choix et ma volonté.

descriptionA-t-on besoin de croire en notre libre-arbitre ? - Page 3 EmptyRe: A-t-on besoin de croire en notre libre-arbitre ?

more_horiz
Pourriez-vous s'il vous plaît détailler ce que vous entendez par intentionnalité (je pense manquer de vocabulaire philosophique sur ce point).
Auriez-vous des conseils de lecture relatifs au libre-arbitre ? Ce thème m'intéresse de plus en plus.

descriptionA-t-on besoin de croire en notre libre-arbitre ? - Page 3 EmptyRe: A-t-on besoin de croire en notre libre-arbitre ?

more_horiz
Vangelis a écrit:
En quoi la conscience de quoi que ce soit nous obligerait ? La conscience a-t-elle seulement une valeur ? Non, c'est juste un flux. Il y a une intentionnalité derrière la conscience, et donc vous ne pouvez pas faire l'économie de la volonté. Ce qui nous ramène au problème du départ.

Le texte en citation postule que la conscience est essentiellement communication entre les hommes. Cette communication n'implique-t-elle pas la responsabilité ? N'implique-t-elle pas la règle et la transgression, le droit ? Elle l'implique au moins à travers le langage puisqu'il faut être d'accord sur les signes pour désigner.

descriptionA-t-on besoin de croire en notre libre-arbitre ? - Page 3 EmptyRe: A-t-on besoin de croire en notre libre-arbitre ?

more_horiz
Nash a écrit:
Pourriez vous s'il vous plaît détailler ce que vous entendez par intentionnalité (je pense manquer de vocabulaire philosophique sur ce point).

L'intentionnalité chez Husserl, Sartre etc. c'est la visée d'un objet (même imaginaire) par la conscience. C'est-à-dire que la conscience est toujours conscience de quelque chose. Les objets ne rentrent pas dans la conscience, ils sont visés par elle et selon différentes modalités. Par exemple si j'imagine une maison, je vise l'objet maison selon la modalité de l'imagination. Si c'est une maison que je connais, ce sera selon la modalité du souvenir. Si encore je regarde une maison devant moi, ce sera selon la modalité perceptive.

Zingaro, je reviens vers vous plus tard.

descriptionA-t-on besoin de croire en notre libre-arbitre ? - Page 3 EmptyRe: A-t-on besoin de croire en notre libre-arbitre ?

more_horiz
Merci de votre explication : c'est maintenant clair.
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum