Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Changer de regard

+3
nnikkolass
Silentio
Dalva
7 participants

descriptionChanger de regard - Page 4 EmptyRe: Changer de regard

more_horiz
Le problème que soulève Aristote dans ces propos ne concerne en fait pas directement ce dont nous parlons ici, puisqu'il s'agit là de sa célèbre distinction entre activité poétique (utile) et pratique (qui trouve son but en elle-même). Vous trouverez très rapidement sur Internet beaucoup de textes et d'études sur cela, ce qui vous permettra d'y voir plus clair sur tout ce dont Aristote parle ;)

descriptionChanger de regard - Page 4 EmptyRe: Changer de regard

more_horiz
Merci pour le conseil.
Mais nous sommes bien d’accord, Aristote fait le distinguo entre la praxis et la poiésis. Mais lorsqu’il dit que l'action politique du citoyen, quand il discute à l'assemblée est praxis et que cette activité est noble et que la poiésis, activité technique, est servile il considère bien que l’une est supérieure à l’autre, non ?
Il semblerait qu’il dévalorise ce qui est du ressort de l’utile et qu’il valorise le domaine de la pensée. Ne dit-il pas que la noblesse des mathématiques est de ne servir à rien ?
Comme il fait la différence entre les hommes, d’un côté les hommes libres (capables de se gouverner) et de l’autre, les esclaves (incapables de le faire). Ce qu’il appelle l’inégalité naturelle.

Dernière édition par Nixkamich le Jeu 16 Mai 2013 - 19:12, édité 1 fois

descriptionChanger de regard - Page 4 EmptyRe: Changer de regard

more_horiz
En effet, Aristote préfère l'activité pratique à l'activité poétique, car cette dernière empêche l'homme d'être libre. Je dis cela grossièrement, bien sûr il faudrait développer, mais je vous laisse faire ce travail ;)

Il semblerait qu’il dévalorise ce qui est du ressort de l’utile et qu’il valorise le domaine de la pensée.

Faites attention aux termes que vous utilisez, car vous transformez Aristote quand vous dites cela. L'opposition ne se joue pas entre utile/pensée, mais bien entre poétique/pratique, et ce n'est évidemment pas la même chose.

descriptionChanger de regard - Page 4 EmptyRe: Changer de regard

more_horiz
Disons que si Aristote ne sépare pas les idées des conditions de vie, il semble qu’il accorde quand même la prééminence à la recherche de la perfection, en visant le dépassement de la condition humaine. C’est pourquoi il dit que la justification de la philosophie est née du combat de l’homme contre sa propre ignorance, pour que celle-ci soit remplacée par le savoir. Et que cette connaissance ne vise aucun but pratique, elle contient sa propre finalité et ne doit pas s’abaisser à s’appliquer à une quelconque utilité matérielle, au risque de perdre sa pureté.

On pourrait reprocher à cette philosophie de se couper d’une partie essentielle d’elle-même, en ne mettant pas en pratique sa réelle valeur. Imaginons un philosophe de haut niveau intellectuel, connaissant parfaitement les lois morales et ne les mettant pas en pratique, en ayant une conduite immorale. Serait-ce un véritable philosophe ?


C’était le sens de la remarque que je faisais au début de ce fil de discussion.

descriptionChanger de regard - Page 4 EmptyRe: Changer de regard

more_horiz
Nixkamich a écrit:
C’était le sens de la remarque que je faisais au début de ce fil de discussion.

Oui, et comme je vous l'ai alors signalé, les termes que vous utilisez vous mènent à des contre-sens sur la philosophie d'Aristote.
Dans votre dernier message, vous refaites les mêmes erreurs sur l'emploi des mots... A croire que vous ne me lisez pas.
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum