Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Le regret comme point de départ de la philosophie

+6
JimmyB
Zingaro
Liber
Silentio
Desassocega
juliendeb
10 participants

descriptionLe regret comme point de départ de la philosophie - Page 4 EmptyRe: Le regret comme point de départ de la philosophie

more_horiz
Je suivrai votre conseil, Desassossego, je lirai les Lettres à Lucilius. J'ai dû les télécharger en édition numérique : aucune édition en librairie ne présente la version intégrale des Lettres. Peut-on la trouver ?

Marc-Aurèle était un empereur, et cela se sent dans son écrit principal (le seul, non ?). Tous ses soliloques se terminent par une exhortation à la bonne vie en société : il faut avant tout bien agir en société pour bien agir envers soi-même. Mais dans ses écrits, j'ai du mal à cerner si le but visé est le bien-être d'un homme ou d'un peuple.
Je tiens à préciser que je pense avoir lu une traduction extrêmement mauvaise des Pensées de Marc-Aurèle (qui invente des mots étranges pour essayer de rendre compte de l'originalité de la pensée de Marc-Aurèle... plein de passages restent donc extrêmement sombres dans mon esprit, et je pense donc l'avoir mal lu, voire très mal). Il me tarde de les relire dans une autre traduction !
Cela dit, nous dévions du sujet en parlant de nos goûts personnels...

Je tenais encore à dire à Desassossego, par rapport aux réponses que vous m'avez donné au début de cette discussion, que les sentiments négatifs ont été un moteur important pour la production d'un grand nombre d'œuvres littéraires. Cela a été le cas de Du Bellay, avec ses Regrets (ce qui colle parfaitement au contexte, n'est-ce pas ?), de Victor Hugo ayant écrit des poèmes magnifiques sur la mort de sa fille Léopoldine (et la tristesse sue de ses poèmes), de Louise Labé, de Baudelaire.
La tristesse, le remords, le regret apparaissent comme des illuminations. Je regrette, donc j'écris : cela a été le cas de du Bellay au moins. Mais le regret, la tristesse, nous poussent quelquefois à voir les choses différemment, à aborder les événements de manière différente, à adopter une nouvelle éthique. Pourquoi la philosophie, qui s'occupe d'éthique entre autres choses, en serait donc exempte ?

descriptionLe regret comme point de départ de la philosophie - Page 4 EmptyRe: Le regret comme point de départ de la philosophie

more_horiz
Donc vous affirmez ou vous voulez affirmer que la philosophie, qui est une discipline se fondant sur la raison aurait pour point de départ le regret ? N'est-ce pas contradictoire ?
Partir du principe que des auteurs ont choisi leurs émotions comme moteur de leur travail artistique vous permet-il de rendre ce moteur nécessaire à tous dans la production artistique ?
La philosophie est donc un art selon vous ?

descriptionLe regret comme point de départ de la philosophie - Page 4 EmptyRe: Le regret comme point de départ de la philosophie

more_horiz
JimmyB a écrit:
Donc vous affirmez ou vous voulez affirmer que la philosophie qui est une discipline se fondant sur la raison aurait pour point de départ le regret ? N'est ce pas contradictoire ?
Partir du principe que des auteurs ont choisi leurs émotions comme moteur de leur travail artistique vous permet il de rendre ce moteur nécessaire à tous dans la production artistique ?
La philosophie est donc un art selon vous ?
Ces questions ne s'adressent pas à moi, mais comme je souscris à l'idée de juliendeb, je suis intéressé par ces critiques.
Je suis en accord avec vous sur le point qu'on ne réfléchit pas sérieusement avec ses émotions. Cependant rien ne nous empêche de réfléchir sur ses émotions. Elles prennent une partie beaucoup trop importante dans notre vie pour pouvoir les ignorer.
Pour lever la contradiction que vous pointez, il nous faut des voies qui de l'émotion nous amènent à l'analyse rationnelle. Le regret fait pour moi partie de ces voies, car en même temps qu'elle est émotion, elle est aussi raison, car il y a derrière tout regret une analyse, une conceptualisation, une recherche de ce qui aurait pu éviter ce regret.

Le regret étant une émotion et une analyse (pouvant parfois tourner à l'obsession), je pense que c'est un point de départ possible pour la philosophie.

descriptionLe regret comme point de départ de la philosophie - Page 4 EmptyRe: Le regret comme point de départ de la philosophie

more_horiz
Non, pas le regret comme point de départ où d'arrivée de la philosophie. Mais plutôt la douleur comme son épicentre.

descriptionLe regret comme point de départ de la philosophie - Page 4 EmptyRe: Le regret comme point de départ de la philosophie

more_horiz
Est-on censé comprendre que les Grecs se désintéressaient déjà de la "vérité" et de la "réalité" ?
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum