Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Le regret comme point de départ de la philosophie

+6
JimmyB
Zingaro
Liber
Silentio
Desassocega
juliendeb
10 participants

descriptionLe regret comme point de départ de la philosophie - Page 2 EmptyRe: Le regret comme point de départ de la philosophie

more_horiz
Kthun a écrit:
Sénèque avait-il le souci de soi ?
Oui, ce qui va toujours avec le souci des autres, cf. préoccupation et soin de l'âme, souci de justice (harmonie, mesure, etc.).

descriptionLe regret comme point de départ de la philosophie - Page 2 EmptyRe: Le regret comme point de départ de la philosophie

more_horiz
Desassossego a écrit:
Or si regret il y a, c'est alors le regret de celui qui, regardant ce qu'il dit, constate qu'il n'est jamais parvenu à vivre à la hauteur de ce qu'il pensait. Le regret n'est alors pas un point de départ, bien au contraire.

Ce que vous dites là me satisfait pleinement, et me cloue franchement le bec, vulgairement parlant.

Desassossego a écrit:
Juliendeb a écrit:
Si ce n'est pas le regret qui permet à la philosophie, c'est ou de l'admiration, ou de la contemplation.


Je ne comprends pas ce que vous dites là. Que voulez-vous dire ?

J'admets que ce n'est pas clair. Et la première de vos objections est tellement évidemment exacte que je suis dans le trouble à présent. Peut-être que la philosophie commence par l'admiration ou la contemplation d'un genre de vie, mais se finit, dans le cas de Sénèque du moins, et suivant ce que vous avez dit, par le regret.

Desassossego a écrit:
Juliendeb a écrit:
"je parle de la vertu, non de moi" : il ne fait donc pas partie de ces gens vertueux.

Vous allez trop vite. Si Kant vous dit : "je parle de la morale, pas de moi". Est-ce à dire que Kant n'était pas moral ? Il est bien possible que Sénèque n'aie pas réussi à vivre à la hauteur de ce qu'il désignait comme sage, mais je ne pense pas qu'il fut un vicelard débauché. Quand on le voit dans les Lettres à Lucilius, c'est flagrant.

Quant à Néron, je voulais parler de sa "folie" ;)

Je n'ai pas lu les Lettres à Lucilius, mais je suis tellement attiré par la philosophie stoïcienne que cela ne saurait tarder. Et je ne dis pas que Sénèque était un vicelard débauché. Mais c'est lui-même qui s'attribue des vices. Il ne se considérait de toute évidence pas comme l'homme vertueux auquel il prétendait, et qu'il regrette tant de ne pas avoir été.

En tous les cas, je vous remercie, car je pense avoir déjà eu une bonne réponse sur le sujet.

descriptionLe regret comme point de départ de la philosophie - Page 2 EmptyRe: Le regret comme point de départ de la philosophie

more_horiz
A mon avis, il faut prendre toutes ces déclarations de vertu de très loin, car elles étaient coutumières chez les Romains. On est plus là en face d'une habitude générale de la bonne société romaine que d'une pensée propre à Sénèque. Lisez le début des deux livres d'histoire de Salluste (lui aussi extrêmement riche), vous y trouverez les mêmes préoccupations de paraître un homme adonné à l'étude, studiosus. Le vrai, le seul regret de Sénèque, est de n'avoir pas eu une grande carrière politique. Comme Salluste.

Salluste a écrit:
La vie de l'homme est guidée et dominée par l'âme.
Salluste a écrit:
Un beau visage, une grosse fortune, la vigueur physique et autres avantages de ce genre se dissipent vite, tandis que les beaux travaux de l'esprit ressemblent à l'âme : ils sont immortels.
Etc., etc.

Nugae ! (balivernes), comme on disait à Rome.

descriptionLe regret comme point de départ de la philosophie - Page 2 EmptyRe: Le regret comme point de départ de la philosophie

more_horiz
Peut-être pourrions-nous renverser la question, à présent que je suis presque entièrement persuadé de ce qu'a répliqué Desassossego tout à l'heure : Le regret ne serait-il pas le point final de toute philosophie ?

Si Sénèque, et d'après lui encore Épicure, écrivent ce qu'ils auraient dû être, c'est effectivement ce que l'on pourrait alors penser, non ?

N.B. : je me rends compte, et cela permettra d'éclaircir encore le sujet, que cette question s'applique uniquement aux philosophies éthiques, pas à celles qui s'occupent de science, évidemment !

Liber a écrit:
A mon avis, il faut prendre toutes ces déclarations de vertu de très loin, car elles étaient coutumières chez les Romains. On est plus là en face d'une habitude générale de la bonne société romaine que d'une pensée propre à Sénèque.
Évidemment, cette pensée n'est pas propre à Sénèque, mais n'est pas propre aux Romains non plus. Le Portique n'est pas une école romaine, mais grecque, ne l'oublions pas ! Je ne pense donc pas que Sénèque, étant donné la similitude qu'il y a entre son éthique et l'éthique stoïcienne grecque, se soit inspiré des mœurs de son peuple.
Je n'ai pas énormément d'informations sur l'inspiration de Sénèque, mais cela me semble plus juste.

descriptionLe regret comme point de départ de la philosophie - Page 2 EmptyRe: Le regret comme point de départ de la philosophie

more_horiz
juliendeb a écrit:
Peut-être que pourrions-nous renverser la question, à présent que je suis presque entièrement persuadé de ce qu'a répliqué Desassossego tout à l'heure : Le regret ne serait-il pas le point final de toute philosophie ?

Si Sénèque, et d'après lui encore Épicure, écrivent ce qu'ils auraient dû être, c'est effectivement ce que l'on pourrait alors penser, non ?

N.B. : je me rends compte, et cela permettra d'éclaircir encore le sujet, que cette question s'applique uniquement aux philosophies éthiques, pas à celles qui s'occupent de science, évidemment !
Je vous accorde qu'il est plus simple de chercher les points communs des philosophes que leurs singularités, enfin pensez-vous vraiment pouvoir ramasser toutes les philosophies sous un quelconque critère ? Le critère "philosophie" me paraissant lui-même bien équivoque... N'est-ce pas là une tendance à rapetisser la philosophie (peut-être pour mieux l'accueillir, ce qui est louable !), mais une entreprise d'appauvrissement tout de même ?

La question qu'évoque vos messages me semble plus être celle de l'évidence que vous voyez dans un lien entre regrets et philosophie. J'espère sincèrement que vous serez démenti dans l'expérience.
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum