Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

[résolu]"La volonté de puissance" : un faux ?

+2
Euterpe
Silentio
6 participants

description[résolu]"La volonté de puissance" : un faux ? - Page 4 EmptyRe: [résolu]"La volonté de puissance" : un faux ?

more_horiz
C'est un ouvrage inventé au même titre que les Pensées de Pascal, l'ordonnancement est arbitraire, mais les aphorismes sont bien de leur auteur. Si l'on parle de censure ou de réécriture, Domenico Losurdo (historien d'obédience hégélo-marxiste) insiste quant à lui pour dire que la sœur de Nietzsche et ses épigones ont avant tout cherché à gommer, atténuer certains propos pour leur virulence, non à sélectionner ce qui servirait leur idéologie racialiste. Tout l'inverse des accusations habituelles portées à leur encontre.

Personnellement, pour avoir lu l'œuvre entière de Nietzsche, je trouve que la Volonté de puissance en est l'exposé le plus clair et le plus systématique. Bien sûr, on peut se demander pourquoi certains aphorismes et non d'autres ont été réunis dans telle et telle partie (le plan présente l'avantage de réunir sous de mêmes catégories des propos semblables ou liés entre eux par une même thématique), mais dans l'ensemble je ne vois pas ce qui trahit la pensée de Nietzsche. On incrimine en général ce recueil pour les mauvaises interprétations qui en ont été retirées, cependant il semble plus probe de blâmer les interprètes et leur cécité.

description[résolu]"La volonté de puissance" : un faux ? - Page 4 EmptyRe: [résolu]"La volonté de puissance" : un faux ?

more_horiz
D'accord.
Il m'apparaît donc que la meilleure chose à faire pour moi est... de le lire. Je dois bien avouer une sorte d'appréhension face à ce livre, à cause de sa réputation.
Toujours est-il que les avis semblent partagés, y compris au plus "haut niveau" à son sujet.
Mais après tout, plus que l'authenticité, c'est bien l'idée qui compte.

description[résolu]"La volonté de puissance" : un faux ? - Page 4 EmptyRe: [résolu]"La volonté de puissance" : un faux ?

more_horiz
Silentio a écrit:
[...] mais les aphorismes sont bien de leur auteur.

Ce n'est pas l'avis de tout le monde :
La volonté de puissance n'existe pas - Mazzino Montinari ; postface de Paolo D'Iorio a écrit:

En effet, si tous les textes de Nietzsche publiés dans La Volonté de puissance doivent être considérés comme apocryphes à cause des manipulations qu'ils ont subi, ils s'en trouvent qui sont “plus apocryphes que d'autres”, parce qu'il s'agit de citations d'autres auteurs que le philosophe avait simplement notées dans ses cahiers et que les compilateurs ont publié comme d'authentiques aphorismes de Nietzsche.
Donc quand un lecteur non prévenu lit, dans l'édition Würzbach : « L'Église est exactement ce contre quoi Jésus a prêché, et contre quoi il a enseigné à ses disciples à lutter » * , il ne sait pas qu'il lit du Tolstoï. Elisabeth Förster-Nietzsche au contraire, le savait, dans la mesure où elle a publié dans sa compilation tous les extraits de Tolstoï sauf les deux où Nietzsche indiquait explicitement sa source.
Si Tolstoï est le cas le plus flagrant, il en va de même pour les citations ou les paraphrases de Charles Féré, Louis Jacolliot, Ferdinand Brunetière, Emanuel Hermann, Henri Joly, Paul Albert, Lefebvre Saint-Ogan.

* Cf. Léon Tolstoï, Ma religion, Paris, 1885, p. 220, FP 11[257] 1887-1888 = VP2 168 = VP5, I, 419. Nous prévenons le lecteur que les “aphorismes” 102, 103, 105, 106, 129, 132, 147, 164, 141, 131 393 de VP1, 748, 207, 179, 191, 194, 718, 723, 759, 193, 224, 169, 335, 166 de VP2 et I, 360, 361, 363, 365, 366, 371, 390, 405, 419, 421 de VP5 sont des citations ou des paraphrases de Tolstoï. L'édition Colli-Montinari évidemment, même dans l'appareil critique provisoire actuellement disponible, publie ces textes comme fragments posthumes de 1887-1888 (11[236] et sq) en indiquant correctement la source.

description[résolu]"La volonté de puissance" : un faux ? - Page 4 EmptyRe: [résolu]"La volonté de puissance" : un faux ?

more_horiz
En effet, il y a eu réécriture de certains aphorismes, mais il me semblait que cela ne concernait que les versions antérieures de l'ouvrage. Ces emprunts figurent-ils dans l'édition Gallimard Tel que j'ai lue et à laquelle je me référais sans la citer (je crois, et c'est à vérifier, qu'il y a eu un travail important sur celle-ci et qu'y figurent un nombre plus important d'aphorismes) ? Si oui, j'ai dit une bêtise. Il faudrait alors dire que dans la majorité des cas ces aphorismes proviennent bien du corpus nietzschéen et n'ont, en outre et pour la plupart, subi aucune modification. Les exceptions devraient être signalées.

Pour le reste, c'est inquiétant, mais toutefois est-ce si grave ? Il y a parfois une grande proximité entre Nietzsche et d'autres auteurs, et il ne s'est jamais privé pour les citer, les reprendre, les détourner, etc. Il ne faudrait pas, évidemment, lui faire dire ce qu'il n'a pas dit. Mais sur le fond, je ne suis pas certain que retirer ou conserver les aphorismes suspects ou frauduleux soit si nuisible. Il ne semble pas, par exemple, que la citation de Tolstoï soit éloignée à ce point de Nietzsche qu'elle jette le discrédit sur l'ensemble des aphorismes. Maintenant, cela n'a rien à faire là et il faut le savoir.

Pour revenir sur cette citation et être un poil tatillon, je me demande tout de même si Nietzsche aurait dit que Jésus a enseigné à ses disciples à se défier de l'Église. Car s'il oppose bien l'enseignement de Jésus (la "bonne nouvelle") à celle-ci, il accuse notamment Paul (et Pierre, j'imagine, puisqu'il a fondé cette Église) d'avoir trahi Jésus. Pour Nietzsche, et c'est là aussi bien une vérité pour lui qu'un trait d'ironie, "il n'y a jamais eu qu'un seul chrétien et il est mort sur la Croix". Peut-être même Jésus a-t-il été sacrifié au christianisme...

Quant à utiliser Tolstoï, cela accrédite plutôt la thèse de Domenico Losurdo, me semble-t-il. Il s'agit plutôt d'adoucir Nietzsche (peut-être de le christianiser, suivant en cela les humeurs de cette sœur qui n'a jamais pris son frère au sérieux) pour favoriser sa réception auprès de la bonne société bourgeoise de la fin du siècle et du début du XXe, plutôt que de favoriser le terrain aux nationaux-socialistes des années 1930.

Notons que l'opération frauduleuse a consisté à faire passer des citations pour des pensées de Nietzsche, mais ces citations sont bien de son fait et figurent, me semble-t-il, dans son œuvre. Elles n'ont donc pas non plus atterri là par hasard. Reste à savoir pourquoi la sœur a préféré prêter directement tel propos à son frère plutôt que de laisser figurer la citation comme telle.

De toute façon, même si je n'ai pas grand-chose contre l'ouvrage (je crois qu'on peut le lire pour bien cerner la pensée de Nietzsche, même si cela n'a pas empêché les interprétations contradictoires d'Heidegger et de Deleuze, ce qui ressort plutôt aux différences propres à ces auteurs plutôt qu'au texte ; c'est son usage scientifique qui fait problème), il me semble que son défaut réside dans sa volonté de systématisation (ce que Nietzsche a toujours dénoncé, bien qu'il ait visé lui aussi un système) : car il ne peut y avoir qu'un système apparent lorsqu'il est basé sur l'accumulation de notes, elles-même ayant des dates. Or la pensée de Nietzsche évolue et on ne peut le comprendre sans rapporter son œuvre à un moment de sa vie. L'avantage de VP, c'est de donner une vue d'ensemble, comme sur les hauteurs, les cimes dont parlait Nietzsche, mais si l'on veut comprendre sa pensée, il faut aller dans le détail. Et là, effectivement, ça ne peut pas aller. C'est d'autant plus idiot de falsifier ainsi son œuvre qu'il a été philologue...
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum