Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Les animaux ont-ils une conscience ?

+10
Dienekes
benfifi
Vangelis
Intransigeance
Etéocle
Euterpe
Desassocega
Silentio
Baschus
Lou S.
14 participants

descriptionLes animaux ont-ils une conscience ? - Page 3 EmptyRe: Les animaux ont-ils une conscience ?

more_horiz
Si l'on définit la cruauté comme le sentiment de plaisir éprouvé devant la souffrance d'autrui, il me paraît difficile de contester la présence de la cruauté chez les animaux.

Le "devant la souffrance d'autrui" est en trop. Il n'y a pas de reconnaissance d'autrui en tant que tel ni de sa souffrance. Par ailleurs, dans la nature l'animal est comme l'homme de Rousseau, naturellement bon. La cruauté ne peut exister qu'en société, à partir du moment où l'on se reconnaît lié à autrui et que l'on apaise la violence des désirs contradictoires par la loi ou une norme. L'état normal de la société civile n'est pas celui de la nature. La violence y est jugée et ce qui est naturel est rejeté en vue de pacifier les relations humaines. On a inversé les valeurs, la nature nous apparaît monstrueuse et cruelle alors que c'est nous qui avons choisi de la rejeter pour élaborer la civilisation humaine. Mais ce qui est humain est artificiel, construit, et nous ne nous remettons pas de voir que la nature, son inégalité et sa violence, sont au cœur de l'homme et que ce dernier est imparfait au regard de l'idéal qu'il s'est fixé et auquel il croit.

descriptionLes animaux ont-ils une conscience ? - Page 3 EmptyRe: Les animaux ont-ils une conscience ?

more_horiz
Comment définiriez-vous la cruauté si ce n'est pas en la décrivant comme la jouissance de la souffrance de l'autre ? L'histoire de la nature comme l'histoire de la civilisation, c'est l'histoire de la cruauté, à la différence que la cruauté humaine est souvent plus subtile que la cruauté animale. La violence n'est pas supprimée par le droit, elle est transformée, complexifiée.

descriptionLes animaux ont-ils une conscience ? - Page 3 EmptyRe: Les animaux ont-ils une conscience ?

more_horiz
Je ne suis pas contre la définition, je disais qu'elle ne pouvait pas s'appliquer à l'animal. Mais chez l'homme cette définition devrait aussi prendre en compte le jugement moral. Ainsi, la guerre n'est pas cruelle, elle oppose deux absolus l'un contre l'autre, les soldats revêtent un uniforme qui indique qu'ils sont là pour vaincre ou mourir au nom de l'absolu qu'ils défendent. La cruauté c'est le traitement violent réservé à celui qui redevient un homme et que l'on torture comme s'il était encore un ennemi alors que capturé il n'est plus un soldat opérant en tant que tel. Là, en tant qu'homme, il devrait bénéficier du traitement réservé à ceux qui font partie de la société civile. C'est le fait de ne pas respecter les conventions sociales basées sur la limitation de la violence (pourtant fondatrice ?) qui nous rend sensible à l'écart entre l'idéal et le comportement animal de l'homme, ce qui crée dans un même mouvement la cruauté et son rejet moral (les deux semblent inséparables, la cruauté nous dégoûte et nous révolte, elle est monstrueuse, inhumaine). On ne pardonne pas à l'homme de faire ce qui est contraire à l'idée que nous avons de l'Homme, tandis que nous ne pouvons changer quoi que ce soit au fait que le lion dévore sa proie ou que le chat joue avec la souris. Quant à l'homme, pouvons-nous vraiment lutter contre le fait que lui aussi est un animal ? Bien entendu, ça nous choque, et nous trouvons ça cruel, l'homme étant bien au-dessus, exempt de cette barbarie, lui le civilisé, lui qui croit au progrès moral. De plus, on jugeait que les manières de Sparte étaient cruelles, mais ceci d'un point de vue extérieur à cette cité, et on respectait tout de même Sparte. La cruauté y était même recommandée, elle était valorisée. Elle n'est donc problématique dans la nature que dans le regard de l'homme qui a voulu s'en séparer en rejetant la violence. Nous avons honte de la part animale en nous et nous sommes d'autant plus choqués par la cruauté dont peut faire preuve celui qui s'écarte de la loi et des mœurs que nous sommes hypocrites en détournant notre regard du fait que la société civile elle-même est imparfaite et masque la violence qu'elle contient et qui s'y exprime autrement que dans la nature.

Dernière édition par Silentio le Mer 24 Aoû 2011 - 15:55, édité 2 fois

descriptionLes animaux ont-ils une conscience ? - Page 3 EmptyRe: Les animaux ont-ils une conscience ?

more_horiz
Il me semble que vous insérez dans le sentiment de la cruauté quelque chose de plus que je ne le fais ; vous ajoutez à la jouissance de la souffrance le décalage entre la dureté de la réalité et ce qu'elle devrait être, vous-y mettez la déception de l'homme devant l'absence de justice. Je vois la cruauté plus simplement, sans l'amertume du devoir-être : le pur sentiment de jouissance à voir son semblable inférieur à soi, le bonheur de voir sa puissance supérieure à celle d'un autre ; je ne prends pas en compte le jugement moral qu'effectivement seul l'homme peut émettre. Cette petite différence de définition fait que je peux attribuer de la cruauté aux animaux, et vous uniquement aux hommes.

Dernière édition par Baschus le Mer 24 Aoû 2011 - 15:55, édité 1 fois

descriptionLes animaux ont-ils une conscience ? - Page 3 EmptyRe: Les animaux ont-ils une conscience ?

more_horiz
Dans ce cas, si l'on ne s'en tient qu'à l'innocence de l'être, je ne pourrais appeler cela cruauté. Je dirais : je prends mon plaisir. Peu importe, au fond, le moyen.
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum