Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

L'existence de la liberté

+6
Euterpe
Baschus
Silentio
Liber
Desassocega
jem
10 participants

descriptionL'existence de la liberté - Page 5 EmptyRe: L'existence de la liberté

more_horiz
il peut avancer dans la maîtrise de soi, réduire l'influence de ses passions, mais il ne pourra jamais les anéantir.
Et peut-être n'est-ce pas une si mauvaise chose qu'il reste en l'homme de la passion...

descriptionL'existence de la liberté - Page 5 EmptyRe: L'existence de la liberté

more_horiz
Mais c'est peut-être une passion supérieure qui le motive à la maîtrise de soi...

descriptionL'existence de la liberté - Page 5 EmptyRe: L'existence de la liberté

more_horiz
Aristippe de cyrène a écrit:
la démocratie est la forme politique de la liberté.

Une forme politique de la liberté. Une forme, parmi d'autres. C'est déjà pas mal.

jeje62 a écrit:
Si nous exerçons nos libertés nous empêchons d'autres d'exercer la leur non ? Par conséquent lorsque l'on exerce sa suprématie dans un domaine, on empêche d'autres d'atteindre la même chose non ? Et vouloir atteindre un état de suprématie, c'est vouloir dépasser d'autres personnes. Je pars du principe que lorsque l'on prend quelque chose on le retire à quelqu'un. En fait je me rends compte que mon raisonnement est absurde. Que lorsque l'on exprime ses libertés, on n'empêche pas d'autres de faire de même. Je retire ce que j'ai dis. L'expression de nos libertés ne doit pas servir d'autres causes que nos propres intentions. Et c'est cela que j'avais sans doute mal saisi.
Pardonnez-moi mais je n'ai pas saisi tout à fait ce qui était irréductiblement passionnel chez l'homme.

Vous semblez confondre la question de la liberté et celle du pouvoir. Elles se recoupent, évidemment, mais en partie seulement. Être libre ou exercer sa liberté, ce n'est pas nécessairement avoir du pouvoir ou vouloir l'exercer. Il faut envisager la liberté au regard de l'éventail des possibles, par exemple.

jeje62 a écrit:
Bien je le regarderai. Je n'avais pas saisi que la solution n'avait pas été trouvée.

Et pourquoi diable faudrait-il qu'on trouvât une solution aux passions des hommes ? On vante un peu trop la raison, ne voyant pas toujours que ce qu'on promeut, en elle, ce n'est que le calcul. La raison est autrement plus vaste. On peut mettre beaucoup de raison dans ses passions, ou d'intelligence dans son affect.

Dernière édition par Euterpe le Ven 29 Juil 2016 - 14:42, édité 3 fois

descriptionL'existence de la liberté - Page 5 EmptyRe: L'existence de la liberté

more_horiz
J'ai un peu de mal avec ce que je ne comprends pas, j'ai tendance à toujours chercher à comprendre les choses.
Et en effet je confonds peut-être un peu les deux, peut-être que cela est dû à l'image que j'ai de la société.

descriptionL'existence de la liberté - Page 5 EmptyRe: L'existence de la liberté

more_horiz
Rousseau nous dit que la liberté c'est d'obéir à une règle que l'on s'est soi-même fixée, Spinoza que la liberté c'est un effet dont on ne connaît pas la cause. La philosophie se partage entre les tenants de la liberté et les tenants du déterminisme. Et si la théorie de l'évolution permettait de réconcilier les deux ? Si la liberté c'était la possibilité de choisir entre une multitude de déterminismes (génétique, social, etc.) dont le but était la préservation de soi, mais qui peu à peu, avec le développement de la raison pure, serait tombée dans l'illusion de son absolue liberté ? Car tout comme il n'y a pas de liberté absolue, il n'y a pas de déterminisme absolu, mais une multitude qui permet une multitude de choix, deux déterminismes pouvant d'ailleurs s'annuler. On pourrait relier cela à l'inconscient de Freud. Passeraient dans l'inconscient les déterminismes que nous n'aurions pas choisis et que nous bloquerions là. Le risque de la raison pure, c'est d'oublier que nous sommes soumis à des déterminismes, peut-être peut-on voir là la cause de la demande de plus en en plus grande pour légaliser l'euthanasie. Car si ce qui caractérise tout être vivant est sa volonté aveugle de vivre, la raison semble réclamer le droit de pouvoir choisir dans quelles conditions elle est prête à le faire. Elle se retourne ainsi contre l'instinct qui permet à la vie de se maintenir.
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum