Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Sexualité, amour et mariage chez les Grecs et les Romains

5 participants

descriptionSexualité, amour et mariage chez les Grecs et les Romains - Page 8 EmptyRe: Sexualité, amour et mariage chez les Grecs et les Romains

more_horiz
Liber a écrit:
Sans assimiler la personne à une chose, posséder en amour signifie tout simplement qu'on tient à la personne aimée. Accepteriez-vous de la perdre ? Non ? Vous devez donc convenir que vous la possédez, non pas comme une propriété, mais comme une part de vous-même. Vous vous l'êtes assimilée. Elle est entrée en vous et n'en sortira plus que par un déchirement de votre moi. Cet amour est fort peu spirituel, mais il donne les plus fortes émotions, et je crois qu'on y revient toujours avec délices. Le philosophe n'est pas capable d'aimer avec cette force, du moins quand il est philosophe. Le tout est de savoir ce que l'on attend de l'amour, une sensation tiède ou une forte chaleur. Barbey d'Aurevilly a une comparaison amusante mais frappante, quand dans les Diaboliques, il dit à propos d'un amour intense, que les damnés doivent finir par se sentir bien à bouillir dans leur marmite. Sexualité, amour et mariage chez les Grecs et les Romains - Page 8 277638789
Tenir à c'est être tenu par. On ne peut pas assimiler les deux. La relation n'est pas du tout la même. On le voit dans les séparations, qui révèlent souvent la nature du rapport qu'entretenaient deux personnes. Ceux qui en viennent vite à se détester, c'est souvent parce qu'ils étaient dans un rapport possessif et exclusif, qui pouvait même parfois leur donner l'illusion d'une sécurité (comme s'il y avait de la sécurité dans l'amour). Ces gens-là s'étaient pour ainsi dire comme installés dans leur couple. Or, ce que je ne peux plus posséder, et à quoi je croyais être attaché par amour alors qu'il ne s'agissait que d'une banale habitude, la façon la plus rapide et la plus économe pour m'en consoler et m'en débarrasser, c'est de ne plus lui accorder aucune valeur. D'autres ne se remettent pas d'une séparation, c'est souvent parce qu'ils sont fusionnels, en s'abolissant eux-mêmes dans l'être qu'ils croient aimer mais qu'ils n'aiment guère plus que celui qui déteste soudain son ancien partenaire. La question est toujours de savoir ce qu'on perd en perdant l'être qu'on aimait ou qu'on croit avoir aimé. Quand ce calcul est fait, on sait à peu près à qui on a affaire, question amour. Enfin, le supposé déchirement du moi, souvent, n'est rien d'autre que la contrariété de qui ne s'attendait pas à une rupture. Habitude, là encore. Mais il y a des couples qui savent se séparer à point, autrement dit d'un commun accord. En cela, ils sont fidèles à eux-mêmes. Il y en a qui savent ne rien attendre de l'amour, et qui savent bien qu'on attend rien de l'amour, et ils se simplifient grandement l'existence, contrairement à ceux qui font la liste de ce qu'ils veulent et qui ont déjà tout calculé à l'avance.

descriptionSexualité, amour et mariage chez les Grecs et les Romains - Page 8 EmptyRe: Sexualité, amour et mariage chez les Grecs et les Romains

more_horiz
Oh ! l'amour est un de ces sentiments compliqués, il se confond avec beaucoup d'autres choses. Surtout quand une amitié est beaucoup plus sincère qu'une relation amoureuse. Ou sinon c'est que je ne saisis pas bien la définition du mot. Pour ma part, je me dis que le début de quelque chose est le commencement de sa fin. Par conséquent, lorsque deux personnes se mettent en couple, c'est qu'il arrivera un moment où elles se sépareront. Surtout que je ne considère pas l'amour comme un sentiment durable.

Le mariage est une affaire culturelle et sociologique. Un amour n'a nul besoin de mariage ! Enfin je le pense. Le mariage doit, selon moi, avoir un intérêt. Je n'ai jamais rien trouvé de choquant aux mariages arrangés. Tout comme la fidélité est une affaire de mœurs.

descriptionSexualité, amour et mariage chez les Grecs et les Romains - Page 8 EmptyRe: Sexualité, amour et mariage chez les Grecs et les Romains

more_horiz
jeje62 a écrit:
Un amour n'a nul besoin de mariage ! Enfin je le pense. Le mariage doit, selon moi, avoir un intérêt. Je n'ai jamais rien trouvé de choquant aux mariages arrangés. Tout comme la fidélité est une affaire de mœurs.
Je vois que vous êtes libéré ! Sexualité, amour et mariage chez les Grecs et les Romains - Page 8 277638789

Pour la fidélité, vous avez raison, d'autant qu'elle n'est pas là où on dit qu'elle est.

descriptionSexualité, amour et mariage chez les Grecs et les Romains - Page 8 EmptyRe: Sexualité, amour et mariage chez les Grecs et les Romains

more_horiz
Surtout quand une amitié est beaucoup plus sincère qu'une relation amoureuse.

Mais l'amitié est une relation amoureuse... A moins que vous n'aimiez aucun de vos amis, auquel cas vous seriez bien à plaindre ;)

Par conséquent, lorsque deux personnes se mettent en couple, c'est qu'il arrivera un moment où elles se sépareront.

Bah ! si on considère la mort comme une séparation, oui forcément, votre phrase est vraie. Cependant si vous entendez une séparation durant la vie, vous avez forcément tort car nombreux sont les couples qui sont ensemble depuis leur plus jeune âge et restent ensemble jusqu'à la fin de leur vie.

Surtout que je ne considère pas l'amour comme un sentiment durable.

Il y a tellement de degrés dans ce sentiment qu'il me semble difficile d'établir ce genre de postulat.

descriptionSexualité, amour et mariage chez les Grecs et les Romains - Page 8 EmptyRe: Sexualité, amour et mariage chez les Grecs et les Romains

more_horiz
Je vois que vous êtes libéré ! Sexualité, amour et mariage chez les Grecs et les Romains - Page 8 277638789

Ah vous trouvez ? Tant que cela ne bride pas notre capacité à être heureux, je ne vois pas où est le problème :roll:.

Je parle d'une séparation d'une manière ou d'une autre :roll:. Disons que j'ai du mal à prendre en considération "les amoureux fous".

Mais l'amitié est une relation amoureuse... A moins que vous n'aimiez aucun de vos amis, auquel cas vous seriez bien à plaindre ;)
Quand je vous dis que l'amour est un sentiment compliqué :roll:. On voit souvent les gens prendre l'être aimé avec des pincettes, par peur de décevoir, mais où est alors la sincérité ?!
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum