Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

L'éternité du présent

2 participants

descriptionL'éternité du présent - Page 4 EmptyRe: L'éternité du présent

more_horiz
Pour allez un peu plus loin que la vision rétroactive de sa propre vie comme possibilité de recherche d’éternité, mais ne devrions-nous pas écrire « d’éternalisation » (voir supra le la signification de ce néologisme assumé), car il s’agit bien de rechercher si il existe une forme de dépassement de sa propre durée de vie par l’usage ou l’activité de quelque chose qui en nous aurait cette capacité…
 
 
Dans l’extrait ci-dessous :
« -La reproduction vu par l’analogie efficiente apporte aussi une compréhension de l’extrêmalité de la durée de vie, sous un aspect qui prolonge analogiquement l’efficience comme cause du corps dans le domaine du don de soi, puisque une des efficacités de la vie c’est qu’elle est reproductible, nous saisissons qu’analogiquement ce mode d’extension soit l’efficience de la qualité dimensionnelle de la corporéité, qui elle même est l’effet de la répartition de la matière dans le lieu… »
 
où j’essayais de rendre analogiquement compréhensif l’efficience de la durée de vie, par la notion d’extrèmalité provenant en partie de la connaissance en physique comme en témoigne ce long passage ci-dessous (mais très instructif) qui recherche à justifier l’extrêmalité de la singularité comme cause possible d’accidentologie des phénomènes…
voici l’extrait de la thèse de : http://projects.chass.utoronto.ca/semiotics/cyber/bruter6.pdf
 
…« Le second exemple est emprunté à l’étude des morphologies sociales. Dans
la mesure où elles ont pour signification des positions localement ou globalement
dominantes, les singularités incarnées peuvent avoir une vertu organisatrice et
dynamique en ce sens qu’elles ont tendance à susciter autour d’elles des
évolutions et des comportements divers, impliquant parfois des compétitions, des
rivalités, conduisant à l’obtention de ces positions. Le chef, le président, est la
personne singulière du groupe, de la société, qui coordonne et ordonne, donne
L’impulsion.
 
Observons sur une montagne, une singularité quadratique représentée par
un sommet arrondi ; en son voisinage, la forme de la montagne ne subit pas de
changement brutal, et un alpiniste qui s’y déplace ne court point le danger d’une
chute mortelle. Une manière de stabilité est associée à une telle morphologie, qui,
par ailleurs, peut très bien représenter la répartition du pouvoir au sein des
différents constituants d’une société.
 
A l’opposé, au voisinage d’un pic acéré, la forme de la montagne connaît
des variations brutales : l’alpiniste qui atteint ce pic domine pleinement certes le
paysage qui l’entoure, sur lequel il a une magnifique vue ; mais sa position y est
fort instable, et il est partagé entre les impressions de plénitude et de fragilité. Ce
pic correspond à une singularité que je qualifierais volontiers de « dictatoriale » :
le type de montagne correspondant est une bonne représentation de la répartition
du pouvoir au sein d’une société dotée d’un régime du même nom. Je ne suis pas
sûr que les dictateurs, grisés par leur pouvoir, n’éprouvent pas également avec
autant de force le sentiment de leur précarité : combien d’entre eux ont eu la
crainte d’être empoisonnés !
 
Ces exemples empruntés au quotidien témoignent du lien très étroit entre
singularité et extrèmalité. Il est d’ailleurs inscrit au sein même de la définition
adoptée ici de la singularité, en tant que représentation d’une ou d’un ensemble
de situations exceptionnelles.
 
c’est du point de vue du physicien une option tout à fait logique du lien entre singularité et "extrèmalité", mais du point de vue du philosophe de la nature, regardant ce qu’est la vie issue de la matière, ce n’est plus du tout la même lecture, car là où le physicien recherche à parfaire son analogie matérielle entre des cas qui sont sujet à l’accidentologie, le philosophe regarde chaque entité vivante dans son unicité, donc dans sa singularité récapitulant de manière « extrême » toute l’évolution de son espèce…
 
La singularité liée dans ses attributions vitales à une extrêmalité de sa position de vivant, n’est donc plus une cause d’anomalie mais une manifestation de l’irréductibilité de ce moment unique de vie qui comme telle ne peut être dite éternelle, mais porte quand même une ouverture à une durée qui dépasse sa corporéité puisque la singularité de chaque vivant témoigne du phénomène extrême qu’est la vie…
 
À suivre...

où il sera question de la distinction entre vie corporelle et vie spirituelle à partir de la distinction entre matière, forme et privation et des quatre causes qui y font suite…

Dernière édition par Zeugme le Lun 8 Mar 2021 - 10:40, édité 1 fois

descriptionL'éternité du présent - Page 4 EmptyRe: L'éternité du présent

more_horiz

Pour allez un peu plus loin que la vision rétroactive de sa propre vie comme possibilité de recherche d’éternité, mais ne devrions pas écrire « d’éternalisation » (voir supra le la signification de ce néologisme assumé), car il s’agit bien de rechercher si il existe une forme de dépassement de sa propre durée de vie par l’usage ou l’activité de quelque chose qui en nous aurait cette capacité…
 
 
Dans l’extrait ci-dessous :
« -La reproduction vu par l’analogie efficiente apporte aussi une compréhension de l’extrêmalité de la durée de vie, sous un aspect qui prolonge analogiquement l’efficience comme cause du corps dans le domaine du don de soi, puisque une des efficacités de la vie c’est qu’elle est reproductible, nous saisissons qu’analogiquement ce mode d’extension soit l’efficience de la qualité dimensionnelle de la corporéité, qui elle même est l’effet de la répartition de la matière dans le lieu… »
 
où j’essayais de rendre analogiquement compréhensif l’efficience de la durée de vie, par la notion d’extrèmalité provenant en partie de la connaissance en physique comme en témoigne ce long passage ci-dessous (mais très instructif) qui recherche à justifier l’extrêmalité de la singularité comme cause possible d’accidentologie des phénomènes…
voici l’extrait de la thèse de : http://projects.chass.utoronto.ca/semiotics/cyber/bruter6.pdf
 
…« Le second exemple est emprunté à l’étude des morphologies sociales. Dans
la mesure où elles ont pour signification des positions localement ou globalement
dominantes, les singularités incarnées peuvent avoir une vertu organisatrice et
dynamique en ce sens qu’elles ont tendance à susciter autour d’elles des
évolutions et des comportements divers, impliquant parfois des compétitions, des
rivalités, conduisant à l’obtention de ces positions. Le chef, le président, est la
personne singulière du groupe, de la société, qui coordonne et ordonne, donne
L’impulsion.
 
Observons sur une montagne, une singularité quadratique représentée par
un sommet arrondi ; en son voisinage, la forme de la montagne ne subit pas de
changement brutal, et un alpiniste qui s’y déplace ne court point le danger d’une
chute mortelle. Une manière de stabilité est associée à une telle morphologie, qui,
par ailleurs, peut très bien représenter la répartition du pouvoir au sein des
différents constituants d’une société.
 
A l’opposé, au voisinage d’un pic acéré, la forme de la montagne connaît
des variations brutales : l’alpiniste qui atteint ce pic domine pleinement certes le
paysage qui l’entoure, sur lequel il a une magnifique vue ; mais sa position y est
fort instable, et il est partagé entre les impressions de plénitude et de fragilité. Ce
pic correspond à une singularité que je qualifierais volontiers de « dictatoriale » :
le type de montagne correspondant est une bonne représentation de la répartition
du pouvoir au sein d’une société dotée d’un régime du même nom. Je ne suis pas
sûr que les dictateurs, grisés par leur pouvoir, n’éprouvent pas également avec
autant de force le sentiment de leur précarité : combien d’entre eux ont eu la
crainte d’être empoisonnés !
 
Ces exemples empruntés au quotidien témoignent du lien très étroit entre
singularité et extrèmalité. Il est d’ailleurs inscrit au sein même de la définition
adoptée ici de la singularité, en tant que représentation d’une ou d’un ensemble
de situations exceptionnelles.
 
c’est du point de vue du physicien une option tout à fait logique du lien entre singularité et "extrèmalité", mais du point de vue du philosophe de la nature, regardant ce qu’est la vie issue de la matière, ce n’est plus du tout la même lecture, car là où le physicien recherche à parfaire son analogie matérielle entre des cas qui sont sujet à l’accidentologie, le philosophe regarde chaque entité vivante dans son unicité, donc dans sa singularité récapitulant de manière « extrême » toute l’évolution de son espèce…
 
La singularité liée dans ses attributions vitales à une extrêmalité de sa position de vivant, n’est donc plus une cause d’anomalie mais une manifestation de l’irréductibilité de ce moment unique de vie qui comme telle ne peut être dite éternelle, mais porte quand même une ouverture à une durée qui dépasse sa corporéité puisque la singularité de chaque vivant témoigne du phénomène extrême qu’est la vie…
 
À suivre...

où il sera question de la distinction entre vie corporelle et vie spirituelle à partir de la distinction entre matière, forme et privation et des quatre causes qui y font suite…


Intarissable, le bot ! Intarissable, mais démasqué ! Héhéhé ... Cf. ici.

descriptionL'éternité du présent - Page 4 EmptyRe: L'éternité du présent

more_horiz
hors sujet assumé


...encore une fois ne glissez pas dans une irréversibilité antirationnelle pour le coup et revenez à une recherche philosophique intégrant le débat collectif avec la courtoisie qu'il requière, votre entêtement loin de vous servir d'alibi va peu à peu vous désigner comme un penseur radical de l'impossible communication...


un comble pour un professeur ! 

Dernière édition par Zeugme le Lun 8 Mar 2021 - 12:20, édité 1 fois

descriptionL'éternité du présent - Page 4 EmptyRe: L'éternité du présent

more_horiz

hors sujet assumé


...encore une fois ne glissez pas dans une irréversibilité antirationnelle pour le coup et revenez à une recherche philosophique intégrant le débat collectif avec la courtoisie qu'il requière, votre entêtement loin de vous servir d'alibi va peu à peu vous désignez comme un penseur radical de l'impossible communication...


un comble pour un professeur ! 


Il n'intègre pas de correcteur orthographique, le bot ?

descriptionL'éternité du présent - Page 4 EmptyRe: L'éternité du présent

more_horiz
les fautes d'orthographes sont comme des écueils pour les rationalistes et les signes* du lieu de leurs naufrages pour les personnes qui gardent leurs intelligences hors des courants dangereux qui les entourent...


*signes si il en est que l'esprit des machines correctrices est bien du coté des rationalistes...
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum