Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Sens philosophique de la lecture.

4 participants

descriptionSens philosophique de la lecture. - Page 2 EmptyRe: Sens philosophique de la lecture.

more_horiz
Je vous remercie deux fois Zingaro

J'ai commencé la lecture et déjà je suis mal à l'aise mais justement c'est bon signe car ça va à l'encontre de la manière dont je vois les mathématiques mais cela est exactement ce que je cherche à faire avec mon prototype et si justement j'ai besoin de faire ça c'est que déjà à la base j'avais un problème.
Problème que j'ai du mal à visualiser formellement mais votre lien va m'aider.

Il va me falloir beaucoup de temps mais ce n'est pas important pour moi.

descriptionSens philosophique de la lecture. - Page 2 EmptyRe: Sens philosophique de la lecture.

more_horiz
Bonjour Kersetimes,

Dans la préface de son essai-séminaire "S/Z" Roland Barthes s’interrogeait sur la possibilité d’un discours "blanc", qui ne dit que le pur littéralisme. Pour lui, le principal obstacle c’est qu’il est impossible à un humain d’évacuer toute autre référence qu’elle soit contextuelle, littéraire ou symbolique, tout soupçon d’arrière-pensée ou de non-dit, etc.

Son exemple était la lettre de condoléances qui rien que par sa sobriété ou par sa profusion dit plus que son signifié littéral.

Le sens littéral relève de la même gageure.

Il faut déjà un peu se forcer pour poser que le rédacteur ait une pleine conscience de ses intentions. Puis il faut qu’il ait les moyens intellectuels pour composer un message fidèle à ses intentions. La question du littéralisme se pose donc déjà au moment de l’émission du message.

Quant à la réception, je prendrais l’exemple des modes d’emploi, notices ou instructions de montage qui laissent souvent les lecteurs perplexes : « que dois-je comprendre ici ? »

Mais auparavant il faut s’interroger sur ce que pourrait être le sens littéral en raison de la polysémie de la plupart des mots, du flou qui entoure leur signifié, des expressions toute faites lexicalisées, etc. Les expressions lexicalisées sont souvent énigmatiques, il faudrait une note explicative, il en est de même des jeux de mots sous-jacents. On ne peut échapper à la quête de sens, on ne peut lire qu'en faisant marcher la machine à fabriquer du sens.

Tout ceci pour poser la question « À quel moment arrête-t-on la machine à fabriquer du sens ? »

Par exemple en français la position de l’adjectif épithète est souvent porteuse d’une nuance, l’inclut-on dans le sens littéral ? il y a des cas évidents et d’autres…

De même, il est courant de remplacer un verbe assez banal par une locution verbale qui peut n’être qu’un effet stylistique ou un effet de mode,  mais parfois introduit une nuance.

Le style est-il purement esthétique ? la rhétorique est-elle purement formelle ?

Dans des formulations banales nous rencontrons des biais notamment avec la négation qui hésite entre différentes valeurs (cf. la litote) et qui peut porter autre part que littéralement. Par exemple : « Tu ne dois pas mentir » signifie en réalité « Tu dois ne pas mentir »

Le sens littéral est-il celui qui est le plus proche des intentions de l’émetteur ? auquel cas il est hors de notre portée en raison de ce que j'ai évoqué plus haut.

Est-il le sens qui serait produit par un automate interpréteur capable de ne subir aucune influence, c’est-à-dire qui ne peut être influencé ni par le texte lui-même ni par sa culture ni par son vécu. Un sens purement interne au texte, objectivable de façon univoque.

Voilà beaucoup de questions qui suggèrent que le sens littéral ressemble à un vœux pieux.

Très cordialement vôtre

pauline

descriptionSens philosophique de la lecture. - Page 2 EmptyRe: Sens philosophique de la lecture.

more_horiz
"Voilà beaucoup de questions qui suggèrent que le sens littéral ressemble à un vœu pieux". C'est, en effet, très problématique. En gros, on peut dire qu'il y a quatre écoles. Celle qui défend l'idée que la communication humaine est un strict processus d'encodage-décodage (Port-Royal et, plus tard, Norbert Wiener), celle qui s'attache à dégager la stricte "textualité" des termes, par exemple, dans le corpus littéraire (Barthes, Sallenave), celle qui prétend (comme Gadamer ou les pragmatistes) que toute compréhension est interprétation ("alles Verstehen ist Auslegung"), celle enfin qui nie la pertinence de la distinction entre sens littéral et sens métaphorique en disant que toute compréhension repose sur l'expérience de l'auditeur ou du lecteur (c'est la thèse de Proust ou de Wittgenstein).

PhiPhilo.

descriptionSens philosophique de la lecture. - Page 2 EmptyRe: Sens philosophique de la lecture.

more_horiz
Bonjour,

J'ai une question et merci d'avance.

je ne suis pas en mesure de dire, ou de me prononcer sur quoi que ce soit à propos de ce que vous avez tous dit ici mais cependant; 

Je vous remercie tous un à un pour vos réponses, Paulinepx, PhiPhilo, Zingaro

Voilà ma question:

Pour la construction de mon modèle, j'ai été obligé de poser la définition d'un objet (il n'est pas important pour le sujet de le nommer et ce qu'il est sensé être) 

Sa définition est circulaire et intensionnelle.

ma question est : est-il correct de dire qu'elle est intensionnelle alors qu'elle est circulaire? moi je pense que oui mais je me trompe souvent.

Circulaire car il est impossible de le décrire sans faire appel à sa définition et sa définition renvoie sur la définition de cet objet.

Mais malgré le fait de la circularité de sa définition elle présente la caractéristique d'une définition intensionnelle et non extensionnelle car elle ne renvoie pas à la description d'objets sensés êtres l'objet à définir. 

Il serait raisonnable que je ne l'écrive pas ici car il y a des définitions et tout un préalable qui amène à la définition de cet objet.
Ce qui si je le ferais ne serait pas respectueux envers ceux qui se proposent de m'aider.
Ma question est assez générale et je ne pense pas utile de préciser concrètement ce à quoi ma question se réfère.

descriptionSens philosophique de la lecture. - Page 2 EmptyRe: Sens philosophique de la lecture.

more_horiz
RE-Bonjour

et encore merci à vous tous : Paulinepx,PhiPhilo,Zingaro pour vos réponses

Finalement j'ai obtenu la réponse à ma question

j'ai pris un exemple très simple et ça a marché.

Pour la définition d'une chose, il est tout à fait possible de faire en sorte qu'elle soit à la fois circulaire et intensionnelle.

J'avoue que j'ai eu peur, car si je n'aurais pas pu le faire je ne pouvais plus dire :

Définition de …

et constater que ma "définition"  n'est pas une définition.

Ici ce qui me dérangeais n'était pas le fait qu'elle soit circulaire même si dans la pratique en général (là moi cela ne me dérange pas pour mon modèle) ce genre de définition n'est pas utilisable.

Il fallait que je puisse au moins dire que c'est une définition d'une chose.
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum