Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Sens philosophique de la lecture.

4 participants

descriptionSens philosophique de la lecture. - Page 5 EmptyRe: Sens philosophique de la lecture.

more_horiz
Bonjour Kersetimes.

"Pourriez vous m'expliquer (par un lien peut être) la différence qu'il y a entre un énoncé mathématique et un énoncé en philosophie". Au vu de ce que la philosophie est devenue aujourd'hui, on a du mal à envisager une proximité entre philosophie et mathématiques. Or, effectivement, la rigueur argumentative et le génie intuitif nécessaires aux mathématiques ont exercé une fascination sur certains philosophes (Platon, Descartes, Spinoza, Kant, Russell, Wittgenstein, Badiou, pour n'en citer que quelques uns) et d'autres ont même été d'excellents mathématiciens (Pascal, Leibniz, Frege, etc.). Pourtant, si la tentative de Leibniz ou de Frege d'axiomatiser la philosophie pour en faire un corpus démonstratif de part en part a échoué, c'est que le philosophe, contrairement au mathématicien, utilise le langage naturel (des mots) et non un langage formalisé (des symboles). De sorte que la consistance et la décidabilité (a fortiori la complétude chère à Gödel) constitutives de tout système axiomatique y sont impossibles en philosophie. Il reste cependant que, comme l'a montré à mon avis de manière décisive Wittgenstein dans son Tractatus, les mathématiques et la philosophie partagent deux points communs importants. D'abord, l'une comme l'autre activité sont toutes deux des entreprises de problématisation des données, ce qui explique que les mathématiciens ont généralement un sens philosophique assez aigu (j'ai moi-même constaté, lorsque j'enseignais, que mes meilleurs élèves ou étudiants étaient souvent des matheux). Ensuite leurs énoncés sont, dans les deux cas, tautologiques (Wittgenstein dit aussi que leurs propositions sont des pseudo-propositions) dans le sens où, sous réserve d'un minimum (pour la philosophie) de consistance, les conclusions ne se dérivent que des prémisses adoptées arbitrairement sans avoir recours à la confirmation expérimentale. Comme le dit Wittgenstein, dans les deux cas, le processus et la preuve sont identiques.

descriptionSens philosophique de la lecture. - Page 5 EmptyRe: Sens philosophique de la lecture.

more_horiz
Bonjour  PhiPhilo,

Tout d'abord je vous remercie d'avoir confirmé mes craintes.
Je ne suis pas plus philosophe que mathématicien, je suis marxiste et ça fait déjà une sacrée différence car je suis comme un ouvrier spécialisé comparé à un ingénieur.
Je me doutais bien (à cause de ma formation marxiste) que si il y a une chose que les sciences physiques n'arriveront jamais à faire et qui ne pose aucun problème aux mathématiciens c'est de pouvoir différencier deux atomes d'hydrogènes en leur donnant une propriété commune (celle de la propriété d'atome d'hydrogène).
Les mathématiciens arriveront toujours à trouver une propriété à un objet mathématique de telle façon que tout objet mathématique possédant cette propriété est forcément cet objet là.

Mais c'est bien triste tout cela. Mais je préfère avoir cette confirmation.

Je vous remercie pour votre temps pris pour m'aider.

descriptionSens philosophique de la lecture. - Page 5 EmptyRe: Sens philosophique de la lecture.

more_horiz
[Message renvoyé à son auteur. Cf. Charte, art. 1, 3, 4, 5 & 9]
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum