Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Les animaux pensent-ils ?

+3
Silentio
Zingaro
BOUDOU
7 participants

descriptionLes animaux pensent-ils ? - Page 6 EmptyRe: Les animaux pensent-ils ?

more_horiz
Votre question est hautement légitime, mais elle amène avec elle une avalanche de "sous-questions". Spinoza n'est pas à mon sens un exemple parlant, car il y a chez lui un monde intérieur d'une richesse sans commune mesure avec le commun des mortels, ni même avec l'élite législatrice de notre époque. En cela, l’intériorité depuis laquelle il s'exprime est radicalement antinomique avec "l’extériorité pathologique" qui règne de nos temps. De fait, le rapport consumériste qu'un individu lambda entretient avec l'animal de son temps ne peut être comparé avec le rapport qu'un Spinoza, ou même un individu quelconque entretenait avec l'animal au XVIIè.

Ce n'est pas une réponse, je ne le conteste pas, mais cela reflète l'impossibilité qu'il y a à synthétiser une éventuelle conception de ce que devrait être notre rapport à l'animalité. D'autant que la religion elle-même nous en éloigne...

Alors, sur quoi fonder une éthique de cet ordre ? Je ne vois que la monstration, au sens Cynique du terme, par opposition à la démonstration rationnelle qui est, à l'évidence, inefficiente face à l'indigence de la doxa. Faire bien et espérer susciter le mimétisme, plutôt que de prêcher dans le vide, pour ne pas dire dans l'utilitarisme.

Votre question implique un débat sur la dignité, instance hautement humaine, seule possibilité pour l'individu d'envisager une vie harmonieuse avec son environnement.

descriptionLes animaux pensent-ils ? - Page 6 EmptyRe: Les animaux pensent-ils ?

more_horiz
On ne dira pas ce qu'est penser, car se serait penser ce qu'est la pensée, c'est aussi improbable que de vouloir se soulever soi-même en se tirant par les cheveux.

D'autant que d'un point de vue physiologique, on ne peut situer l'éventuel "siège" de la pensée, puisqu'en effet, on découvre de jour en jour de nouvelles qualités au "corps". Ainsi, l'on attache aujourd'hui une grande importance au "cerveau entérique", à la qualité de l'eau dans son implication au niveau de l'échange d'informations entre les cellules, neuronales et autres...

Or, si l'on ne peut ni dire où ça pense, ni qu'est-ce qui pense, ni quand ça pense, je vois mal comment on pourrait définir ce qu'est la pensée. Il faudrait probablement enrichir le vocabulaire. Les Inuits, par exemple, ont bien une multitude de termes pour désigner les différents états de la neige.

La pensée ne se définit pas (encore), elle se découvre.

descriptionLes animaux pensent-ils ? - Page 6 EmptyRe: Les animaux pensent-ils ?

more_horiz
La philosophie, par définition, ne traiterait-elle pas de problèmes qui n'ont pas de solution - à la différence de la science ?

descriptionLes animaux pensent-ils ? - Page 6 EmptyRe: Les animaux pensent-ils ?

more_horiz
Même si ce que pense Descartes sur la nature humaine et animale est le degré zéro de l'anthropologie, ses écrits plaident pour une pensée et une sensibilité animales.
 
Descartes à Mersenne, 30 août 1640 a écrit:
[On] peut bien faire une machine qui se soutienne en l’air comme un oiseau, metaphysice loquendo, car les oiseaux mêmes, au moins selon moi, sont de telles machines ; mais non pas physice ou moraliter loquendo, pour ce qu’il y faudrait des ressorts si subtils et tout ensemble trop forts pour être fabriqués par des hommes
DM, 5, AT VI p. 57 a écrit:
Les pies et les perroquets peuvent proférer des paroles ainsi que nous, et toutefois ne peuvent parler ainsi que nous, c’est-à-dire en témoignant qu’ils pensent ce qu’ils disent.
Descartes à More, 5 février 1649 a écrit:
Quoique je regarde comme une chose démontrée, qu’on ne saurait prouver qu’il y ait des pensées dans les bêtes, je ne crois pas qu’on puisse démontrer que le contraire ne soit pas, parce que l’esprit humain ne peut pénétrer dans leur cœur pour savoir ce qui s’y passe. 


Si les animaux sont des machines subtiles, les recherches actuelles montrent que ces machines sont capables de plaisir (cf. la thèse de Cyril Hasson, Modélisation des mécanismes émotionnels pour un robot) et que les oiseaux peuvent parler comme les hommes (cf. Martine Hausberger, "L'Homme parle comme les étourneaux").

Pensez à utiliser les balises de citation, ça rend la lecture beaucoup plus facile. [Dienekes]

descriptionLes animaux pensent-ils ? - Page 6 EmptyRe: Les animaux pensent-ils ?

more_horiz
BOUDOU a écrit:
Le dénominateur commun de la  pensée chez les animaux (comme chez les plantes) serait un processus d'auto-stimulation adaptative, soit par intériorisation des stimuli (abstraction), soit par élaboration de nouveaux stimuli (imagination, rêve, etc.).

Pensée, abstraction, imagination et rêve pour des plantes, ça demande des explications... Références ? Arguments ?
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum