Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Les animaux pensent-ils ?

+3
Silentio
Zingaro
BOUDOU
7 participants

descriptionLes animaux pensent-ils ? - Page 3 EmptyLes animaux pensent-ils ?

more_horiz
Il faudrait savoir quels sont les ressorts (dieu, l'étonnement, la douleur, la mort…) de la pensée sensu lato - pas seulement au point de vue anthropomorphique (Jeanne Hersch, L'étonnement philosophique - Une histoire de la philosophie). Cette question fait débat.
 
B. Boudou - Montaigne et les animaux, Editions Léo Scheer (à paraître en Mai 2016) écrit :
"La Fontaine, dans son « Discours à Mme de la Sablière » qui se trouve être un plaidoyer pour l’âme des bêtes, situe Descartes « entre l’homme et l’esprit », dans toute une échelle d’êtres qui va jusqu’à l’huître [Lorsqu’il examine l’Essai sur l’entendement humain de Locke dans les Nouveaux Essais sur l’entendement humain (publiés en 1765), Leibniz propose une idée comparable : « Il y a une différence excessive entre certains hommes et certains animaux brutes ; mais, si nous voulons comparer l'entendement et la capacité de certains hommes et de certaines bêtes, nous y trou­vons si peu de différence qu'il sera bien malaisé d'assurer que l'entendement de ces hommes soit plus net et plus étendu que celui des bêtes », Œuvres de Locke et de Leibniz, Paris, A. Desrez, éd. J.-F. Thurot, 1839, p. 426.]."

 
J.J. Rousseau - Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes écrit :
"Tout animal a des idées puisqu’il a des sens, il combine même ses idées jusqu’à un certain point, et l’homme ne diffère à cet égard de la bête que du plus au moins. Quelques philosophes ont même avancé qu’il y a plus de différence de tel homme à tel homme que de tel homme à telle bête ; ce n’est donc pas tant l’entendement qui fait parmi les animaux la distinction spécifique de l’homme que sa qualité d’agent libre."

 
Chez Vercors - Les animaux dénaturés, les tropis ne parlent pas et ont le sens du sacré. Dans le Théâtre équestre Zingaro, c’est le cheval qui révèle l’homme à lui-même.
 
Voyons ce que disent les neurobiologistes.

descriptionLes animaux pensent-ils ? - Page 3 EmptyRe: Les animaux pensent-ils ?

more_horiz
La discussion consacrée à "L'étonnement philosophique" ayant dévié sur le thème de "la pensée animale", je place vos messages dans ce nouveau sujet afin que la discussion puisse y être approfondie.

descriptionLes animaux pensent-ils ? - Page 3 EmptyRe: Les animaux pensent-ils ?

more_horiz
Je suis d'accord sur la situation initiale : tous les animaux, hommes y compris donc, ont des affections et ce qui a lieu dans leur conscience (les idées, au sens de l'empirisme) en provient. Mais il y a différentes manières d'en faire quelque chose d'autre (comme de ne rien en faire), de s'y rapporter. Je pense que les hommes ont une façon bien à eux de revenir sur leurs idées, d'en faire quelque chose, et c'est ce que l'on peut appeler penser : combiner des impressions, revenir dessus, les différencier d'un soi, etc. Il y a aussi des hommes qui pensent assez peu. Je crois que les animaux font quant à eux assez peu de choses de leurs affections, de leurs impressions sensibles, en général ils réagissent d'une manière préétablie et répétitive à certains stimulus.

L'homme, comme le dit Bergson, est pour sa part en retard sur ce qui lui arrive, il met une distance entre les choses et lui, interpose le langage. Il travaille alors sur des significations, plutôt que d'agir spontanément en réaction à son environnement. La pensée a alors lieu dans cet écart. Ce qui fait, d'ailleurs, que nous sommes moins intelligents à mon sens que les animaux, dès lors qu'il s'agit de mobiliser notre intelligence pratique pour apporter des solutions à nos problèmes. Mais c'est aussi pourquoi nous créons de nouvelles solutions.

descriptionLes animaux pensent-ils ? - Page 3 EmptyRe: Les animaux pensent-ils ?

more_horiz
Silentio a écrit:
L'homme, comme le dit Bergson, est pour sa part en retard sur ce qui lui arrive, il met une distance entre les choses et lui, interpose le langage.

On peut avancer sans peine que ce qui différencie, en degré, la pensée humaine de la pensée animale, tient au fait que l'homme est un animal particulièrement imaginant. L'imagination précède nécessairement le langage, puisque la vue et la mémorisation d'images précèdent l'expression de celles-ci. La grande capacité imaginative de l'homme lui permet d'entrevoir et d'envisager un plus grand nombre de possibilités d'action, en cela, son choix est plus étendu mais ne garantit pas la pertinence de l'action, puisque même les buts visés relèvent de cette imagination.

Le propre de l'imagination n'est pas tant de produire et reproduire des images, que de "défaire" des images pour les recombiner à loisir, or ce qui le plus souvent ressort de ces réagencements d'images mentales n'est pas nécessairement profitable à l'homme (on produit de fait bien plus de chimères que d'innovations profitables à l'homme et à l'animal)

Ce qui, à mon sens, différencie la pensée humaine de la pensée animale, c'est que la pensée humaine a imaginé la transformation radicale de sa niche environnementale, de telle sorte que cette même imagination est aujourd'hui en proie à ses propres performances, débordée qu'elle est par l'incapacité de résoudre les problèmes qu'elle a, elle-même, engendrés. Cette incapacité a pour conséquence une certaine indigence intellectuelle, "Souci" que ne connaît pas la pensée animale. Donc, s'il nous fallait comparer la pensée chez l'homme et la pensée chez l'animal, il faudrait très logiquement et autant que faire ce peut, comparer les effets et non les "qualités".

descriptionLes animaux pensent-ils ? - Page 3 EmptyRe: Les animaux pensent-ils ?

more_horiz
Anormal, je suis d'accord avec ce que vous avancez. Castoriadis écrit que "L'homme est cet animal fou dont la folie a inventé la raison". La différence entre l'homme et l'animal, c'est que le premier est un être inadapté à son environnement. L'imagination, qui est chez lui défonctionnalisée (je crois qu'il y a un meilleur terme, il faut vraiment que je relise Castoriadis...), lui permet d'inventer des significations excédant ses caractéristiques biologiques. Grâce aux symboles, il peut y avoir du langage et du social (donc de la pensée), et sans société cet animal fou qu'est l'homme ne pourrait survivre. La raison n'est qu'une manière de mettre en forme cette imagination pour gagner en maîtrise sur l'environnement. Mais à force, nous avons pris nos habitudes pour des données primordiales, alors que c'est l'imagination qui est radicale (à la racine) dans notre être et notre rapport au monde, c'est même elle qui permet que nous puissions créer un monde (un ordre viable) par la production de formes symboliques. Je dirais alors que là où l'homme a constitutivement un rapport non-utilitaire aux choses, les animaux mettent bien en forme leur environnement grâce à leur imagination, mais cela filtré selon certains besoins propres à l'espèce.
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum