Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

La liberté d'expression

+3
aldolo
Vangelis
Fatiha
7 participants

descriptionLa liberté d'expression - Page 2 EmptyRe: La liberté d'expression

more_horiz
Kthun a écrit:
Comment définir le terme de "liberté d'expression" ?


L'homme n'a me semble-t-il que deux manières de s'affirmer (et donc de s'individuer, de grandir) : l'action et l'expression. Le droit certes règle les limites propres à chacune de ces manières en regard de la vie sociale, et ce sous deux rapports différents. Mais agir et s'exprimer ne sont pas séparables : s'exprimer est une forme d'action de même qu'une action est une forme d'expression. C'est la même chose. Un minimum de dignité ne peut qu'amener à protéger ce qui est donc de l'ordre de la nécessité de chacun et de tous. La liberté d'expression, c'est un refus : celui d'empêcher quiconque de s'affirmer, de grandir... bref, d'exister !

À partir de cette base, on peut développer des définitions en séparant à nouveau l'action de l'expression pour les définir en termes de droit. Pour la liberté d'action, c'est simple, on peut énoncer que :
La limite de la liberté d'action est l'entrave à la liberté d'agir et de s'exprimer d'autrui.

Pour la liberté d'expression, c'est plus compliqué : le problème est de trouver une formulation qui empêche les pires formes d'expression  (appels au meurtre etc) de se justifier, au nom justement de la liberté d'expression.
Je propose la même définition : La limite de la liberté d'expression est l'entrave à la liberté d'agir et de s'exprimer d'autrui.

descriptionLa liberté d'expression - Page 2 EmptyRe: La liberté d'expression

more_horiz
aldolo a écrit:
La liberté d'expression, c'est un refus : celui d'empêcher quiconque [...] d'exister !

Franchement, vous êtes sérieux  ?? Parce que là, c'est vraiment n'importe quoi.
aldolo a écrit:
La limite de la liberté d'action est l'entrave à la liberté d'agir et de s'exprimer d'autrui.
La limite de la liberté d'expression est l'entrave à la liberté d'agir et de s'exprimer d'autrui.  

Avez-vous conscience que c'est exactement la même chose que disait Fatiha et que je dénonçais ? Merci de ne pas radoter ce que les autres intervenants ont déjà énoncé et évitez-nous les absurdités.

descriptionLa liberté d'expression - Page 2 EmptyRe: La liberté d'expression

more_horiz
Vangelis a écrit:
Cette phrase, si elle n'est pas questionnée correctement, ouvre la porte au n'importe quoi.
Dans le cadre hypothétique d'une liberté absolue, elle confronte une liberté à une autre. Et dans ce cas, il est impossible de dire celle qui doit primer sur l'autre. Ce qui permet de faire la distinction entre ce qui est permis et ce qui ne l'est pas, ce n'est rien d'autre que le droit, et non la liberté. Cette dernière peut officier comme principe au sein d'un cadre législatif et non pas comme un droit qui circonscrirait tous les autres.
Pour exemple, je peux très bien considérer avoir le droit de prendre le train sans payer, et cela au nom de ma liberté. L'entreprise de chemin de fer, quant à elle, peut très bien au nom de cette même liberté, considérer que les moyens mis en œuvres pour me transporter ont un coût et que je dois m'acquitter d'une somme pour en profiter. Vue du seul principe de liberté absolu il est impossible de départager les points de vues. Mais le cadre législatif, lui, introduit aussi le délit de vol. Ainsi, il est possible de dire le droit et donc la liberté au sein d'un corpus législatif.
Pour ce qui est de la liberté d'expression, c'est la même chose. On peut dire tout ce que l'on veut, mais seulement à l'intérieur de ce corpus. D'autres textes de lois, comme l'interdiction de diffamer, d'insulter, de discriminer racialement, d'inciter à la haine et de nier l'holocauste permettent cette liberté d'expression sans tomber dans le piège relativiste de la phrase que vous citez.

Si vous en restez à cette phrase et en l'état, le problème est que tout sera interdit puisqu'il sera toujours possible de trouver quelqu'un qui s'y oppose au nom du même principe de liberté. Cette phrase est donc, si elle n'est pas commentée, l'antithèse même de la liberté. On voit bien que cette situation n'est ni applicable, ni souhaitable. Mais si on la replace correctement au sein d'un cadre de lois, alors cela veut dire que le principe de liberté absolu (sic) s'arrête là où commence le droit - au sens législatif - de l'autre.

Vous contextualisez votre définition de la liberté en installant une définition française. Je ne suis pas relativiste mais la liberté d'expression aux USA ne prend pas en compte vos restrictions que vous jugez fondamentales.

descriptionLa liberté d'expression - Page 2 EmptyRe: La liberté d'expression

more_horiz
Quoique pour ma part fermement relativiste, j'approuve les propos de Vangelis en ce sens qu'il semble parfaitement légitime de cadrer les droits et devoirs de tout un chacun dans le but d'optimiser le bien-être d'une catégorie de la population. La norme, dans cette perspective, est la garante d'un idéal difficilement discutable.

Sans norme, la liberté individuelle débouche, au terme de conflits potentiellement violents, sur un équilibre instable à l'échelle sociétal, non-optimisé du point de vue du bien-être, où la liberté du plus fort empiète drastiquement sur la liberté du plus faible.

Chaque société définit donc une norme. Des états appliquant la charia à ceux appliquant la démocratie participative axée sur les droits de l'homme, il y a une norme destinée à un but et, je ne vous apprends rien, il se fait que le but des uns diffère bien souvent des buts des autres, du moins au niveau politique, mais aussi et surtout les moyens choisis pour ce faire. Le nôtre est connu et nous le défendons avec vigueur car le résultat semble, à nos yeux, plus positif qu'ailleurs. Je dois maintenant insister sur un point que beaucoup semblent oublier : quel que soit le but fixé par une norme, son efficacité évoluera dans le temps. Ainsi, des normes qui, un jour, se sont avérées très efficaces pour une population donnée pourraient à terme devenir contre-productives. Et à contrario, la charia pourrait s'avérer, à terme, comme un idéal des plus valables...

L'optimisation du bonheur est directement liée à la culture et aux valeurs des personnes. Et ces dernières ne sont pas fixes.

descriptionLa liberté d'expression - Page 2 EmptyRe: La liberté d'expression

more_horiz
Vangelis a écrit:
aldolo a écrit:
La liberté d'expression, c'est un refus : celui d'empêcher quiconque [...] d'exister !

Franchement, vous êtes sérieux  ?? Parce que là, c'est vraiment n'importe quoi.
aldolo a écrit:
La limite de la liberté d'action est l'entrave à la liberté d'agir et de s'exprimer d'autrui.
La limite de la liberté d'expression est l'entrave à la liberté d'agir et de s'exprimer d'autrui.  

Avez-vous conscience que c'est exactement la même chose que disait Fatiha et que je dénonçais ? Merci de ne pas radoter ce que les autres intervenants ont déjà énoncés et évitez nous les absurdités.

Oui je suis sérieux, bien sûr. C'est vous qui ne comprenez pas ce que je dis.

D'abord vous dire que j'ai trouvé très bonne votre intervention avec Fatiha, et que je suis tout à fait d'accord.
Ensuite il était question de trouver une définition de la liberté d'expression, une définition donc qui n'inclut justement pas la liberté de dire "n'importe quoi". Ce que je pense avoir fait (même si on peut bien sûr tenter de l'améliorer). Quand je dis que "la limite de la liberté d'expression est l'entrave à la liberté d'agir et de s'exprimer", je dis la même chose que vous, mais sous forme de définition (c'était le challenge, et un challenge intéressant... ce qui m'a poussé à tenter d'y répondre). Ainsi faire des caricatures n'entrave en rien la liberté d'agir et de s'exprimer de l'autre, alors que faire des appels à la violence le fait.

Quant à l'idée qu'agir et s'exprimer soient les modes de l'affirmation, j'attends vos arguments pour savoir en quoi ce serait du "n'importe quoi"...
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum