Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Liberté, déterminisme, fatalisme.

5 participants

descriptionLiberté, déterminisme, fatalisme. EmptyLiberté, déterminisme, fatalisme.

more_horiz
Comment peut-on vivre avec une conception déterministe du monde ?

Lire un ouvrage expliquant que la liberté n'existe pas ne me suffirait pas : comment vivre avec ? Si quelqu'un connaît un ouvrage qui propose quelque chose de rassurant à se mettre sous la dent, je suis preneuse... A moins que Schopenhauer ne le fasse lui-même dans l'une de ses œuvres ? Non que le déterminisme me prenne au dépourvu (cela fait longtemps que je rumine cette hypothèse), mais je ne vois pas de "porte de sortie" rassurante. Le déterminisme n'incite-t-il pas au fatalisme ? Lorsque je fais un choix, je ne peux m'empêcher de penser que ce n'est pas vraiment "moi" qui choisis, si ce "moi" n'est lui-même, en fait, que le reflet de causes qui lui échappent, d'expériences qu'il ne choisit pas, etc. Comment mener à bien notre existence avec cela sur la conscience ? Étant débutante en philosophie, je pose la question : des philosophes ont-ils tenté de résoudre ce problème ?

Voici les définitions du Larousse des trois termes mis en avant (j'ai pris les plus intéressantes, mises dans ce contexte), au cas où :
Liberté : Situation de quelqu'un qui se détermine en dehors de toute pression extérieure ou de tout préjugé : Avoir sa liberté de pensée.
Possibilité d'agir selon ses propres choix, sans avoir à en référer à une autorité quelconque : On lui laisse trop peu de liberté.

Déterminisme : Théorie philosophique selon laquelle les phénomènes naturels et les faits humains sont causés par leurs antécédents.
Enchaînement de cause à effet entre deux ou plusieurs phénomènes.

Fatalisme : Doctrine qui considère tous les événements comme irrévocablement fixés à l'avance par une cause unique et surnaturelle.
Attitude de quelqu'un qui s'abandonne passivement aux événements.



Dernière édition par Euterpe le Ven 4 Aoû 2017 - 16:10, édité 2 fois (Raison : mise en conformité avec la charte, mise en page, intégration des sources (Euterpe).)

descriptionLiberté, déterminisme, fatalisme. EmptyRe: Liberté, déterminisme, fatalisme.

more_horiz
Une bonne piste de réflexion quant à l'opposition entre la liberté et le déterminisme peut être tirée de la théorie de Schopenhauer lui-même. Celui-ci nous dit que d'une part, nous sommes aptes à nous saisir de l'extérieur, à nous situer dans un ensemble de facteurs qui nous déterminent, à saisir notre volonté comme un phénomène, et que d'autre part, il y a une partie de nous qui s'identifie directement et immédiatement avec notre volonté, et qui par conséquent demeure réfractaire à l'acceptation de l'idée que cette volonté puisse être déterminée.
Par exemple, si j'ai faim et que je veux du pain, il y a une partie de moi qui peut se détacher et analyser la situation, déterminer quelles sont les causes de cette faim et de cette idée de manger du pain. Une telle analyse déclenche immanquablement un sentiment d'étrangeté, car on s'y saisit soi-même comme un phénomène alors que parallèlement, on peut aussi saisir le phénomène de l'intérieur : je peux vivre ma volonté de manger du pain de manière immédiate : je me sens poussé vers le pain et c'est lorsque je m'abandonne à ce vécu intérieur des choses que mes actes prennent leur plein sens. De plus, ce vécu intérieur de la volonté me semble impérieux et impérial : j'ai l'impression que rien ne peut l'entacher. Or, c'est ce sentiment de puissance qui est à la source de ce que nous appelons la liberté.

Liberté et déterminisme : une même chose vue sous deux angles différents ?

Les situations difficiles de la vie ou les périodes de questionnement font souvent en sorte que nous appréhendons plus qu'à l'habitude les choses de l'existence selon le premier mode, le mode représentatif. Nous nous sentons alors devenir étrangers à nous-mêmes. N'est-ce pas là le fond de la dépression : celui d'une crise de l'identité où nous ne parvenons plus à voguer sur le cours de la vie selon le deuxième mode ? Nous devons alors réapprendre à être ce que nous sommes. Il y a d'ailleurs plusieurs expressions communes qui dénotent cette idée de retour à un vécu immédiat de la volonté : se recentrer sur soi-même, se retrouver, etc.

De manière générale, l'existence est un constant va-et-vient entre ces deux états.

descriptionLiberté, déterminisme, fatalisme. EmptyRe: Liberté, déterminisme, fatalisme.

more_horiz
Je me demande s'il existe un seul philosophe qui n'ait pas essayé de résoudre ou qui n'ait pas discuté de ce problème. 

I) Déterminisme
 - pour qu'il y ait du déterminisme il faut du passé + des lois qui impliquent un futur (cf. Cyrille Michon). Dit autrement, il n'y a qu'un seul futur possible dû aux événements passés et aux lois de la nature.
 - Le déterminisme est une théorie où la succession des événements (issus du passé et arrangés par des lois) est due au principe de causalité, c'est-à-dire qu'un événement a une origine liée à un ou des événements qui se trouvent nécessairement antérieurs à lui. 
 - Donc a contrario l'indéterminisme ou un événement indéterminé, c'est un événement qui dépend d'une cause qui n'a pas d'origine ou qui apparaîtrait de façon spontanée, ou indépendamment des causes passées, par exemple par hasard. Les philosophes n'aiment pas cette notion de hasard, car elle s'assimile à la magie, l'ignorance, à l'occulte. « Le hasard est la mesure de notre ignorance », disait Poincaré. 
 - Le fatalisme, c'est lorsque les causes sont indépendantes de la volonté humaine. Le fatalisme n'est donc pas forcément du déterminisme. Des événements dus au hasard peuvent avoir un caractère fataliste, si l'homme n'en est ni à l'origine, ni ne peut contrer ces événements.
 - Le nécessitarisme : tout ce qui existe est nécessaire, qui n'implique pas non plus du déterminisme.

Quelques partisans du déterminisme : 
Einstein, Schrödinger, Saint Augustin, Cioran, Freud.

II) Indéterminisme
On peut définir l'indéterminisme comme :
- la négation que tout événement soit prévisible, parce que l'on n'a pas accès à tous les éléments de la réalité. 
Dans ce cas c'est une barrière à la connaissance. Ce cas n'implique pas forcément que l'univers ne soit pas déterministe. Cela nie le fait que l'on puisse avoir accès à tous les paramètres, et donc on serait ici dans une illusion d'indéterminisme. Cet indéterminisme est à considérer comme du déterminisme dans le tableau 1 (décrit plus loin)
- la nature même des événements qui seraient indéterminés, des événements issus de causes spontanées (sans causalité) ou de façon aléatoire. Il s'agit bien de cet indéterminisme qui est décrit dans le tableau 1.

III) Libre arbitre
 - Luther définissait le contraire du libre arbitre comme le serf arbitre (cf. la querelle du libre arbitre). Je prendrai ce terme par opposition au libre arbitre.
 - Le libre arbitre serait la faculté chez l'être humain à se déterminer librement et par lui seul, à agir et à penser. La définition du libre arbitre s'oppose à la définition du déterminisme. Effectivement, comment lier le libre arbitre au déterminisme ? Cela semble contradictoire, en fait c'est une position philosophique assez répandue. 
- En corollaire le libre arbitre suppose une volonté, une conscience, la possibilité d'évaluer les choix et d'opter pour l'un d'eux. Les partisans du serf arbitre supposent que le sentiment d'avoir le choix n'est qu'une illusion.
- Second corollaire, s'il n'y a pas de libre arbitre, il ne peut pas y avoir non plus de liberté.

IV) Déterminisme/indéterminisme — libre arbitre/serf arbitre

On a quatre combinaisons possibles, avec leurs options, résumées dans le tableau 1.

Tableau 1 : combinaisons possibles Déterminisme/Indéterminisme - Libre Arbitre/Serf Arbitre

Libre arbitreSerf arbitre
DéterminismeD-LAD-SA
indééterminismeID-LAID-SA
Explication des cases du tableau 1: 

D-LA
Pour les "compatibilistes" il est possible d'avoir du libre arbitre avec du déterminisme. Dans ce cas on parle de soft-déterminisme. C'est une position un peu délicate à tenir. Les "incompatibilistes" réfutent cette position, en affirmant que dès lors qu'on a le choix, on peut influencer le futur. Alors que les "compatibilistes" prétendent qu'il suffit s'être conscient d'avoir un choix, pour que l'on ait du libre arbitre. Mais que ce choix est forcement déterminé.
Le "semi compatibilisme" nie le libre arbitre avec le déterminisme mais pense que la "responsabilité morale" est compatible avec le déterminisme. Cette position répond aux critiques des "incompatibilistes", selon qui s'il n'y a pas de libre arbitre alors il ne peut y avoir de "responsabilité morale", et si effectivement c'est le cas alors toutes les actions sont justifiables. Pour contrer cela les "semi compatibilistes" prétendent qu'il n'y a pas de libre arbitre mais qu'il y a une "responsabilité morale".
Cette position est cruciale dans la philosophie, notamment pour ceux soutenant l'existence de Dieu. Car il s'agit rien moins que d'arriver à faire cohabiter deux notions : la toute puissance de Dieu omniscient, et le choix que fait l'homme dans les voies du mal, car ayant son libre arbitre. Cette position nécessite de faire de véritables acrobaties philosophiques et mentales, et suppose un discours en général assez difficile à suivre. Cette position n'est pas soutenue que par les théologiens, Schrödinger croit aussi au déterminisme et au libre arbitre. 

ID-LA : 
Pour les "incompatibilistes" s'il y a libre arbitre il y a forcément indéterminisme. Cela n'implique pas forcément qu'il y ait du libre arbitre. Par contre dans ce cas, s'il y a du libre arbitre il y a forcément de l'indéterminisme.
Le libre arbitre, quoi qu'il en soit, n'est jamais total (nous n'avons pas le choix de décision pour tous nos actes). 

D-SA :
C'est le déterminisme dur. Il paraît assez naturel qu'il ne puisse pas y avoir de libre arbitre dans un monde déterministe.
Dans un tel univers : 
- Les choix ne sont que des illusions. 
- Les événements dus au hasard ne sont considérés comme hasardeux que parce que nous ignorons tous les paramètres du problème. 
- Il semble très dur de se faire psychologiquement à cette position. Parmi les déterministes durs on trouve Cioran : « Le même sentiment appartenance, de jeu inutile, où que j'aille : je feins de m'intéresser à ce qui ne m'importe guère, je me trémousse par automatisme ou par charité, sans jamais être dans le coup, sans jamais être quelque part. Ce qui m'attire est ailleurs, et cet ailleurs je ne sais ce qu'il est. » (cf. La tentation d'exister)

ID-SA : 
L'idée que l'on est dans un univers indéterministe n'implique pas forcément que l'on a du libre arbitre. 
Dans ce cas de figure on peut imaginer l'absence de libre arbitre pour les raisons suivantes  : 
- la position machiniste : nous sommes des machines non déterminées et ce sont les phénomènes qui nous gouvernent, le libre arbitre est dans ce cas là une illusion
- la position paranoïaque : nous sommes manipulés par des forces extérieures (dieu ou autre) dans ce cas là aussi on nous donne l'illusion de notre libre arbitre. 

V) Indéterminisme et hasard.
L'indéterminisme dû à autre chose qu'à un défaut de connaissance, mais dû au hasard et aux causes spontanées. Cette vision des choses a été rejetée par Laplace : 
nous devons envisager l’état de l’Univers comme l’effet de son état antérieur et la cause de ce qui va suivre. Une intelligence qui pour un instant donné connaîtrait toutes les forces dont la nature est animée et la situation respective des êtres qui la composent, si d’ailleurs elle était assez vaste pour soumettre ces données à l’analyse, embrasserait dans la même formule le mouvement des plus grands corps de l’Univers et ceux du plus léger atome : rien ne serait incertain pour elle, l’avenir comme le passé serait présent à ses yeux.

Essai philosophique sur les probabilités (1814)


Cette position du XIXe siècle est tout à fait légitime, la physique se décrit avec des équations mathématiques, et une équation mathématique est parfaitement déterministe. L'analogie entre l'équation et le monde est alors facile à faire. Mais à la même époque apparaissent les mathématiques statistiques et les probabilités, qui montrent qu'il n'est pas nécessaire de tout savoir pour établir des lois. Si vous voulez connaître le comportement d'un gaz, nul besoin de connaître toutes les caractéristiques de toutes les molécules de ce gaz, les lois de probabilité sont suffisantes. Cela ne veut pas dire que l'univers n'est pas déterministe, mais cela veut dire qu'il est possible de faire de la science sans qu'il soit nécessaire de tout savoir. On peut au moins parler d'un déterminisme statistique. Si le hasard existe (dans le sens où le hasard n'est pas assimilé à de l'ignorance) alors il est tout de même possible de faire de la science et de prévoir des choses.
Fin du XIXe-début XXe, révolution ontologique dans les sciences avec la mécanique quantique, qui est basée sur les probabilités, c'est-à-dire que les quanta tant qu'on les laisse tranquilles, vivent dans un état de superposition. Ils peuvent être dans l'état A, B et A+B. Au moment de la mesure, c'est-à-dire au moment où ils entrent en collision avec le monde classique, leur état se détermine de façon aléatoire.
Sur l'interprétation de cette détermination de l'état de façon aléatoire, il y a eu deux positions : 
 - Albert Einstein : je reconnais l'efficacité de la mécanique quantique, mais il existe des variables cachées qui, si on les connaissait, feraient que la mécanique quantique serait déterministe (« Dieu ne joue pas aux dés »).
 - Niels Bohr : la mécanique quantique, par son efficacité, prouve qu'elle est complète et il n'y a rien à rajouter, elle est donc bien de nature indéterministe (« Cessez de dire à Dieu quoi faire ! »).

Bien plus tard, les expériences d'Alain Aspect, basées sur les travaux de Bell, ont mis en évidence la chose suivante : on ne peut pas amender la mécanique quantique avec une théorie des variables cachées, sans que cette théorie des variables cachées soit contredite elle-même par la mécanique quantique, et que cette contradiction soit prédite par la mécanique quantique. Autrement dit, si on veut une théorie du quantique déterministe il faut trouver autre chose que la mécanique quantique (cf. De la dualité onde-particule à l'intrication : les deux révolutions quantiques). La mécanique quantique semblerait bien de nature indéterministe. Un électron, au moment de sa mesure, "choisit" un état de façon aléatoire, c'est-à-dire sans être lié à une cause. Attention, ce n'est pas en soi un preuve de l'existence du hasard, mais c'est un principe fort de la mécanique quantique. Donc en l'état, le hasard semble bien exister au niveau quantique. Si le hasard existe, nous sommes bien dans un univers indéterministe.
Mais est-ce que le hasard au niveau quantique n'est pas écrasé par le déterminisme du monde classique ? On ne voit pas de chat de Shrödinger, clignotant dans des états superposés, nous ne sommes pas dans des réalités floues, où les quanta attendent une mesure pour décider de leurs états. On peut imaginer l'expérience suivante : j'ai un émetteur d'électron et un appareil de mesure qui détermine s'il a un spin up ou un spin down (donc une chance sur deux de faire la mesure d'un des deux spins et cela de façon parfaitement aléatoire). J'ai un paquet d'olives et de cacahuètes sur la table. A chaque mesure spin up, je mange une olive et en cas de mesure spin down je mange une cacahuète. Mes actions de manger sont alors parfaitement indéterminées. Mieux ! je peux faire le contraire de ce qui était prévu par la mesure et ainsi prouver mon libre arbitre. Du moins c'est ce que vous pouvez raisonnablement penser tant qu'on n'aura pas trouvé mieux que la mécanique quantique. 

VI) Conclusions

Aucune des positions n'est prouvable. On est bien là dans des considérations philosophiques. A titre personnel, j'ai toutes les raisons de croire que l'on est dans un monde indéterministe et que l'on est doté de libre arbitre, je ne saurais pas le prouver mais je le pense : 
- parce que ça explique pourquoi je me pose la question le matin, lorsque j'ai à choisir entre une banane ou une pomme.
- parce que les conclusions de la mécanique quantique sont troublantes, à défaut d'être une preuve, c'est tout de même un indice fort.
- que « J'ai remarqué que même les gens qui affirment que tout est prédestiné et que nous ne pouvons rien y changer regardent avant de traverser la rue. » (S. Hawking)
- je pense tout de même que le libre arbitre ne nous donne pas une totale liberté dans nos actions : le poids de la culture, de la morale, des nécessités ne compte pas pour rien
- que bien que nous soyons dans un monde indéterministe, ce n'est pas synonyme de n'importe quoi. Tout ne peut pas arriver. Mais plutôt que d'être dans un monde de certitudes nous sommes dans un monde de vraisemblance.

Dernière édition par Euterpe le Lun 7 Aoû 2017 - 17:54, édité 4 fois (Raison : orthographe, correction des erreurs (citation initialement attribuée à Spinoza au lieu de Poincaré ; serf arbitre attribué à Max Planck au lieu de Luther), intégration des sources)

descriptionLiberté, déterminisme, fatalisme. EmptyRe: Liberté, déterminisme, fatalisme.

more_horiz
Je salue votre travail et je tiens à vous remercier de partager vos connaissances. Toutefois, je ne suis pas certains d'avoir tout saisi et je serais heureux d'en discuter.

Quant à la nature de mon incompréhension, elle se situe tout d'abord lors de l'affirmation suivante :
jdoo a écrit:
- Second corollaire, s'il n'y a pas de libre arbitre, il ne peut pas y avoir non plus de liberté.


Si on s'en tient à cette définition de corollaire : "vérité qui découle d'une autre conséquence nécessaire", alors je me trouve dans l'incapacité de comprendre ce qui vous permet d'affirmer cela. Peut-être faudrait-il définir ce que vous entendez par liberté ? Personnellement, lorsqu'on me parle de libre arbitre, je fais immédiatement le lien avec la définition proposée par Descartes dans les Méditations métaphysiques : « Le libre arbitre consiste à faire une chose ou à ne la faire pas sans qu'aucune force extérieure nous y contraigne » ; c'est ce que vous aviez dit plus tôt, avoir la capacité de s'autodéterminer. Jusque là je suis d'accord. Mais pour ce qui est de la liberté, Spinoza nous enseigne à merveille que la négation du libre arbitre ne signifie pas la négation de notre liberté. En effet, notre liberté est certes opposée à la contrainte, mais en comprenant la nature des causes extérieures qui nous déterminent, on peut ne plus en être esclave. Pour faire court, la liberté est impossible si on l'assimile au libre arbitre. Mais il peut exister une liberté qui n'a rien à voir avec le choix.

En second lieu, je ne suis pas d'accord lorsque vous affirmez ceci :
jdoo a écrit:
Il semble très dur de se faire psychologiquement à cette position.

Étant moi même partisan d'un "déterminisme dur", je ne vois pas ce qui vous permet de dire cela. Je me positionne du côté de Spinoza, et ce dernier nous offre un monde intelligible, un monde qu'on peut comprendre avec la puissance de notre entendement. Tout émerge d'une cause physique ! Être déterministe, comme disait mon professeur de philosophie, c'est un deuil joyeux dont nous parlons : plus de responsabilité morale, plus de mérite, plus de blâme, plus de haine, plus de dévotion aveugle, plus d’orgueil malheureux car mal placé, et, en prime, la joie de comprendre la nécessité à laquelle obéit notre existence.
« Ni rire, ni pleurer, ni haïr mais comprendre », c'est chose facile dès lors qu'on ne considère plus l'homme comme un sujet libre, qui est au dessus des lois naturelles ; bref qui est comme un empire dans un empire. Tout cela pour dire que ce que nous apprend Spinoza nous permet d'augmenter davantage ce qu'il appelle, notre puissance d'agir (notre joie) par opposition à la tristesse, qui est la diminution de notre puissance d'agir.

Ma troisième et dernière remarque se rapporte à votre conclusion :
jdoo a écrit:
Aucune des positions n'est prouvable. On est bien là dans des considérations philosophiques. A titre personnel j'ai toutes les raisons de croire que l'on est dans un monde indéterministe et que l'on est doté de libre arbitre, je ne saurais pas le prouver mais je le pense :
- parce que ça explique pourquoi je me pose la question le matin, lorsque j'ai à choisir entre une banane ou une pomme.
- parce que les conclusions de la mécanique quantique sont troublantes, à défaut d'être une preuve, c'est tout de même un indice fort.
- que « J'ai remarqué que même les gens qui affirment que tout est prédestiné et que nous ne pouvons rien y changer regardent avant de traverser la rue. » (S. Hawking)

Je suis d'accord avec vous lorsque vous dites qu'aucune des positions n'est prouvable. En effet, c'est bel et bien un parti pris métaphysique, mais toutefois le libre arbitre résiste beaucoup moins à la critique qu'une position déterministe. Permettez-moi de vous remettre en question et de reprendre votre exemple. Tout d'abord, je pense que les hommes se trompent quand ils se croient libres. Cette opinion consiste en cela seul qu’ils sont conscients de leurs actions et ignorants des causes par lesquelles ils sont déterminés.
Autrement dit, vous pensez sincèrement avoir le "choix" entre cette banane et cette pomme puisque vous ignorez tout ce qui vous détermine à aller dans un sens plutôt que dans un autre. C'est un peu répétitif, mais si vous connaissiez toutes les causes extérieures qui vous déterminent au moment de "choisir" entre la pomme ou la banane, vous ne pourriez même pas considérer un instant que vous avez choisi. Mais malheureusement, on voit bien qu'on a spontanément tendance à se considérer comme un empire dans un empire, comme des êtres étant au dessus des lois naturelles.

Rousseau a écrit:
Parce qu'un raisonneur a beau me prouver que je ne suis pas libre, le sentiment intérieur, plus fort que tous ses arguments, les dément sans cesse ; et quelque parti que je prenne, dans quelque délibération que ce soit, je sens parfaitement qu'il ne tient qu'à moi de prendre le parti contraire.

Rousseau, Julie ou la nouvelle Héloïse, VI, lettre VII.


En ce qui concerne l'apport de la mécanique quantique, je ne suis pas convaincu qu'on puisse en faire usage pour soutenir le libre arbitre. Je ne suis pas si sûr qu'un changement au niveau microscopique puisse déterminer le macroscopique. Autrement dit, si un électron est capable d'altérer la décision d'un homme. Mais bon, je ne m'avance pas là dessus car j'ai des connaissances très limitées dans le domaine ce qui en fait une simple opinion. Enfin pour ce qui est de traverser la rue, je n'arrive pas à comprendre en quoi cela serait un argument en faveur du libre arbitre. Ce n'est pas un décret libre de la volonté que de regarder à droite et à gauche, c'est un acte déterminé et nécessaire.

Merci d'avoir lu jusque là.

descriptionLiberté, déterminisme, fatalisme. EmptyRe: Liberté, déterminisme, fatalisme.

more_horiz
Merci pour votre réponse.

En fait mon post avait pour premier souci de faire la liste des positions : déterminisme et indéterminisme ; libre arbitre et serf arbitre. Il n'y a pas à mon avis une position plus justifiée qu'une autre. Chacun a son idée là-dessus et je suis sûr que l'on peut citer son champion pour soutenir tel ou tel point de vue. Le but ici, qui n'est pas atteint, et j'en suis contrit, était de faire le tour des points de vues. La conclusion est personnelle et donne mon avis sur la question, on ne sera pas toujours d'accord avec moi, d'autant plus que le point de vue des indéterministes dans la philosophie me semble assez minoritaire. 

Pour moi c'est une erreur d'opposer libre arbitre et déterminisme. On peut imaginer 1) du déterminisme avec du libre arbitre ; 2) du déterminisme avec du serf arbitre ; 3) de l'indéterminisme avec du libre arbitre et  4) de l'indéterminisme avec du serf arbitre.

Ce sont ces 4 positions que je me proposais d'exposer. Et selon qu'on adopte l'un de ces 4 façons de voir le monde, choisir entre une banane et une pomme, et  regarder à droite ou à gauche en traversant la route n'ont pas les mêmes significations. En fait je n'aurais pas dû donner ma conclusion personnelle, j'aurais aimé que la discussion porte sur l'exposé des 4 visions, je pense que c'est bien plus fécond et permet de prendre de la hauteur.


Pour la première remarque, peut-être que le terme corollaire est un peu fort, je m'en excuse. J'imaginais la définition de la liberté comme étant la capacité à choisir. Et donc aussi à faire un mauvais choix. Si je comprends la définition de Spinoza, il voit la liberté comme pouvant être une illusion. Dans ce corollaire je ne vois que la possibilité de faire un choix (même mauvais) sans contrainte déterministe. Dans ce cas, la liberté serait la possibilité d'influencer le cours des événements, par un choix non déterminé. C'est une liberté "physique". Je pense au héros des Caves du Vatican, qui pour se prouver sa capacité à être libre veut commettre un meurtre gratuit. Comme pour éprouver la toute puissance de la liberté, on voit bien le côté pervers de la démarche.

Pour la deuxième remarque, je dis qu'il "semble" assez difficile de se faire à l'idée du déterminisme dur. Ce n'est pas une preuve que le déterministe dur n'existe pas. Mais il me semble que cela peut vite mener à la déprime. Je fais référence au premier message de Black Rainbow : j'ai eu l'impression d'y trouver une certaine détresse. Par contre qu'un esprit fort puisse s'en arranger, et même se sublimer, je veux bien le croire.

En fait je suis tombé dans le piège, dans ma conclusion — et beaucoup y tombent — de laisser entendre que je préférais l'indéterminisme/libre arbitre par convenance personnelle, parce que j'y voyais un confort/réconfort. De la même manière, trouver une justification, quelle quelle soit, à un déterminisme dur est à mon avis une mauvaise approche, si cette justification est de convenance spirituelle. 

Pour la mécanique quantique, je voudrais juste rappeler ce que j'ai compris à son sujet (ou ce que j'ai cru comprendre). Je peux conseiller les vidéos d'Étienne Klein.
- ce n'est pas la preuve absolue du hasard pur, mais c'est l'indice le plus fort que l'on ait actuellement de l'indéterminisme en tant que phénomène physique. Mais ce n'est pas pour ça qu'il y a du libre arbitre.
- l'indéterminisme quantique n'est pas équivalent au n'importe quoi. Tout ne peut pas se produire non plus. Quand on mesure le spin d'un électron, on a 1 chance sur 2 d'avoir un spin up ou down, mais cette probabilité ne change pas avec le temps, ni l'endroit, on ne passe pas d'un coup à une chance sur 3 pour le spin up et 2 chances sur 3 pour le down. Quelque part cela reste une sorte de déterminisme, un déterminisme probabiliste, qui postule du hasard comme une loi de la nature. Un autre déterminisme comme disait Niels Bohr.
- pour ce qui est de l'influence des quantas sur le monde classique, je ne saurais pas l'évaluer ; mais des états quantiques qui se "matérialisent" selon des lois du hasard, il doit y en avoir des milliards par nano-seconde dans un centimètre cube (mais c'est à vérifier). Ce n'est pas là non plus une preuve qu'il y ait une influence forte. La réflexion de savoir si le macro n'écrase pas l'indéterminisme quantique est une question que l'on peut légitimement se poser, mais la question inverse aussi est légitime.
- c'est pour cela que j'ai imaginé l'expérience du paquet d'olives et du paquet de cacahuètes, pour montrer que l'on peut avoir des cas où des phénomènes quantiques (donc non déterministes) peuvent avoir une influence sur le macro (sur ma décision de manger une olive ou une cacahuète). Pour l'idée de cette expérience de pensée, je n'ai pas de référence à donner.

A titre personnel je crois que je peux dire, sans être outrancier : 
- je crois à l'indéterminisme, car j'ai une bonne raison d'y croire à cause de la mécanique quantique, en tout cas si celle-ci est complète et rend bien compte de la réalité. Cela implique que le futur n'est pas déterminé, qu'il est incertain, qu'il n'est pas joué au temps présent, et c'est tout ce que ça veut dire, rien de plus 
- je pense que le libre arbitre en découle, car je ne suis ni paranoïaque, ni conspirationniste 
- mais il se peut très bien que je me leurre 
- et même avec du libre arbitre, je me rends très bien compte que le libre arbitre n'est pas forcément synonyme de liberté, car on peut faire un mauvais choix, qui vous rendra esclave. Le libre arbitre n'étant pas synonyme de science infuse ni de sagesse.

En tout cas merci pour vos remarques constructives.

Jdoo.

Dernière édition par Euterpe le Ven 4 Aoû 2017 - 12:00, édité 1 fois (Raison : orthographe et reformulation de certaines phrases)
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum