Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Révolution ou Terreur en 2013

+2
Euterpe
Silentio
6 participants

descriptionRévolution ou Terreur en 2013 - Page 7 EmptyRe: Révolution ou Terreur en 2013

more_horiz
lesourire01 a écrit:
Pensez-vous qu'il est nécessaire pour l'intérêt général qu'advienne une révolution aujourd'hui?

De mon point de vue, il serait souhaitable, voire nécessaire, que nous changions de société. Mais comment peut-on le faire ? La révolution est une solution. Mais elle implique des risques colossaux. L'histoire nous montre que les révolutions terminent toujours mal : non seulement parce qu'elles trahissent l'intention qui leur préside, mais aussi parce qu'au lieu d'instaurer les conditions favorables à cet intérêt général que vous mentionnez elles ne sont finalement que le moyen de la destruction tout court, et non de celle de l'ordre établi pour instituer l'idéal visé.

Certes, la révolution entraîne des changements majeurs, voire des bouleversements profonds en restructurant la société qui prend une forme nouvelle, mais cette forme n'est jamais celle attendue, ne serait-ce que parce que les révolutionnaires eux-mêmes ont des intérêts divergents, il y a des rapports de force et de domination qui s'exercent, de même que ce projet se heurte à des résistances de différents types concernant la matière sociale, économique, culturelle et politique à transformer. La Révolution française a ouvert une nouvelle ère dans l'histoire de l'humanité, a apporté son lot d'avancées sociales et politiques, mais elle a fini par dégénérer et il a fallu d'autres étapes et expériences politiques pour fonder un régime stable et à même de conserver ces avancées tout en fondant la viabilité que la Révolution ne trouvait pas (on pourrait dire, de toute façon, qu'un bond en avant n'est pas vivable, que le mouvement doit s'arrêter ou ralentir puisqu'il faut un ordre social apte à créer du consentement pour vivre ensemble : on ne peut ni vivre dans une guerre civile perpétuelle ni vivre dans la pure création qui abolit sans cesse ce qui est et est donc en même temps une destruction des repères sociaux indispensables à la stabilité exigée par la vie en commun).

La révolution suspend ce qui a été, mais elle ouvre à un moment indéterminé ou d'indétermination (où, par ailleurs, les forces en présence sont les plus susceptibles d'être influencées et d'orienter le projet dans un sens ou un autre ; il peut donc en résulter une nouvelle domination idéologique, voire bureaucratique, au détriment du mouvement initial) : qui sait ce qui peut en sortir ? Les conséquences de nos actions, surtout à cette échelle si importante, sont imprévisibles. On risque alors de détruire et d'en rester là, ou bien encore de s'enfoncer dans une terrible guerre civile (puisque, certes, si les révolutionnaires prétendent parler au nom de l'intérêt de tous, ou du plus grand nombre, ils s'opposent à une partie du peuple qu'ils défendent), ou bien de créer un ordre nouveau et pire que l'ancien - notamment en instaurant une dictature.

Certains vous diront donc qu'on peut tenter l'aventure, en étant conscient des risques, et en persévérant pour les éviter, tandis que d'autres vous diront que la révolution n'est pas souhaitable parce que la sécurité et le vivre-ensemble seraient menacés, et que la société actuelle est au fond très bien comme elle est puisqu'elle assure l'essentiel en dépit des injustices qui perdurent.

De toute façon, la révolution ne naît pas toute seule et d'un seul coup, elle se prépare et est suscitée par la pression des événements, tout en surgissant de la mobilisation spontanée d'une partie de la population. Mais aujourd'hui, si certaines conditions sont réunies (ne serait-ce que la crise qui crée un climat anxiogène et pousse à la radicalisation des discours - et des attitudes ?), il reste que les Français ne sont pas prêts à faire la révolution, ils ne désirent que conserver et améliorer leurs conditions de vie actuelles, ils sont attachés à leur confort. La révolution, au contraire, exige des sacrifices.

Le problème de la révolution, si on maintient la visée d'une autre société, peut alors se formuler autrement : comment, dans la société actuelle, peut-on agir pour changer les choses ? Comment les gouvernants doivent-ils réformer le pays ? Comment les citoyens doivent-ils s'exprimer et agir à leur échelle ? Comment être révolutionnaire sans révolution et sans croyance à la venue sur Terre du royaume divin ? La révolution, alors, ne peut plus être que le nom d'une rupture avec l'ordre établi, d'un mouvement critique incessant, d'une visée sans finalité, sans toutefois être le rêve d'un avènement de l'idéal dans le monde et nécessiter la guerre, comme si l'on pouvait faire table rase du passé et oublier l'histoire en tant que telle : il est facile de détruire, moins de construire, et cela prend du temps ; prenons le pouvoir, il nous faudra encore en faire quelque chose et il n'est pas du tout sûr que nous puissions appliquer nos idéaux à la réalité dans leur pureté, ou bien il faudra forcer la réalité, avec une puissance incroyable, ce qui dans ce cas évacuerait tout conflit (inhérent à la vie en société) et impliquerait la dictature. Or ce n'est pas ce que nous voulons.

La révolution correspond à la société ouverte au mouvement de l'histoire, à sa créativité, mais elle ne doit pas être le mouvement d'auto-dissolution de la société. A nous de savoir, par conséquent, si nous mettons l'accent sur l'exigence d'ordre ou sur l'exigence critique de transformation, si l'on veut simplement gérer et réformer ce qui est ou aider à l'introduction de la nouveauté dans l'ancien ; mais de toute façon il faudra que la société, par responsabilité, soit mise devant ses défauts, qu'elle rende compte de ses erreurs - de toute façon elle procède par tâtonnements. Je crois que la perspective de la révolution, comme venue du tout autre et d'une démocratie idéelle comme norme, permet de nous décentrer par rapport à notre société et de la juger en vue de l'améliorer. La révolution n'est donc pas forcément souhaitable, mais notre désir du meilleur peut nous aider à nous perfectionner, donc à rompre sans cesse avec certains états de fait si nous nous en donnons les moyens. Bien sûr, c'est un processus sans fin. Le révolutionnaire, lui, adopte une position essentiellement critique, en attendant, sait-on jamais, que ses idées, qui peuvent sembler utopique au regard de ce qui est actuellement, soient embrassées par le grand nombre et que celui-ci se donne de nouvelles institutions.

Dernière édition par Silentio le Jeu 21 Mar 2013 - 13:32, édité 5 fois

descriptionRévolution ou Terreur en 2013 - Page 7 EmptyRe: Révolution ou Terreur en 2013

more_horiz
La Révolution ne se fait qu'en cas de situation désespérée car elle est extrême par nature.
Donc sommes nous suffisamment désespérés par la situation, et ce à juste titre, pour balayer tout ce qui existe ?
D'une je ne pense pas que la situation, bien que compliquée, soit sans autre solution que la Révolution et de deux je ne pense pas qu'il soit de toute manière souhaitable de la faire dans ce contexte pour deux raisons :
la première parce qu'une Révolution s'habille de l'intérêt général pour finalement écarter la majorité. La Révolution française n'est finalement que l'arrivée au pouvoir de la bourgeoisie au détriment du reste du Tiers-État, des Nobles et du Clergé.
La révolution bolchévique ne conduisit qu'à un régime autoritaire puis à une dictature.
Ensuite parce que toute Révolution trouve son origine dans une idéologie ou du moins un système d'idées qui sont menés par des intellectuels. Voyez vous des intellectuels suffisamment pertinents et surtout influents pour guider le peuple ?
Quand le chantre de la Révolution citoyenne est Mélenchon on ne peut que rire et douter.

J'ajoute qu'un peuple peut se soulever quand l'État est coupable. Or là notre État est impliqué dans une situation européenne ce qui complexifie la situation mais est également impliqué dans une économie mondiale, il n'est plus le sujet , il n'est qu'un intermédiaire. Une Révolution se conduit quand le peuple se révolte parce qu'un État en fait trop et non parce qu'il ne fait pas assez or c'est ce qui lui est reproché actuellement.




descriptionRévolution ou Terreur en 2013 - Page 7 EmptyRe: Révolution ou Terreur en 2013

more_horiz
JimmyB a écrit:
la première parce qu'une Révolution s'habille de l'intérêt général pour finalement écarter la majorité. La Révolution française n'est finalement que l'arrivée au pouvoir de la bourgeoisie au détriment du reste du Tiers-État, des Nobles et du Clergé.

Mais vous et moi sommes bien contents de pouvoir profiter de libertés que nous n'aurions peut-être pas eues s'il n'y avait pas eu ce processus révolutionnaire pour rompre avec l'Ancien régime.
JimmyB a écrit:
Quand le chantre de la Révolution citoyenne est Mélenchon on ne peut que rire et douter.

Si je me souviens bien il proposait une révolution par les urnes, ce qui est tout de même différent d'une révolution traditionnelle.
JimmyB a écrit:
J'ajoute qu'un peuple peut se soulever quand l'État est coupable. Or là notre État est impliqué dans une situation européenne ce qui complexifie la situation mais est également impliqué dans une économie mondiale, il n'est plus le sujet, il n'est qu'un intermédiaire. Une Révolution se conduit quand le peuple se révolte parce qu'un État en fait trop et non parce qu'il ne fait pas assez, or c'est ce qui lui est reproché actuellement.

C'est vrai, mais notre situation est tout de même inquiétante. Qui a la souveraineté aujourd'hui ? Et ce "qui" a-t-il une figure définie ? Contre qui le peuple pourrait-il vouloir se soulever ? Peut-il se soulever contre l'économie (qu'il constitue aussi) ?

descriptionRévolution ou Terreur en 2013 - Page 7 EmptyRe: Révolution ou Terreur en 2013

more_horiz
Tout d'abord je ne pense pas que nous ayons beaucoup plus de libertés maintenant que sous l'Ancien Régime hormis la liberté d'expression mais sans la reconnaissance qui devrait l'accompagner elle ne sert que peu. Seuls nos acquis sociaux mais qui ne proviennent pas de la Révolution française nous offrent une vie meilleure.
Ensuite bien sur que c'est une Révolution par les urnes et c'est différent d'une Révolution telle un soulèvement mais là n'était pas mon propos.

Enfin vos questions sont dans mon propos précédents. On ne peut se soulever puisque l'État n'est pas coupable et que de toute façon il n'y a pas qu'un seul coupable. C'est un ensemble de circonstances qui rendent la situation compliquée. On peut mettre des rustines, faire le dos rond mais on ne peut se soulever contre un coupable imaginaire. Les pouvoirs qui nous sont accessibles sont faibles c'est pour cela que je parle d'État intermédiaire.

descriptionRévolution ou Terreur en 2013 - Page 7 EmptyRe: Révolution ou Terreur en 2013

more_horiz
Voici ce qu'écrivait un homme, Émile Faguet, en 1902 :

Émile Faguet a écrit:
La liberté individuelle a été visée très précisément et plus que toute autre par les Déclarations des droits de l'Homme de 1789 et de 1793. Cela tient à ce qu'aucune liberté n'avait été plus méprisée, surtout plus mal définie et plus mal connue, avant 1789. Il est à remarquer que l'ancienne société, qui a fort bien connu un certain nombre de libertés, respectait beaucoup plus les libertés de corps, les libertés d'associations, que les libertés personnelles et individuelles, tout au contraire de la nouvelle, qui a pour l'individu isolé un respect relatif et qui a une extrême défiance à l'égard de tout ce qui est association. La société ancienne respectait les libertés du clergé, de la magistrature (le plus souvent), des corporations ouvrières, des municipalités, des provinces libres (pas toujours, mais pendant de longues périodes). Elle ne connaissait pour ainsi dire pas la liberté individuelle.
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum