Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Révolution ou Terreur en 2013

+2
Euterpe
Silentio
6 participants

descriptionRévolution ou Terreur en 2013 EmptyRévolution ou Terreur en 2013

more_horiz
Nous sommes toujours enfermés, semble-t-il, dans des modèles politiques propres au XIXe siècle. Mais plus que ça, nous sommes les héritiers de la Révolution française. Pourtant, on aurait pu croire le moment révolutionnaire éteint. C'est peut-être le cas. Mais à droite, la crainte absurde d'un retour de la Terreur (cf. les propos de Catherine Deneuve dans l'affaire Depardieu) et le fantasme d'un ennemi incarnant le Mal suprême (cf. les propos de l'UMP et du FN sur le retour, pendant l'élection présidentielle de 2012, des chars soviétiques) nourrissent un imaginaire réactionnaire et contre-révolutionnaire. Aujourd'hui, c'est un projet de loi de l'UMP qui est déposé à l'Assemblée nationale, auquel se joint la jeune députée FN Marion-Maréchal Le Pen, qui vise à faire reconnaître le génocide de Vendée ayant eu lieu pendant la Terreur.

D'où plusieurs questions :

- Y a-t-il un retour à l'imaginaire de cette période de l'histoire ?
- Qu'est-ce que ça traduit ? Qu'est-ce que ça dit de la société et de ceux qui se présentent sous les traits des opposants au jacobinisme ? Y a-t-il seulement une critique salutaire de l'État moderne ou un réel retour à la réaction anti-républicaine et anti-démocratique ?
- Quelle est l'utilité de telles caricatures ?
- La droite a-t-elle raison sur les faits historiques ou les mésinterprète-t-elle à son profit ?
- Peut-on encore se réclamer de la Révolution française en faisant la part des choses et sans être renvoyé à la Terreur ? Peut-on être de gauche, anticapitaliste, socialiste ou communiste (avec leurs variations et nuances) sans adhérer à la politique soviétique ?

descriptionRévolution ou Terreur en 2013 EmptyRe: Révolution ou Terreur en 2013

more_horiz
Silentio a écrit:
Y a-t-il un retour à l'imaginaire de cette période de l'histoire ?
En fait, il n'y a pas exactement un retour, mais de simples fluctuations dans un imaginaire et une historiographie dont nous ne sommes jamais sortis. La question vendéenne, qu'on ne peut trancher sans prendre parti, et pour cette raison même, contribue à maintenir la guerre civile, sous une forme à la fois banalisée et malsaine, à laquelle se livrèrent les Français pendant la période révolutionnaire. On a un événement historique majeur qui ne peut faire l'objet d'un examen historiographique définitif, sinon concluant (manque de documents, surtout ; mais aussi événement inédit, qu'il est impossible de comparer à d'autres, et par conséquent de caractériser - cf. par exemple la mise au point de P. Gueniffey), mais qui contribue pour une part essentielle à la conformation psychosociale des Français. Ça ne peut produire que du fantasme, puisque c'est un objet réel, mais dont on ne peut établir la réalité : ça a eu lieu, mais on ne sait pas ce qui a eu lieu. La littérature s'en est presque immédiatement emparé. C'est un objet mythique.

Les partis politiques, pour ce qui les concerne, s'en contrefichent comme de l'an quarante. Ils surfent sur la vague et succombent à la mode du génocide (chacun veut le sien).

Enfin, la question même de la définition du génocide a ses effets pervers : pour peu qu'un massacre à grande échelle n'entre pas dans le cadre de la définition, on s'expose à des critiques qui ne sont pas infondées. Après tout, c'est comme si on disait à certains que les mots seuls constituent le réel. Pas de mot, pas de réel. Ce n'est pas le genre de choses qu'on peut scander au nom de la rigueur scientifique dans certaines communes vendéennes, comme Cholet.

Silentio a écrit:
Qu'est-ce que ça dit de la société et de ceux qui se présentent sous les traits des opposants au jacobinisme ?
Rien, sinon que Furet s'est trompé. La Révolution n'est pas terminée, voilà tout. Dans le tout petit cercle parisien, brandir les vieux démons reste très efficace. Voyez la campagne de Mélenchon, qui a beaucoup mobilisé, avec des reliques vieilles de plus de deux siècles et demi.

Silentio a écrit:
Y a-t-il seulement une critique salutaire de l'État moderne ou un réel retour à la réaction anti-républicaine et anti-démocratique ?
Ni critique, ni retour. Nous ne sommes que dans du même, qui a ses propres variations depuis la Révolution. La critique, pourvu qu'elle soit un diagnostic rigoureux, on peut la lire dans les archives des débats parlementaires qui animèrent la vie politique dès la Révolution. Rien de nouveau. Salutaire ? Pour qu'elle le fût, il faudrait qu'on s'occupât aussi de l'individu. Mais ce dieu a encore une éternité devant lui, avant que quelqu'un ne l'abatte pour le ranger sagement avec les autres idoles.

Silentio a écrit:
La droite a-t-elle raison sur les faits historiques ou les mésinterprète-t-elle à son profit ?
Pour que la droite ait raison, il faudrait que les faits pussent être établis. Comme ils ne le sont pas, ou de manière si fragmentaire qu'on n'en peut à peu près rien faire, elle s'engouffre dans la brèche interprétative du récit mobilisateur.

Silentio a écrit:
Peut-on encore se réclamer de la Révolution française en faisant la part des choses et sans être renvoyé à la Terreur ?
Pourquoi ce "encore" ?

Silentio a écrit:
Peut-on être de gauche, anticapitaliste, socialiste ou communiste (avec leurs variations et nuances) sans adhérer à la politique soviétique ?
On ne peut pas répondre par l'affirmative ou la négative seulement. On ne sort pas de l'histoire, contemporaine ou non.

descriptionRévolution ou Terreur en 2013 EmptyRe: Révolution ou Terreur en 2013

more_horiz
Euterpe a écrit:
Rien, sinon que Furet s'est trompé. La Révolution n'est pas terminée, voilà tout. Dans le tout petit cercle parisien, brandir les vieux démons reste très efficace. Voyez la campagne de Mélenchon, qui a beaucoup mobilisé, avec des reliques vieilles de plus de deux siècles et demi.

Ces reliques sont encore d'actualité si l'on ne réussit pas à inventer des alternatives crédibles au mode de vie capitaliste. Il y a quand même du bon dans ce sursaut, même si certains brandissent encore les effigies du Che et de Lénine. Les communistes actuels ont peut-être des réflexes sectaires, mais je doute qu'ils soient tous restés en arrière, nombreux sont aussi ceux qui ont tiré des leçons des tragédies passées et qui tentent de penser et de pratiquer un autre communisme que celui qui, au fond, n'en a jamais été un. Enfin, la dernière présidentielle, qui fut insipide au possible, nous a montré des marchands d'antiquités de tous les côtés : certes, la gauche a répété un discours maintes fois entendu, mais la droite n'avait à la bouche que des caricatures pour discréditer ses opposants. Encore une fois, est-il sérieux aujourd'hui de susciter la crainte des chars soviétiques ? L'ennemi, ici, est tout simplement fantasmé. Il était débile de faire de Sarkozy l'équivalent d'un dictateur fasciste d'antan, il est tout autant stupide de renvoyer tout ce qui est trop rouge à Staline. D'ailleurs, le Partie de Gauche n'a jamais été vraiment anticapitaliste, bien que comportant une bonne frange des électeurs du PCF, et a suscité un engouement général parce que ses valeurs sont tout simplement républicaines (cf. la chose commune), là où le spectre et le discours politiques en général s'étaient considérablement déplacés vers la droite extrême. Or l'on sait que la France se gouverne au centre. Mais finalement ce qui est déplorable, comme toujours, du moins pour un observateur comme moi, c'est l'idéologie, l'amalgame et la caricature. Alors s'il ne s'agit pas de vérité en politique, sur laquelle on pourrait s'accorder après discussion, disons du moins qu'un orateur comme Mélenchon avait pour lui de sembler plus à cheval sur des principes forts, et attendus après un sarkozysme mouvementé et qui a laissé des traces (d'où le besoin d'unité nationale - thème qui a été mobilisé par Hollande imitant Obama), tandis que l'entre-deux tours nous a montré, par exemple, le machiévalisme d'une UMP qui ne semblait n'avoir, au fond, que peu de valeurs et faire semblant, de manière honteuse, d'embrasser les idées du FN. En attendant, tout le monde prétend parler au nom du peuple, alors qu'il ne s'agit par là que de favoriser des intérêts particuliers, et ce peuple subit des polémiques stériles qui permettent de trouver des boucs-émissaires et de servir de catharsis afin d'évacuer la responsabilité d'une élite politique incompétente et de ne pas traiter en profondeur les causes d'une crise désastreuse qui n'est pas seulement économique ou financière, mais surtout sociale, morale et politique. Là-dedans je me demande comment continuer la Révolution, comment aider à porter le projet d'autonomie devant l'impuissance de ce système à se transformer. Cela dit, malgré le repli sur soi et la mobilisation d'un imaginaire et d'une mémoire sociaux qui font place au conservatisme, voire à l'intégrisme, il se peut aussi que la transformation de la société s'opère malgré tout, mais aussi malgré nous, notamment dans le cadre de la mondialisation et de la globalisation. Qui sait, la crise précède peut-être un monde nouveau. Mais il ne nous sera peut-être pas favorable, d'où l'importance de la lutte pour des principes si nous pouvons influencer quelque peu le cours des choses. Pour autant, j'ai l'impression qu'il ne peut plus y avoir de mouvement de grande ampleur et que tout ce que nous tentons de faire ne peut plus avoir de répercussions globales (notamment du fait de l'hypermédiatisation des événements qui change notre rapport au temps : une fois l'instant passé il est noyé parmi d'autres et oublié).
Euterpe a écrit:
Ni critique, ni retour. Nous ne sommes que dans du même, qui a ses propres variations depuis la Révolution. La critique, pourvu qu'elle soit un diagnostic rigoureux, on peut la lire dans les archives des débats parlementaires qui animèrent la vie politique dès la Révolution. Rien de nouveau. Salutaire ? Pour qu'elle le fût, il faudrait qu'on s'occupât aussi de l'individu. Mais ce dieu a encore une éternité devant lui, avant que quelqu'un ne l'abatte pour le ranger sagement avec les autres idoles.

Mais que mettrions-nous à la place de l'individu ? Je ne parle pas de substituer une idole à une autre - quoique la question puisse se poser, par exemple si l'on pense qu'une religion civile pourrait avoir du bon en favorisant le lien social, puisqu'il faut bien replonger l'individu dans le réseau des relations qu'il entretient avec le monde. S'agira-t-il de privilégier la notion de monde commun ? Est-on capable d'inventer autre chose ? Cela dit, il me semble que les nouvelles générations sont, tout en étant égoïstes par certains côtés et consuméristes, de plus en plus portées à créer des liens alternatifs aux liens traditionnels dans de nouveaux réseaux et de nouvelles communautés. Mais je crois que la notion d'espace public disparaît, laissant seulement place à la montée en puissance des groupes d'intérêts privés - bien qu'on puisse aussi douter de l'authenticité des relations entretenues dans ces groupes (surtout s'ils ne sont basés que sur l'intérêt individuel).
Euterpe a écrit:
Pourquoi ce "encore" ?

Parce qu'il semble difficile aujourd'hui d'être audible lorsque l'on parle de révolution ou des valeurs de la Révolution française - puisque d'une certaine manière on a plus tendance à l'associer avec un certain progressisme de gauche, là où la droite est d'abord conservatrice, garante de l'ordre social (ce que montre parfaitement le thème de la sécurité). Or le discours de gauche est assez discrédité pour plusieurs raisons (parce que le PS est un parti libéral, parce que l'extrême-gauche est minoritaire et qu'on lui renvoie sans cesse au visage le spectre de l'URSS, parce que la droite a réussi à retrouver le monopole idéologique en mêlant la critique du libéralisme économique avec celle des mœurs issues de Mai 68 - comme si la gauche avait inventé le capitalisme et souhaitait l'effondrement de la société ! -, etc.). La révolution échoue toujours, et c'est le fruit d'utopistes qui sèment la mort. Le problème c'est que ça laisse place au cynisme ambiant qu'il est très facile d'afficher (il sera plus facile de taper sur les prétendus assistés, de parler de compétitivité et de rigueur, que de pointer les vrais problèmes du système : l'État, la bureaucratie, la finance, etc.). Quant à l'opinion, elle ne soutient plus la vraie gauche - on dit même que les ouvriers votent FN. Alors, bien évidemment, vous pourrez me dire que la Révolution française mène aussi au libéralisme politique. Mais peut-il nous sortir des contradictions de notre système ? Et où sont les vrais libéraux, ceux qui, me semble-il, auraient tout autant de raisons que les citoyens de gauche de critiquer l'évolution de la société et ceux qui la gouvernent ?

descriptionRévolution ou Terreur en 2013 EmptyRe: Révolution ou Terreur en 2013

more_horiz
Qu'entendez-vous par révolution ?

Le déclin des communistes est symbolique d'un affaissement des valeurs, de l'attachement à un système de pensé clair. Est-ce en réaction à cette perte de valeur, oserais-je dire d'identité politique du citoyen (avec les critiques habituelles faites à la Démocratie : désengagement, ochlocratie, etc.) que vous prônez la révolution ?

Sur le machiavélisme de l'UMP, je ne vous rejoins pas. Sarkozy savait pertinemment qu'une alliance avec le FN serait décrédibilisation (en raison de valeurs que vous ne reconnaissez apparemment pas à l'UMP) mais surtout parce que cela impliquait de laisser des sièges de députés au FN. Le modèle danois est assez proche, le parti d’extrême droite ayant par ce levier fait passer de nombreuses lois clairement islamophobes et
anti-européennes contre son soutien à la droite (en acceptant certaines concessions sur les aspects socio-économiques, certes). Là aussi la formation populiste se positionne en défenseur des ouvriers. Les dernières tendances montrent tout de même que cette stratégie s'essouffle. C'est davantage une ligne copéïste qui a (trop tôt ?) souhaité s'autonomiser, se démarquer du reste du parti.

Ne pensez-vous pas que la mise en exergue de la sphère privée (par le biais des réseaux nouveaux, ou un besoin plus grand de se situer en fonction de repères) aboutit à la fusion (le terme est maladroit) de la sphère publique et de l'environnement privé qui tend à s'étaler à la vue de tous ?

Quant à l’État, il se modernise. Que ce soit dans la gestion des budgets (quel retard avions-nous !) et dans le domaine du droit notamment. Quant à la Bureaucratie, elle est appliquée et heureusement ! L'État échappe ainsi au clientélisme.

Sur le PS et l'imaginaire véhiculé par les idées de gauche, je rebondis sur mon précédent propos, ne l'imputez-vous pas à une absence de culture, d'attachement politique ?

descriptionRévolution ou Terreur en 2013 EmptyRe: Révolution ou Terreur en 2013

more_horiz
Silentio a écrit:
Euterpe a écrit:
Rien, sinon que Furet s'est trompé. La Révolution n'est pas terminée, voilà tout. Dans le tout petit cercle parisien, brandir les vieux démons reste très efficace. Voyez la campagne de Mélenchon, qui a beaucoup mobilisé, avec des reliques vieilles de plus de deux siècles et demi.

Ces reliques sont encore d'actualité si l'on ne réussit pas à inventer des alternatives crédibles au mode de vie capitaliste. Il y a quand même du bon dans ce sursaut
En quoi y voyez-vous un sursaut ?

Silentio a écrit:
penser et [...] pratiquer un autre communisme que celui qui, au fond, n'en a jamais été un
Chose qu'on a quand même beaucoup entendue. Quel serait cet autre du communisme réel et qui aurait l'honneur d'être le vrai communisme ? Qu'est-ce qui peut légitimer qu'on fasse de l'échec d'un projet politique le critère distinctif de la vérité ou pas de ce projet ?

Silentio a écrit:
le Parti de Gauche [...] a suscité un engouement général parce que ses valeurs sont tout simplement républicaines (cf. la chose commune)
De quelle république parlez-vous ? Et de quelles valeurs ?

Silentio a écrit:
En attendant, tout le monde prétend parler au nom du peuple, alors qu'il ne s'agit par là que de favoriser des intérêts particuliers
Y a-t-il autre chose que des intérêts particuliers ? Que pourrait bien être, du reste, un intérêt général ?

Silentio a écrit:
des polémiques stériles qui permettent de trouver des boucs-émissaires et de servir de catharsis afin d'évacuer la responsabilité d'une élite politique incompétente et de ne pas traiter en profondeur les causes d'une crise désastreuse qui n'est pas seulement économique ou financière, mais surtout sociale, morale et politique.
On dit cela depuis les débuts de la démocratisation. On a tellement banalisé le prétendu modèle des Trente Glorieuses qu'on en oublierait presque que ce modèle ne repose que sur l'idéal d'une croissance continue et d'un chômage réduit à presque rien. Vraiment, c'est ça, les valeurs, le bonheur, l'idéal ? Nous vivons dans l'histoire, i. e. dans une crise permanente. Qu'il y ait une crise économique et financière, qu'elle ne soit sans doute pas seulement conjoncturelle, mais en partie systémique, c'est ce sur quoi beaucoup s'accorderaient. Mais une crise sociale, morale, politique ? Pas plus ni moins qu'en d'autres temps. On voulait tout techniciser ? On a tout technicisé. Mais on doit accepter le lot qui va avec.

Silentio a écrit:
je me demande comment continuer la Révolution, comment aider à porter le projet d'autonomie devant l'impuissance de ce système à se transformer.
Quel système ? Pour ce qui est de la Révolution comme projet d'autonomie, même Castoriadis s'est vite rendu compte que ça n'avait pas la même cohérence qu'avec l'Athènes antique.

Silentio a écrit:
Mais que mettrions-nous à la place de l'individu ? Je ne parle pas de substituer une idole à une autre
Tout et rien. Pourvu que ce ne soit pas une idole.

Silentio a écrit:
les vrais problèmes du système : l'État, la bureaucratie, la finance, etc.).
Pas d'État ? Pas de bureaucratie ? Pas de démocratie. C'est à prendre ou à laisser. Quant à la finance, elle existe depuis le moyen âge.

Silentio a écrit:
vous pourrez me dire que la Révolution française mène aussi au libéralisme politique.
Dans les faits, non.

Silentio a écrit:
où sont les vrais libéraux, ceux qui, me semble-il, auraient tout autant de raisons que les citoyens de gauche de critiquer l'évolution de la société et ceux qui la gouvernent ?
Qu'ils soient de droite ou de gauche, les hommes politiques, pour l'essentiel, sont des libéraux ; mais des libéraux qui, comme leurs prédécesseurs, héritent de l'ère napoléonienne, et acceptent, bon gré mal gré, cet héritage (l'ordre social). La plupart des libéraux sont devenus thermidoriens pendant la Révolution, ce qui les disposait, même mal, à accepter Napoléon plutôt qu'autre chose. Après Napoléon, il n'a plus jamais été question de renoncer à l'ordre. L'ordre à tout prix. Or, l'État et la centralisation, c'est l'ordre.
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum