Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Le génie

+3
toniov
Collegienmv
Liber
7 participants

descriptionLe génie - Page 2 EmptyRe: Le génie

more_horiz
jean ghislain a écrit:
On croit parfois que l'artiste a du génie dans le sens où il dépasserait de beaucoup l'intelligence commune, et qu'il arriverait mystérieusement à créer des oeuvres les plus belles.
Ainsi, l'artiste comme pénétré d'un souffle divin, n'arrive pas expliquer son art, qu'il remettrait à une inspiration au dessus de tout, comme si la nature lui avait donné ce don ! Est-ce réaliste ? Ne peut-on pas y voir une mystification de ce qui n'est que le résultat d'une longue assimilation de la technique ? Le génie n'est-il pas plutôt la maîtrise suprême d'une technique, et non pas une grâce divine, qui lui permet d'exprimer sa sensibilité, tout simplement ?
Que l'on appelle le génie artistique "souffle divin" ou "don de la Nature", peu importe, cela ne change rien au fait qu'il y a chez l'artiste (le véritablement reconnu comme tel) un talent inné que certes il pourra améliorer, travailler... en améliorant sa technique, pour parfaire sa maîtrise.
Quant à la sensibilité cela concerne plus précisément celui qui est "touché" par l'artiste, son admirateur qui se sent vibrer à son écoute ou à la vision de son oeuvre, comme s'il percevait en lui une perfection, quelque chose donc de "divin" qui touchera sa corde sensible sans que cela puisse s'expliquer rationnellement.

descriptionLe génie - Page 2 EmptyRe: Le génie

more_horiz
Janus a écrit:
Que l'on appelle le génie artistique "souffle divin" ou "don de la Nature", peu importe, cela ne change rien au fait qu'il y a chez l'artiste (le véritablement reconnu comme tel) un talent inné que certes il pourra améliorer, travailler... en améliorant sa technique, pour parfaire sa maîtrise.
Quant à la sensibilité cela concerne plus précisément celui qui est "touché" par l'artiste, son admirateur qui se sent vibrer à son écoute ou à la vision de son oeuvre, comme s'il percevait en lui une perfection, quelque chose donc de "divin" qui touchera sa corde sensible sans que cela puisse s'expliquer rationnellement.


Oui, d'accord.

descriptionLe génie - Page 2 EmptyRe: Le génie

more_horiz
toniov a écrit:
De toute façon, pour un véritable artiste, la technique n'est jamais un obstacle ni un boulet à traîner.

Oui, si cet artiste, qui se sait artiste au fond de lui-même avec une absolue conviction, a aussi les facilités nécessaires. Dans notre art, ce sera entre autres choses, le coup d'œil du dessinateur et le maniement d'une technique aussi difficile que la peinture à l'huile. Même là, il y a différents degrés d'habileté.

Il y a une intériorité et l'artiste l'exprime en passant par la technique. La créativité se trouve dans ce que l'artiste porte en lui et la technique sert de support à cette créativité.

C'est plus que cela. La technique modifie ce que l'artiste porte en lui, au minimum elle l'oblige à choisir. Rembrandt, au vu de son apprentissage, ne pouvait faire que du clair-obscur. Heureusement la vie est bien faite, son âme sombre de nordique convenait très bien avec les intérieurs et le ciel gris de la Hollande. Il a su magnifier par des éclairages mystérieux la "sauce brune" tellement reprochée aux peintres hollandais. Par sa maîtrise des empâtements, il a sculpté les visages, leur donnant ces expressions profondes ou terribles qui détournaient de lui les commanditaires de portraits. Je ne suis donc pas loin de penser que la technique joue beaucoup plus sur le peintre qu'il ne joue avec. En définitive, le peintre m'apparaît dominé par la peinture. Vous voyez, je ne pense pas avec Léonard que la main est le soldat et l'esprit le capitaine. Je penserais plutôt à Alain qui disait que le peintre "méditait les brosses à la main."

descriptionLe génie - Page 2 EmptyRe: Le génie

more_horiz
Pour le premier point je pense que pour le véritable artiste, c'est à dire celui qui est avant tout guidé par la passion, la technique ne sera jamais un obstacle dans le sens où cette passion le poussera à exprimer son art et à créer de la "beauté", avec moins de technique. Le point décisif n'est pas la technique mais la richesse et la profondeur de l'âme.

Pour le second point ça me paraît évident. L'artiste passe obligatoirement par un apprentissage qui lui donne des moyens pour s'exprimer mais qui le limite puisqu'il est impossible d'apprendre, en une seule vie, de mille façons différentes.

descriptionLe génie - Page 2 EmptyRe: Le génie

more_horiz
toniov a écrit:
Pour le premier point je pense que pour le véritable artiste, c'est à dire celui qui est avant tout guidé par la passion, la technique ne sera jamais un obstacle dans le sens où cette passion le poussera à exprimer son art et à créer de la "beauté", avec moins de technique. Le point décisif n'est pas la technique mais la richesse et la profondeur de l'âme.

Alors nous sortons de la peinture réaliste. Il faut accepter la maladresse, mais où s'arrêtera-t-on après ?

Pour le second point ça me paraît évident. L'artiste passe obligatoirement par un apprentissage qui lui donne des moyens pour s'exprimer mais qui le limite puisqu'il est impossible d'apprendre, en une seule vie, de mille façons différentes.

Non seulement l'apprentissage est décisif, surtout qu'il a lieu sur un esprit vierge, mais la technique acquise restreint le "monde intérieur" de l'artiste (tout en augmentant ses moyens d'expressivité au fur et à mesure que l'artiste affine cette technique). Exemple que j'ai donné plus haut avec Rembrandt. Il peignit uniquement des intérieurs sombres (ses paysages sont aussi de vastes intérieurs) à cause de son apprentissage, mais il développa cette technique du clair-obscur à un point insurpassable. Ainsi, supposons qu'il veuille exprimer quelque état d'âme en faisant son autoportrait, il exagérait encore un peu plus le clair-obscur et les empâtements. Il y a un autoportrait de lui en Démocrite où c'est particulièrement visible. Vous pouvez voir ce que sont devenus ces empâtements destinés à l'origine à peindre les reflets brillants des parures. Je ne me hasarderai pas trop en prétendant que la couche de peinture fait bien un centimètre d'épaisseur. Le voici :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum