Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Vérité philosophique.

+7
Héraclite
sophie.h
hokousai
Euterpe
gaz
Desassocega
HenriDes
11 participants

descriptionVérité philosophique. - Page 8 EmptyRe: Vérité philosophique.

more_horiz
Euterpe a écrit:
Dioxygène a écrit:
Je ne pense pas qu'il y ait une vérité philosophique, ni même des vérités.

La banane est un fruit. C'est vrai ? Ou bien c'est faux ?

Dioxygène a écrit:
L'être humain est jeté comme disait le bonnet de nuit alémanique dans un monde confus que nous n'arrivons pas à comprendre, à saisir.

Si en plus vous vous mettez à énoncer une vérité...

Qu'est-ce qu'un fruit ? On aurait beau disserter sur une hypothétique essence fruitique qu'on n'y arriverait probablement jamais.

Pour la deuxième remarque, ce n'est pas moi qui parle, mais le bonnet de nuit alémanique, alias Heidegger. La proposition "il n'y a pas de vérité", n'est pas une vérité selon moi, mais cela ne prouve en aucun cas son contraire.

descriptionVérité philosophique. - Page 8 EmptyRe: Vérité philosophique.

more_horiz
JimmyB a écrit:
Aristippe de cyrène a écrit:
Liber a écrit:
Vérités partielles donc. Mais pour l'instant, je ne vois aucune vérité philosophique dans les assertions d'Aristippe (le faux ).

En effet, ce n'était pas des vérités philosophiques, mais je ne les ai point données en tant que telles... Vous ne semblez admettre de vérité que scientifique. Ne pensez-vous pas qu'il y ait d'autres formes de vérité ? La vérité philosophique, puisqu'on en parlait, est certainement très différente de la vérité scientifique. Le tort que l'on a est de n'accepter comme vérité qu'un type de vérité...

J'avais lu beaucoup de choses intéressantes sur cette question chez Heidegger, par exemple l'idée que la vérité philosophique n'est pas la vérité scientifique, et qu'à ce titre l'on ne pouvait juger de la vérité philosophique en la comparant à la vérité scientifique !

Je suis intrigué. Avez vous un exemple de vérité philosophique car c'est un sujet qui m'intéresse ?

Je n'ai pas d'exemple à vous donner. Quand j'aurai plus étudié Heidegger, peut-être pourrai-je mieux développer cette idée...

descriptionVérité philosophique. - Page 8 EmptyRe: Vérité philosophique.

more_horiz
Aristippe de cyrène a écrit:
Liber a écrit:
Vérités partielles donc. Mais pour l'instant, je ne vois aucune vérité philosophique dans les assertions d'Aristippe (le faux :)).

En effet, ce n'était pas des vérités philosophiques, mais je ne les ai point données en tant que telles...

Soit. La citation de Dioxygène était ambiguë.

Vous ne semblez admettre de vérité que scientifique. Ne pensez-vous pas qu'il y ait d'autres formes de vérité ? La vérité philosophique, puisqu'on en parlait, est certainement très différente de la vérité scientifique.

La vérité philosophique n'est pas vérifiable par l'expérience ou par les mathématiques, car elle est avant tout subjective. Dès lors, je pense qu'il n'y a en philosophie que des opinions, ce qui ne donne pas plus d'importance à la vérité scientifique, laquelle ne touche qu'à la matière et en aucun cas à notre perception de la vie. Qu'est-ce qui permet alors de dire que les opinions de Nietzsche sont meilleures que celles d'un obscur philosophe qui n'a pas atteint le degré de célébrité de Nietzsche (qui fut obscur en son temps) ? J'avoue que je n'en sais trop rien, et cela me fait penser que la même chose se produit dans la sélection des artistes passant à la postérité. Pour ma part, il est évident que Nietzsche me touche, et apparemment, il touche beaucoup d'autres personnes, depuis longtemps. Je suis un sujet lecteur de Nietzsche, donc je suis susceptible d'être touché par sa philosophie, mais jamais Nietzsche ne m'apprendra quoi que ce soit d'objectif, autrement dit de scientifique. D'ailleurs, cela est impossible de toute évidence, car le philosophe étudie le sujet, et donc, en premier lieu lui-même. Il n'a ainsi pas de norme pour distinguer le vrai du faux en ce qui le concerne, puisqu'il est le seul à savoir qui il est. La réflexivité de la pensée du philosophe ne peut aboutir à une vérité d'ordre corporatiste, comme celle du savant. Tout au plus, le philosophe aura l'assentiment de ses disciples, mais jamais de l'ensemble de ses pairs.

descriptionVérité philosophique. - Page 8 EmptyRe: Vérité philosophique.

more_horiz
Aristippe de cyrène a écrit:
Dioxygène a écrit:
Je ne pense pas qu'il y ait une vérité philosophique

Voulez-vous dire que la manière philosophique de penser n'accède jamais à aucune forme de vérité ? Que le philosophe n'est même pas en rapport avec la vérité ? Voilà une lourde affirmation... Il va falloir en dire un peu plus pour que vous soyez pris au sérieux je pense.
ni même des vérités.

Platon est un philosophe Grec.
Les objets que l'on jette retombent toujours.
Euterpe aime les bananes.
Je suis un homme.

Cela en fait déjà quelques unes des vérités, non ?

Je ne peux pas affirmer que la philosophie n'accède jamais à ce qu'on pourrait appeler la vérité. Si elle y accède un tant soit peu, je ne pourrais pas le savoir néanmoins.

Pour moi la proposition : "Il n'y a pas de vérité philosophique" n'est pas une affirmation, c'est une phrase qui se cogne aux limites du non-sens, et peut-être que rien ne peut en être tiré.
Car si on prétend que cette proposition est vraie, il s'agirait d'un paradoxe, d'une contradiction.

Pour moi les "vérités" que vous citez n'en sont pas, car les définitions des termes peuvent être remises en question. Par exemple dire que Platon est grec nous amène à nous demander ce qu'est un grec, ce qui est peut-être impossible à définir.

Le tutoiement est proscrit sur le forum (Liber).

descriptionVérité philosophique. - Page 8 EmptyRe: Vérité philosophique.

more_horiz
Pourquoi définir un Grec est-il complexe ? Le principe de nationalité est là pour ça. C'est un corollaire indispensable à la cité/nation.  
Si on souhaite élargir le champ, en s'appuyant sur des valeurs communes, là encore il suffira d'établir clairement les prés-requis pour ensuite définir qui est / n'est pas assimilable à un(e) citoyen(ne).

Quant à la vérité "scientifique", il arrive bien souvent qu'elle ne soit pas reconnue comme telle d'emblée. Elle est objective, certes.
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum