Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

La vérité scientifique.

+3
Dienekes
Chrome
sakuratsu
7 participants

descriptionLa vérité scientifique. EmptyLa vérité scientifique.

more_horiz
Bonjour,

Je vous cite un paragraphe de mon cours à propos de la vérité scientifique. Il a été introduit par la question suivante : si les théories scientifiques, constituant la science, peuvent être falsifiées, peut-on alors parler de vérité scientifique ?

Référence à Karl Popper : 
La falsifiabilité est le critère même de la scientificité.


L’héliocentrisme, on le sait, n’a été réellement démontré ni par Copernic (qui ne se fondait que sur la plus grande simplicité mathématique de sa description), ni même par Galilée (dont aucune expérience n’a réellement réussi à confirmer l’hypothèse copernicienne). Cela ne doit pas nous empêcher de dire que Galilée, en un sens, « était dans le vrai »25. Il était dans le vrai au sens où l’héliocentrisme était l’hypothèse qu’il convenait d’adopter dans le contexte de la physique mathématique qu’il venait de fonder (et il ne faut pas entendre par là la simple fondation d’une nouvelle théorie physique, mais la fondation de la physique comme science, au sens moderne du terme, c’est-à-dire d’une connaissance de nature progressive, fondée sur le constant dialogue des mathématiques et de l’expérimentation). « Être dans le vrai », en ce sens, c’est s’exposer au risque de l’erreur, risque qui est aussi la condition de la rectification du vrai, et ainsi de son progrès.
En ce sens, être dans le vrai, c’est tout simplement être dans la science, dans le travail et dans le risque de la science, de sorte qu’il redevient possible de dire, mais en un sens nouveau, qu’il y a bien de la vérité dans les sciences, mais une vérité qui n’est ni évidente, ni démontrée, ni par conséquent définitive, mais qui s’inscrit toujours dans un processus d’infinie rectification.

Je ne suis pas tout à fait d'accord avec la deuxième partie. En effet, bien que l'héliocentrisme n'ait pas été démontré par son tout premier théoricien, il s'avère être une évidence grâce aux technologies modernes, aux calculs et autres données scientifiques s'accordant avec les faits, entraînant une correspondance avec eux : ayant donc le critère de vérité. Il s'avère donc qu'aujourd'hui, l'héliocentrisme est un fait évident, démontré et définitif.

Il aurait fallu, selon moi, ajouter cette actualité dans le cours. Néanmoins, le "processus d'infinie rectification" me semble juste. En effet, même si l'héliocentrisme est aujourd'hui évident, nous ne connaissons pas tout, nous sommes toujours en quête de savoir, nous autres scientifiques. En ce sens-là, la science s'inscrit dans un processus d'infinie rectification. C'est la raison pour laquelle la recherche fonctionne toujours.

Qu'en pensez-vous ?

Sakura.

descriptionLa vérité scientifique. EmptyRe: La vérité scientifique.

more_horiz
Je vous avoue être moi-même un peu confus. Il semble qu'il y ait eu dans l'histoire plusieurs variantes de l'héliocentrisme. La première étant que le soleil est au centre de l'univers, la deuxième est que le soleil est le centre de notre système solaire. Je suppose, mais je me trompe peut-être, que l'héliocentrisme galiléen était la première variante. Et qu'aujourd'hui on a su corriger cette théorie qui autrefois incarnait la vérité ambiante pour en proposer une nouvelle qui la réfute et l'explique, l'héliocentrisme moderne, à savoir, le soleil est le centre du système solaire, mais il n'est qu'un détail dans l'univers. Les deux correspondaient avec les faits observables de l'époque.

Le critère de vérité de Tarski est à double-tranchant. Car si la correspondance avec les faits semble être une condition nécessaire, encore faut-il arriver à les observer. C'est surtout un critère d'objectivité. En gros il nous permet surtout de dire: il me semble bien que la théorie actuelle mérite de l'attention puisqu'elle correspond justement avec ces faits empiriques. Mais il faut se méfier de ça, et Popper a dû le mentionner quelque part. C'est pour ça que le "vrai" dépend du contexte (même si on s'efforce de rester logique) et que la "vérité" est un objectif utopique.

Effectivement je vous rejoins, la mise à jour de l'héliocentrisme aurait dû être précisée dans ses écrits. Et enfin pour votre dernière remarque je ne vois pas comment on pourrait s'y opposer. Il me paraît évident à moi aussi que la science est un processus d'infinie rectification. C'est d'ailleurs pour ça qu'elle est passionnante.

Dernière édition par Chrome le Jeu 13 Aoû 2015 - 23:44, édité 1 fois

descriptionLa vérité scientifique. EmptyRe: La vérité scientifique.

more_horiz
Géocentrisme : la Terre est le centre de l’Univers ;
Héliocentrisme : le Soleil est le centre de l’Univers.

L’héliocentrisme n’est pas plus valable à l’heure actuelle que le géocentrisme, c’est justement un bon exemple de falsification.

descriptionLa vérité scientifique. EmptyRe: La vérité scientifique.

more_horiz
Dienekes a écrit:
Géocentrisme : la Terre est le centre de l’Univers ;
Héliocentrisme : le Soleil est le centre de l’Univers.

L’héliocentrisme n’est pas plus valable à l’heure actuelle que le géocentrisme, c’est justement un bon exemple de falsification.


Wikipédia et le Larousse s'accordent sur les points suivants :
larousse.fr a écrit:
Système astronomique d'après lequel on considère le Soleil comme le centre de l'Univers (astronomie ancienne) ou comme l'astre autour duquel s'effectue la rotation des planètes. (S'oppose à géocentrisme.)

Néanmoins vis-à-vis de l'exemple de Popper, il paraît logique de conserver la définition ancienne de l'héliocentrisme, et donc il s'agit effectivement d'un bon exemple de falsification.

descriptionLa vérité scientifique. EmptyRe: La vérité scientifique.

more_horiz
Chrome a écrit:
Le critère de vérité de Tarski est à double-tranchant. Car si la correspondance avec les faits semble être une condition nécessaire, encore faut-il arriver à les observer.

Je pense que le critère n'est valable que dans ce cas-là.

Chrome a écrit:
C'est pour ça que le "vrai" dépend du contexte (même si on s'efforce de rester logique) et que la "vérité" est un objectif utopique.

Je dirai plutôt que les résultats dépendent du contexte (matériel utilisé, sa qualité, conditions de l'expérience...). Donc, le résultat ne doit pas immédiatement être interprété comme une vérité, mais comme le résultat d'une expérience effectuée dans un certain contexte. Telle est la pensée des véritables scientifiques. La science ne nous appartient pas, nous tâtonnons, essayons de l'apprivoiser par divers raisonnements, plus ou moins perfectionnés. De là, en avançant pas à pas, nous effectuons des recherches de plus en plus poussées, donc des résultats de plus en plus précis, en nous basant sur les résultats et erreurs précédents. Attention, bien sûr, à omettre la triche. De cette façon, nous tâtonnons par les moyens que nous disposons. Ça n'est pas une utopie, c'est une réalité.
Car, sur quoi tient le cosmos s'il est basé sur du mensonge ?

Quant à la définition de l'héliocentrisme, le contexte doit normalement préciser de quoi le Soleil est le centre. De la Voie Lactée ? Du Système Solaire ? De l'Univers ? Il peut donc y avoir de multiples interprétations, d'où la nécessité de précisions.

Enfin, lorsque Popper évoque la falsifiabilité de la science, veut-il dire que la science est frauduleuse et qu'ainsi, il ne sert à rien de lui accorder crédit ?
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum