Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Suis-je maître de faire éclore en moi une volonté ?

5 participants

descriptionSuis-je maître de faire éclore en moi une volonté ? EmptySuis-je maître de faire éclore en moi une volonté ?

more_horiz
Je vous livre une question dont j'espère seulement qu'elle n'est pas insensée.
Suis-je maître de faire éclore en moi une volonté ?
J'ajouterais que je ne m'interroge pas dans le cadre d'un rapport de forces. Même si je me demande s'il est jamais possible de s'affranchir de tout rapport de forces.

descriptionSuis-je maître de faire éclore en moi une volonté ? EmptyRe: Suis-je maître de faire éclore en moi une volonté ?

more_horiz
Ronin a écrit:
benfiti a écrit:
Suis-je maître de faire éclore en moi une volonté ?
N'est-ce pas ce que nous faisons tout le temps cela ?

Pas que je sache.
Si vouloir quelque chose dépendait d'un choix personnel, il aurait d'abord fallu que nous ayons eu la volonté de faire ce choix. Cette dernière volonté devrait être alors soit volontaire (issue d'un choix personnel) soit involontaire (imposée à nous). Qu'elle soit involontaire impliquerait que la volonté qui en est issue ne soit qu'illusoirement volontaire, et qu'elle soit volontaire impliquerait qu'elle soit née elle aussi d'une tierce volonté, elle même volontaire ou involontaire, et ainsi de suite jusqu'à aboutir à une "volonté involontaire".
Votre question, benfifi, pourrait être reformulée : "peut-on vouloir parce que l'on veut vouloir ?".
Le "choix de vouloir" n'est qu'une illusion qui apparaît grâce à l'invisibilité (ou au moins à la très grande discrétion) de volontés plus profondes, impersonnelles, échappant à notre conscience.

descriptionSuis-je maître de faire éclore en moi une volonté ? EmptyRe: Vouloir

more_horiz
Ronin a écrit:
Lorsque je dis : je veux ! veux-je savoir et poser la question : qui veut vouloir ? Ou encore après avoir trouvé une réponse : qui voulait que je veuille vouloir ? Et ceci à l'infini ? Personne n'en voit l'aspect et l'intérêt pratique. Nous nous contenterons du dernier "je" qui a parlé, au risque de ne jamais passer à l'action.
Justement c'est mon cas ! Mais je ne m'étendrai pas davantage.
Ronin a écrit:
Si vous parlez de la "volonté", je traduis par : la force de ma raison, de mon "moi".
C'était à peu près ce que j'entendais. "Suis-je maître de faire éclore en moi une volonté au terme d'un discours, d'un raisonnement ?" Mais n'est-ce pas là ce qu'on désigne par une préméditation ? Auquel cas ma question est caduque !
le morosophe a écrit:
Le "choix de vouloir" n'est qu'une illusion qui apparaît grâce à l'invisibilité (ou au moins à la très grande discrétion) de volontés plus profondes, impersonnelles, échappant à notre conscience.
Il me semble que je comprends ce qu'est le désir. Il m'arrive d'y répondre. Sinon je le refoule. Mais la volonté, j'ai du mal à la saisir. Une illusion ?! A défaut un argument dans le rapport de force social : "Toi, tu manques de volonté. Dégage."

descriptionSuis-je maître de faire éclore en moi une volonté ? EmptyRe: Suis-je maître de faire éclore en moi une volonté ?

more_horiz
benfifi a écrit:
Ronin a écrit:
Lorsque je dis : je veux ! veux-je savoir et poser la question : qui veut vouloir ? Ou encore après avoir trouvé une réponse : qui voulait que je veuille vouloir ? Et ceci à l'infini ? Personne n'en voit l'aspect et l'intérêt pratique. Nous nous contenterons du dernier "je" qui a parlé, au risque de ne jamais passer à l'action.
Justement c'est mon cas ! Mais je ne m'étendrai pas davantage.
Dans la perspective nietzschéenne adoptée par le morosophe, vous devriez trouver des choses susceptibles de vous passionner.

benfifi a écrit:
Ronin a écrit:
Si vous parlez de la "volonté", je traduis par : la force de ma raison, de mon "moi".
C'était à peu près ce que j'entendais. "Suis-je maître de faire éclore en moi une volonté au terme d'un discours, d'un raisonnement ?" Mais n'est-ce pas là ce qu'on désigne par une préméditation ? Auquel cas ma question est caduque !
Tout dépend de ce que vous entendez par "préméditation". Chez Kant, la raison commande la volonté (cf. Critique de la raison pratique). Il y a donc bien une instance qui "veut" qu'on veuille agir (cf. les impératifs catégoriques).

Sinon, regardez du côté de la volition chez Spinoza. Mais le Bergson des Données immédiates de la conscience aura probablement votre préférence.

descriptionSuis-je maître de faire éclore en moi une volonté ? EmptyRe: Vouloir

more_horiz
Merci pour les éclairages.
A suivre...
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum