Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Faire confiance est-ce prendre le risque d'être trompé ?

+4
Nash
Alias Dionysos
Dalva
nnikkolass
8 participants

descriptionFaire confiance est-ce prendre le risque d'être trompé ? EmptyFaire confiance est-ce prendre le risque d'être trompé ?

more_horiz
Bonjour,

Suite à une embrouille, avec un ami, je me suis posé cette question qui, je pense, a des rapports avec la philosophie  Est-ce que faire confiance, c'est prendre le risque d'être trompé ?On pourrait aussi formuler la question inverse : est-ce que faire confiance n'est pas l'assurance d'être Aimé et d’Aimer ?

Je pense que la confiance repose sur une certaine vérité des rapports humains, mais reste à définir la vérité ; or est-ce qu'une vérité peut-être vraie à un moment donné et ne plus l'être à un autre ? Ne serait-elle pas un processus dynamique évoluant en fonction des situations empiriques ?
Je ne sais pas si la question est pertinente, mais j'avoue que je serais curieux de voir ce que vous en pensez (avec peut-être en toile de fond ce qu'est l'amitié ? Socrate semble la définir au travers de la dialectique, ses amis sont ceux avec qui il discute et qu'il a accompagné dans un chemin de réflexion, ces derniers lui en sont reconnaissants et recherchent l'échange avec Socrate...).

descriptionFaire confiance est-ce prendre le risque d'être trompé ? EmptyRe: Faire confiance est-ce prendre le risque d'être trompé ?

more_horiz
Cela me paraît évident. Faire confiance n'est pas une garantie. Ce n'est pas parce que l'on fait confiance à quelqu'un que l'on va être payé en retour. Par contre, ne jamais faire confiance à personne est un grand risque, le risque de s'enfermer dans sa bulle, de ne pas être en lien avec les autres. Je dirais qu'il faut faire confiance à certaines personnes, tout en sachant que cette confiance pourra être trahie.
J'aime bien la définition de Socrate sur l'amitié. Un ami, c'est quelqu'un qui nous a accompagné un moment, sur notre chemin, avec qui il y a eu un véritable échange. Il y a des amis d'un jour, c'est une chose possible. L'important, c'est le lien qui existe à un moment donné. Avec votre ami qui a trahi votre confiance, ce lien a existé, à un moment donné.
Je n'ai pas de présupposé théorique pour vous répondre. Je vais essayer de trouver.

descriptionFaire confiance est-ce prendre le risque d'être trompé ? EmptyRe: Faire confiance est-ce prendre le risque d'être trompé ?

more_horiz
Ce sujet est sympa ! Il semble difficile de considérer la confiance sans contexte, sans sujets, etc. Pour soi-même, c'est parfois une sorte d'étape où l'on agit en fonction de ce que l'on considère être le meilleur, tout en ayant conscience de risquer le pire. Alors, il s'agit de passer ce cap, de prendre un parti, clairement, avec une personne inconnue par exemple... Mais, du moment que l'on connaît l'autre, nous savons que certaines attentes à son égard sont raisonnables, que d'autres ne le sont pas. Je fais confiance à untel concernant ceci, mais concernant cela, je ne prendrai pas le risque. Après, s'il s'agit d'une forme de disposition générale envers un proche, la question des intentions entre en compte, non ? Assez simplement le dilemme revient à : a-t-il des intentions me concernant ? Si oui, sont-elles bonnes ou mauvaises ? Cela paraîtra simpliste, pourtant les intentions ne sont pas toujours conscientes. Je peux savoir que telle personne apporte le malheur et la désolation, alors qu'elle estime très sincèrement bien faire.

Vous parlez d'amitié. Certes, cela complique un peu les choses ; les affects en jeu sont puissants. L'amour que l'on ressent envers l'ami nous rend d'autant plus vulnérables. Toutefois, peut-on dire qu'il y a de l'amitié s'il n'y a pas de confiance ?

descriptionFaire confiance est-ce prendre le risque d'être trompé ? EmptyRe: Faire confiance est-ce prendre le risque d'être trompé ?

more_horiz
Bonjour.
Pour moi, faire confiance, c'est bien mettre quelque chose, de valeur ou non, entre les mains de quelqu'un d'autre, au risque de ne pas voir ses attentes satisfaites.
Faire confiance est donc un acte d'engagement unilatéral qui comporte le risque, accepté et assumé, d'être trompé.

descriptionFaire confiance est-ce prendre le risque d'être trompé ? EmptyRe: Faire confiance est-ce prendre le risque d'être trompé ?

more_horiz
Dans cette question, le mot le plus important, selon moi, est le terme risque.

L'amitié n'est pas garantie.
Le "contrat de confiance" utilisé par la marque Darty illustre assez bien la méconnaissance de ce qu'est la confiance. Comment devrait-on prendre la notion d'amitié ? Contracter avec quelqu'un c'est partager avec lui un rapport synallagmatique liant chacun à un objet faisant converger les 2 intérêts en présence. L'amitié serait-elle alors sous garantie, sous obligations réciproques ? Tu es mon ami car voici le ticket de caisse assurant que tu m'appartiens, quelles que soient les situations.

Si l'amitié n'est pas appropriable, quel serait donc ce risque de perdre quelque chose ?
L'amitié est une expérience.
La rencontre intéressée, comme dans un contrat, marque l'acte de naissance, irréversible, de l'objet du contrat. Le droit est né. Ce droit peut être annulé postérieurement, sans pour autant annuler les indemnités éventuelles pour celui qui se trouverait lésé. La victime conserve donc les avantages de la naissance de ce droit. Nous pouvons faire le parallèle avec l'amitié en tant que mutualisation unique du parcours de chacun des deux êtres. L'amitié est cette surprise, soudaine, imprévue, affectant à tout jamais les sentiments des parties. L'amitié peut ainsi prendre fin, sans jamais perdre de sa présence essentiellement psychologique. L'être sensible est définitivement différent, après cette expérience, à des degrés variables. Pour autant, l'amitié est estimée par la valeur symbolique de la présence de l'être apprécié.

Cette amitié perdrait-elle alors en valeur par la mise à terme de la correspondance entre ces deux êtres ?
L'amitié n'est pas fondée sur l'étant.
L'amitié naquit d'une rencontre effective (matérialisée par une rencontre) mais cette naissance n'est pas sa fondation. L'amitié n'est en effet pas seulement une rencontre car celle-ci se poursuit dans l'identité des êtres mutualisés, à tout jamais. L'identité est ce patchwork des manières d'exprimer sa singularité. Nous devenons cette rencontre, et Nous ne pouvons la "perdre" tant que Nous avons acquis l'évidence que Nous sommes. Nous sommes toutes ces amitiés sur le chemin de chacune de nos vies uniques. L'amitié n'est donc pas un risque pour soi, mais un risque pour Nous. Le risque que Nous ne Nous rencontrions jamais.
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum