Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Faire confiance est-ce prendre le risque d'être trompé ?

+4
Nash
Alias Dionysos
Dalva
nnikkolass
8 participants

descriptionFaire confiance est-ce prendre le risque d'être trompé ? - Page 2 EmptyRe: Faire confiance est-ce prendre le risque d'être trompé ?

more_horiz
Je pense que, dans toute confiance, il y a toujours le risque d'être trompé. Cela dépend de la personne avec qui vous avez établi ce lien. Une personne qui n'agira que selon son intérêt peut trahir à tout moment. Une personne qui ne jure que sur les qualités humaines ne le sera probablement pas, sauf dans des cas exceptionnels (la torture par exemple).
Une question que l'on peut se poser (ou reformuler) est : peut-on réellement faire confiance à quelqu'un ?
Lorsque le lien de confiance a une durée déterminée, il est possible de faire confiance entièrement à une personne sans être trompé. Cela dépend de la qualité de la relation que vous avez entretenue avec la personne. Par exemple, si vous demandez à votre pote de garder votre argent pendant 1 heure, vous pourriez lui faire confiance à condition que vous ayez entretenu des rapports d'amitié très forts. Mais, si vous lui demandez de garder votre argent 1 an, rien ne vous dit qui ne l'utilisera pas un jour.

Dernière édition par Euterpe le Mar 19 Juil 2016 - 13:10, édité 5 fois

descriptionFaire confiance est-ce prendre le risque d'être trompé ? - Page 2 EmptyRe: Faire confiance est-ce prendre le risque d'être trompé ?

more_horiz
Bonjour,

La confiance est simplement l'autorisation donnée à autrui de ne pas vérifier mon action. On peut être trompé sans forcément qu'il y ait une quelconque confiance, cependant la tromperie fait plus mal lorsque l'on avait confiance envers la personne, selon moi.

Pour moi, il y a plus de chance d'être trompé lorsqu'il y a une relation de confiance. Pourquoi ? Tout simplement car on ne prend pas le même recul que si c'était avec un inconnu. On se dit "puisque ça vient de lui [en qui j'ai confiance], alors je ne risque rien". Ce qui fait donc davantage de dégâts. 

La confiance peut se gagner et se perdre. Quand quelqu'un gagne notre confiance, nous serons davantage déçus lorsqu'il nous trahira.

Voilà pour mon avis de débutant,

A bientôt.

descriptionFaire confiance est-ce prendre le risque d'être trompé ? - Page 2 EmptyRe: Faire confiance est-ce prendre le risque d'être trompé ?

more_horiz
ValBocquet a écrit:
La confiance est simplement l'autorisation donnée à autrui de ne pas vérifier mon action. 

La confiance peut se gagner et se perdre. Quand quelqu'un gagne notre confiance, nous serons davantage déçus lorsqu'il nous trahira.

J'adhère à cette définition : "la confiance est simplement l'autorisation donnée à autrui de ne pas vérifier mon action". Je terminerai la phrase peut-être comme cela : "de ne pas contrôler mon action".
Mais quand nous faisons confiance nous attendons aussi quelque chose de plus de la part de l'autre : qu'il se comporte comme nous attendons qu'il se comporte. Car faire confiance c'est aussi une attente par rapport à l'autre. D'où votre remarque : nous sommes en danger de nous sentir trahis par l'autre. C'est cette notion de trahison sur laquelle il faut s'arrêter. En effet, dans ce cadre, assez affectif, de la confiance en l'autre, certaines actions faites par l'autre seront prises par vous pour une trahison alors que l'autre, en faisant cette action, ne pense pas du tout vous trahir. Nous ne nous en rendons pas compte mais, quand nous faisons confiance, nous émettons des exigences par rapport à l'autre. 
Je vais prendre un exemple. Il y a longtemps mon fils aîné maquilla son bulletin de notes ! quand je m'en aperçus, j'eus le sentiment d'être trahi. Pourtant après voir analysé son comportement, je me suis rendu compte qu'il avait eu peur de mon jugement, surtout quant aux maths (j'enseigne les mathématiques). Il ne m'avait pas trahi, il avait cédé devant une exigence paternelle trop intense ; j'ai donc changé mon comportement. Et la confiance est revenue, je veux dire : il ne m'a plus menti. Vous voyez ce que je veux dire ? quand nous faisons confiance nous construisons une attente à laquelle l'autre ne peut pas ou ne veut pas répondre.
Je pourrais aussi donner des exemples dans les rapports affectifs homme-femme !
Si vous faites confiance en l'autre mais en lui laissant une large liberté, vous aurez moins de chance de vous sentir trahi que si vous donnez votre confiance en l'autre, tout en vous disant dans votre esprit : "je te fais confiance à condition que tu limites strictement ta liberté".
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum