Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

L'utilisation de la biologie dans les sciences humaines.

4 participants

descriptionL'utilisation de la biologie dans les sciences humaines. - Page 5 EmptyRe: L'utilisation de la biologie dans les sciences humaines.

more_horiz
Kthun a écrit:
Ce qui serait intéressant de savoir est ce qui a trait à la vie quotidienne, des circonstances concrètes, non ?


Je pense que les recherches menées par Edward T.Hall et son concept de "proxémie" sont susceptibles de vous intéresser. Hall a étudié méthodiquement (grâce à la vidéo, à la photographie,...) les distances physiques (et la gestuelle) qui s'établissent lors d'interactions entre les personnes dans différentes cultures et diverses situations humaines. Vous pourrez lire avec bonheur son livre La Dimension cachée paru au seuil en 1984. Je ne sais pas s'il faut parler chez lui de biologie appliquée aux sciences humaines mais il est certain que la méthode , et l'objet de ses recherches sont du domaine de l'observation scientifique de la vie humaine. S'agit-il de psychologie sociale, de sociobiologie, d'éthologie ou de biologie ? Vous en jugerez et peu m'importe le chapeau. En tous cas vous y trouverez un exemple de ce que vous cherchez : du très concret, de l'humain, de l'observation "biologique et culturelle".


Dernière édition par friedrich crap le Mer 3 Aoû 2011 - 21:04, édité 1 fois

descriptionL'utilisation de la biologie dans les sciences humaines. - Page 5 EmptyRe: L'utilisation de la biologie dans les sciences humaines.

more_horiz
Pourrions-nous dire que la biologie doit servir la sociologie et inversement, mais que ces études ne doivent pas prendre vie dans nos mœurs ? Car visiblement, c'est ce dernier point qui freine l'association de ces deux sciences.

descriptionL'utilisation de la biologie dans les sciences humaines. - Page 5 EmptyRe: L'utilisation de la biologie dans les sciences humaines.

more_horiz
jeje62 a écrit:
Pourrions nous dire que la biologie doit servir la sociologie et inversement, mais que ces études ne doivent pas prendre vie dans nos mœurs ? Car visiblement, c'est ce dernier point qui freine l'association de ces deux sciences.

Mais si l'homme n'est pas étudié dans ses mœurs, dans son "habitus", où voulez-vous qu'il soit étudié ?

descriptionL'utilisation de la biologie dans les sciences humaines. - Page 5 EmptyRe: L'utilisation de la biologie dans les sciences humaines.

more_horiz
Je n'ai pas dit qu'il ne devait pas être étudié dans ses mœurs. J'ai dit que les études menées, visant à la compréhension de l'homme dans ses mœurs, ne devaient pas être utilisées dans la vie courante, mais qu'elles doivent rester là où elles peuvent être aisément comprises. Je dis cela car nombre de personnes aujourd'hui s'aventurent à faire de la psychologie sur les gens autour d'eux, chose absurde d'ailleurs car on sait que l'on ne peut analyser son entourage ou soi-même car on manque bien souvent de clairvoyance et d'objectivité. La psychologie, comme l'écologie, s'appuie plus sur des observations que sur des certitudes. On entend dans ces domaines beaucoup parler de probabilités. On a donc des difficultés à manier ces sciences, et mal utilisées on arriverait vite à des a priori non fondés.

descriptionL'utilisation de la biologie dans les sciences humaines. - Page 5 EmptyRe: L'utilisation de la biologie dans les sciences humaines.

more_horiz
jeje62 a écrit:
Je n'ai pas dit qu'il ne devait pas être étudié dans ses mœurs. J'ai dit que les études menées, visant à la compréhension de l'homme dans ses mœurs, ne devaient pas être utilisées dans la vie courante, mais qu'elles doivent rester là où elles peuvent être aisément comprises. Je dis cela car nombre de personnes aujourd'hui s'aventurent à faire de la psychologie sur les gens autour d'eux, chose absurde d'ailleurs car on sait que l'on ne peut analyser son entourage ou soi-même car on manque bien souvent de clairvoyance et d'objectivité. La psychologie, comme l'écologie, s'appuie plus sur des observations que sur des certitudes. On entend dans ces domaines beaucoup parler de probabilités. On a donc des difficultés à manier ces sciences, et mal utilisées on arriverait vite à des a priori non fondés.

Lisez un petit livre comme celui de Edward T. Hall, La dimension cachée (Seuil), je pense que cela vous plaira : c'est une étude scientifique, point besoin de probabilités dans ce qu'il fait.
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum