Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Le Temps.

+4
Euterpe
Liber
euthyphron
Silentio
8 participants

descriptionLe Temps. - Page 4 EmptyRe: Le Temps.

more_horiz
D'accord sur l'essentiel, Euterpe, et sur le Sein und Zeit qui nous caractérise, qu'il soit heideggerien ou pas.
Cela dit, lorsque Bergson dit que le "temps est d'abord imprévisible nouveauté" je crois que sa vision dépasse la seule temporalité humaine. Ce que vous dites de la perception du temps par la nature est très juste : à peu de choses près, la nature ne perçoit pas le temps. Cependant, le regard que nous portons sur ce que vous appelez l'évolution du monde naturel (on pourrait dire aussi le mouvement dans la nature) met en évidence le fait que le "temps" de l'univers est loin d'être un long fleuve tranquille, qu'il s'agisse de cosmologie, de physique des particules, ou encore de biologie, le temps n'y est pas la récitation du même.
Maintenant, si vous souhaitez réserver le mot temps à la seule lecture humaine (forme a priori de la sensibilité) cela ne me dérange pas, mais cela n'empêche pas qu'il y ait autour de nous du mouvement, de l'évolution, de la nouveauté et pour tout dire... de la durée (Bergson encore).

descriptionLe Temps. - Page 4 EmptyRe: Le Temps.

more_horiz
friedrich crap a écrit:
le "temps" de l'univers est loin d'être un long fleuve tranquille, qu'il s'agisse de cosmologie, de physique des particules, ou encore de biologie, le temps n'y est pas la récitation du même.
Certes, mais l'activité de l'univers a beau être intense, la stabilité est de mise : les lois de la physique sont des lois universelles et, jusqu'à plus ample informé, elles semblent s'appliquer à tout, depuis toujours et encore pour longtemps. Disons que les activités cosmiques ou les activités de la nature ne sont pas des événements, pour marquer un peu plus précisément la différence que j'entendais établir. L'événement produit une rupture, parce qu'il est à jamais individuel, une différence radicale entre un avant, un après aussi bien que par rapport à ses frères, les autres événements. Rien ou presque de ce que nous faisons ne s'inscrit dans une loi universelle. Nous mourons, bien sûr, et nous mourrons tous, tôt ou tard, mais ça, c'est la nature. Pour le reste, nous n'avons pas les mêmes envies aux mêmes heures ; nous ne pensons jamais les mêmes choses même quand il nous semble partager l'essentiel d'une pensée ; nous aimons différemment, même quand nos sensibilités respectives se ressemblent, etc. Tout ça manque de synchronisme, d'unité, on n'a pas de quoi en faire un monde, même aux heures historiques les plus signifiantes ou homogènes en apparence. Longtemps, on a cru que les mayas, les incas, par exemple, tout cela désignait quelque chose de limpide, jusqu'à ce qu'on découvre que c'était le bazar chez eux comme ailleurs. Même les sociétés humaines sans "histoire" sont des sociétés historiques.

Dernière édition par Euterpe le Sam 13 Oct 2012 - 23:38, édité 1 fois

descriptionLe Temps. - Page 4 EmptyRe: Le Temps.

more_horiz
Oui Euterpe, je comprends bien la distinction que vous souhaitez opérer, mais :

- concernant la "stabilité" des lois de l'univers, je vous renverrais bien à la critique humienne de la causalité où encore à la vision de l'éternité nietzschéenne ("qu'est-ce qu'un milliard d'années pour l'éternité ? Ce n'est rien, cela n'a pas encore commencé", mais je préfère vous faire remarquer que nos constantes cosmologiques demeurent à l'échelle humaine, sont à l'aune de nos instruments de mesure et de nos théories. Certes, dans l'espace de temps et d'étendue accessible à l'homme, nous décelons de l'ordre, beaucoup d'ordre (sinon pas de lecture des choses, sinon le Chaos) mais l'ordre n'est rien que la fondation, l'architecture, la base, l'alphabet. Peut-être est-il encore la grammaire et la syntaxe mais peut-il prétendre à l'invention lexicale ? au sens ? à la faute d'orthographe ? Si oui comment est-ce possible ? Déterminisme absolu ou pas ?

Lorsque l'homme pense, le fait-il comme une machine ? Ça pense ou Je pense ? L'ordre pense-t-il à ma place ? Dans ce cas autant m'arrêter de suite ?

Pour faire écho à nos débats sur l'ennui : la machine humaine s'ennuie-t-elle par excès d'ordre ? Par défaut d'instabilité ?

De mon côté je pose donc deux enjeux :

1°) Dans cet univers-ci, c'est-à-dire le nôtre, ce qui est intéressant, c'est ce qui apparaît au sein de l'ordre, ce sont ses instabilités, fluctuations et imprévisibles nouveautés (Prigogine et suivants).
2°) Au regard du Tout et de l'éternité, notre univers est l'une des parenthèses possibles, l'un des livres écrits par la nature qui écrit d'ailleurs peut-être plusieurs livres en parallèle avec des langues (donc des lois) différentes.

Et je vous dirais bien qu'au delà de cela, nous sommes dans l'au-delà.

descriptionLe Temps. - Page 4 EmptyRe: Le Temps.

more_horiz
Le temps est le passage d'un instant à un autre.
Un instant est défini par rapport aux autres : tous les instants sont différents.

Puisque tous les instants sont différents et puisque le temps est le passage d'un instant à un autre alors le temps est le changement.

En effet, si tous les instants étaient strictement les mêmes alors la notion de temps n'aurait plus lieu d'être.

Le changement est caractérisé par le mouvement et par la transformation de la matière. Nous pouvons constater le changement de physionomie, de décor...
Or, chaque transformation de la matière "composite" est le résultat de la transformation de ses constituants. Or, toute la matière est constituée de particules élémentaires, ces dernières n'étant constituées de rien d'autre. Les particules élémentaires ne se transforment pas.
Or, si chaque transformation de la matière "composite" est le résultat de la transformation de ses constituants et si toute la matière est constituée en dernière intention de particules élémentaires qui ne se transforment pas alors la transformation de la matière est le résultat d'une réorganisation des particules élémentaires la constituant.
Or, une réorganisation des particules élémentaires est le mouvement de ces dernières.

Donc, une transformation de la matière résulte du mouvement de ses particules élémentaires.
Or, le changement est la transformation de la matière et le mouvement de la matière. Donc, le changement est le mouvement des particules élémentaires.

Donc, le temps qui est le changement est le mouvement des particules élémentaires.

Pour ceux qui voulaient que je fasse avancer le débat...

descriptionLe Temps. - Page 4 EmptyRe: Le Temps.

more_horiz
Ce que vous devez comprendre, je crois, c'est que cette définition du temps comme passage d'un instant à un autre (qui est la définition qu'on pourrait qualifier de scientifique et qu'on hérite d'Aristote et sa Physique), même si l'on ne peut dire qu'elle est fausse, n'est pas nécessairement la seule recevable. Car cette définition du temps est en fait une interprétation du temps. C'est une manière que nous avons de le voir, une manière seulement. Comme le dit Jankélévitch, ce découpage temporel est en fait une tentative d'englober ce qui en fait nous englobe d'abord : l'homme est toujours déjà englobé par ce que nous nommons le temps. Ainsi savoir si ce que dit Aristote sur le temps est vrai ou pas n'a aucun sens. La question n'est pas là... C'est pour ça que Heidegger disait que la conception scientifique du temps n'était pas fausse, mais seulement inauthentique. Et au fond, la définition du temps d'Aristote (passage d'un moment à un autre) n'est pas plus vraie que celle de Bergson (cf. le temps vécu) ni plus vraie que celle de Heidegger (cf. le temps comme ouverture, Ek-stase). 

Tout ceci nous laisse dans une certaine instabilité, qu'on pourrait formuler ainsi : si la définition que l'on donne du temps est déjà une interprétation du temps, comment parler adéquatement du temps ? Peut-être cette question est-elle mal posée, et peut-être n'a t-elle aucun intérêt, je ne le sais pas vraiment... Mais en tout cas tout ceci m'interroge...
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum