Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Penser avec le septième art

+3
Silentio
Euterpe
Gisli
7 participants

descriptionPenser avec le septième art EmptyPenser avec le septième art

more_horiz
Je vous propose ce sujet pour partager des extraits de films qui donnent à penser.

Je commencerai avec un extrait du mythique « Le Septième Sceau » (Det sjunde inseglet), de Ingmar Bergman, sorti en 1957.

descriptionPenser avec le septième art EmptyRe: Penser avec le septième art

more_horiz
Bernardo Bertolucci, La Luna, 1979, scène d'ouverture :

descriptionPenser avec le septième art EmptyRe: Penser avec le septième art

more_horiz
Eric Rohmer, Ma nuit chez Maud, 1969.

descriptionPenser avec le septième art EmptyRe: Penser avec le septième art

more_horiz
Superbe ce passage de Bertolucci, très "méditerranéen".

Un passage mythique de Blade Runner (pour la version française cherchez "Blade Runner larmes dans la pluie" sur youtube) :

descriptionPenser avec le septième art EmptyRe: Penser avec le septième art

more_horiz
Gisli a écrit:
Superbe ce passage de Bertolucci, très "méditerranéen".
Oui. Toute la scène résume parfaitement le film. C'est toujours comme ça que ça se passe avec les œuvres : le début est le résumé de tout le reste. Ici, on voit le rapport incestueux qu'entretient la mère avec son enfant, l'absence du père, etc., tout, jusque dans le moindre mouvement de caméra, y porte ce que montre le film (un des meilleurs, sinon le meilleur de Bertolucci à mon sens, mais je suis très subjectif ici : ça se passe à Rome, on y voit des aspects de la Ville d'un enchantement qui confine parfois à la commotion, etc.).

Blade Runner fait partie des dix- vingt meilleurs films jamais réalisés, et cette scène, comme d'autres dans le film (pensons à Rachel), est un moment de poésie, de vraie poésie.
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum