Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Du bon usage de la citation en philosophie.

5 participants

descriptionDu bon usage de la citation en philosophie. EmptyDu bon usage de la citation en philosophie.

more_horiz
Bonjour à tous. J’ai décidé de créer ce sujet car je me confronte depuis plusieurs mois déjà à un problème.

Je suis actif sur quelques forums de débats, débats philosophiques pour la plupart. Et à chaque fois, pour exprimer ma pensée, je cite des philosophes. Je dis par exemple : « comme disait Spinoza », vous voyez le style. Seulement, cela est un problème. Car alors on me dit : « tu te caches derrière des noms, mais tu n’exprimes pas ton point de vue, donc ce que tu dis ne sert à rien. Tu te prends pour un grand intellectuel sous prétexte que tu as lu certains livres, tu fais l’arrogant mais ça ne dit rien de ce que tu penses toi. Tu ne fais que prouver ton inintelligence en essayant de paraître intelligent. »… Ce genre de propos m’insupporte au plus haut point. Je rétorque ainsi à ces propos qu’à notre âge (les forums où je débats comportent des membres qui ont en moyenne 20 ans), notre pensée ne peut se forger que par l’étude de ceux qui ont fait un véritable effort philosophique, que la vraie arrogance ne réside pas dans mes propos, mais plutôt dans les leurs, car ils ont la prétention d’inventer un système, quand je ne fais que rendre à César ce qui est à César ; quand ils croient penser par eux-mêmes, ils ne font que spiritualiser des lieux communs, ils ne font qu’enfoncer des portes déjà ouvertes, ils ne font que « réarranger des préjugés » comme disait William James.

D’où la question que je pose aujourd’hui ici : est-ce que le fait de forger sa pensée grâce aux lectures que l’on fait d’autres penseurs est une erreur ? Peut-on réellement « penser par soi-même » quand on a 20 ans ?  
Ce genre de choses m’arrive tellement souvent que je me remets en question. Dans chaque débat, je ne jure que par Spinoza, Nietzsche, Épicure, Sénèque, Montaigne, Alain et tant d’autres. J’ai fait miennes leurs pensées. Non pas que je croie aveuglément tout ce qu’ils pensent, mais disons que dès lors que je suis d’accord avec eux sur un point, j’adopte ce point de vue et les cite.

Est-ce une erreur de ma part ? Devrais-je m’affranchir de ces auteurs que j’admire tant ? J’ai renoncé il y a de cela bien longtemps à créer un système philosophique. J’ai renoncé il y a peu à créer une œuvre philosophique. Mais jamais je ne renoncerai à la connaissance, à cette recherche de la vérité, recherche passant pour moi par la philosophie.

D’où ma question finale : les auteurs qu'on lit pour se forger une pensée sont-ils un obstacle à la formation philosophique que l'on entreprend ? Et si oui, comment pourraient-ils l'être, car je ne vois pas...

descriptionDu bon usage de la citation en philosophie. EmptyRe: Du bon usage de la citation en philosophie.

more_horiz
Peut-être, du moins avec l'âge et je crois sincèrement que la vie nous force à changer nos points de vue premiers.

J'attendrai que la vie me change alors... Bien que la philosophie l'ait déjà fait et le fera encore et encore, car on n'a jamais fini de philosopher.

descriptionDu bon usage de la citation en philosophie. EmptyRe: Du bon usage de la citation en philosophie.

more_horiz
On ne peut jamais réellement "penser par soi-même", puisqu'on vit dans une société qui nous imprègne continuellement et dont on tire une bonne partie de notre subsistance, spirituelle comme matérielle. Donc à ce compte, mieux vaut penser avec de grands auteurs qu'avec des imbéciles. Mais on peut aussi essayer de se forger un caractère, d'où résultera une façon plus ou moins originale de voir le monde. Il y a des auteurs plus propices que d'autres à cette ambition. Un Nietzsche nous renvoie davantage à nous-mêmes que d'autres écrivains, nous forçant à nous confronter aux autres. Le caractère est chose stable, on peut capitaliser sur lui. Une théorie qu'on adopte jeune risque de s'effondrer un jour, quand les passions qui nous avaient jeté vers elle auront faibli. Mais tout ne sera pas perdu, car cette théorie nous aura durablement marqué.

descriptionDu bon usage de la citation en philosophie. EmptyRe: Du bon usage de la citation en philosophie.

more_horiz
On ne peut jamais réellement "penser par soi-même", puisqu'on vit dans une société qui nous imprègne continuellement et dont on tire une bonne partie

C'est aussi mon avis.

Un Nietzsche nous renvoie davantage à nous-mêmes que d'autres écrivains

Je trouve aussi. J'ai trouvé chez Nietzsche une certaine affirmation de moi-même. D'ailleurs cet été, je m'attaque à Zarathoustra.

descriptionDu bon usage de la citation en philosophie. EmptyRe: Du bon usage de la citation en philosophie.

more_horiz
Pour répondre à votre question, à mon avis la lecture des philosophes (ou au moins la connaissance de leur doctrine) paraît indispensable à plusieurs points de vue.

D'abord, pour reprendre le mot de Roger Caratini (Vent de philo), car si à Athènes au Vème siècle on était sûr que le philosophe était l'inventeur d'un système philosophique, aujourd'hui on est sûr qu'il en est un continuateur. J'entends par là (et lui aussi) que faire de la philosophie passe par des points de passage obligés de la pensée (on va tous se poser plus ou moins les mêmes questions) et que si on veut avancer en complétant ou en s'opposant, on ne peut faire l'économie de ce qui a été dit avant nous. Il ne s'agit pas de faire de l'argument d'autorité, mais ces philosophes sont des figures d'autorité, c'est-à-dire non pas qu'ils détiennent la vérité, mais qu'on peut supposer que leur lecture critique nous apprendra quelque chose. Peut-on imaginer faire des mathématiques sans connaître les théorèmes ?

Il s'agit donc, dans une copie, ou dans une argumentation, de dire ou du moins de savoir où se situe la pensée philosophique sur telle ou telle question, pour ensuite savoir où on se positionne suite à un travail critique, et avancer à cet effet ses propres arguments.

Ensuite l'intérêt de lire les philosophes est que les textes philosophiques sont des exemples de raisonnement, des modèles qui peuvent nous apprendre à raisonner nous-mêmes.

Enfin pour réfléchir sur sa propre pensée. Ceux qui s'estiment philosophes parce qu'il ont des idées ont du souci à se faire, car on raisonne avec des outils (langage, culture, concepts...) et qu'un voyage dans les auteurs, les religions, l'histoire, leur famille, leur fera vite comprendre que leurs idées ne viennent pas de nulle part, et qu'en cela ils sont dans l'opinion.
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum