Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Y a-t-il une subjectivité ?

+8
Vangelis
juliendeb
hokousai
Intemporelle
Desassocega
Silentio
Liber
Euterpe
12 participants

descriptionY a-t-il une subjectivité ? - Page 22 EmptyRe: Y a-t-il une subjectivité ?

more_horiz
Euterpe a écrit:
benfifi a écrit:
ce mirage, ce fait-mirage-là fait partie du réel : la science l'atteste.

Vous confondez avec un entêtement ou un aveuglement inquiétant deux choses : le phénomène (du mirage) et la réalité à laquelle il est censé correspondre (l'oasis).

Pourtant...
benfifi a écrit:
ce fait-mirage-là fait partie du réel : la science l'atteste. Le mirage (pas l'oasis) est réel.

descriptionY a-t-il une subjectivité ? - Page 22 EmptyRe: Y a-t-il une subjectivité ?

more_horiz
L'oasis est un mirage, c'est une illusion. L'illusion ne se dissipe que si vous vous en approchez suffisamment pour vous rendre compte qu'elle laisse place au vide. Vous avez cru que le phénomène (bien réel dans votre tête) était la chose en soi. Quant au sujet, c'est la même chose : un mirage, que l'on croit subsister en soi, "sous" les phénomènes qui prennent place "dans" la conscience. Mais il n'y a que ces phénomènes, des illusions (illusio référant aussi au jeu - jeu des images ; comme chez Bourdieu, vous voilà à croire aux règles du jeu, mais sous les masques il n'y a rien, seulement des forces impersonnelles). Cherchez votre moi, jamais vous ne le trouverez, non pas parce qu'il se tiendrait trop loin, mais parce qu'il n'est justement rien, un rien qui permet à la fois cette production d'images et un redoublement imaginaire (il faut de l'autre pour que la conscience se prenne comme objet, rapport de soi à soi).

descriptionY a-t-il une subjectivité ? - Page 22 EmptyRe: Y a-t-il une subjectivité ?

more_horiz
benfifi a écrit:
Euterpe a écrit:
benfifi a écrit:
ce mirage, ce fait-mirage-là fait partie du réel : la science l'atteste.

Vous confondez avec un entêtement ou un aveuglement inquiétant deux choses : le phénomène (du mirage) et la réalité à laquelle il est censé correspondre (l'oasis).

Pourtant...
benfifi a écrit:
ce fait-mirage-là fait partie du réel : la science l'atteste. Le mirage (pas l'oasis) est réel.


La réalité du mirage comme phénomène ne donne aucune réalité au mirage : il n'y a toujours pas d'oasis, même après qu'on a saisi la réalité du mirage comme phénomène. Décidément...

Pour suivre la remarque de Silentio, je vous renvoie également à la question du magma, chez Castoriadis.

descriptionY a-t-il une subjectivité ? - Page 22 EmptyRe: Y a-t-il une subjectivité ?

more_horiz
Euterpe a écrit:
même après qu'on a saisi la réalité du mirage comme phénomène.

Merci.

Ceci dit, à chaque battement de mon cœur, de combien d'illusions suis-je victime ? Vers quelle autorité me tourner qui sépare le bon grain de l'ivraie ? A défaut, peut-on me reprocher de m'ériger en autorité, sujet à moi-même, presque par instinct ? Je me fraye un chemin, je me débrouille, seul.

descriptionY a-t-il une subjectivité ? - Page 22 EmptyRe: Y a-t-il une subjectivité ?

more_horiz
benfifi a écrit:
Ceci dit, à chaque battement de mon cœur, de combien d'illusions suis-je victime ? Vers quelle autorité me tourner qui sépare le bon grain de l'ivraie ? A défaut, peut-on me reprocher de m'ériger en autorité, sujet à moi-même, presque par instinct ? Je me fraye un chemin, je me débrouille, seul.

Pourquoi "victime" ? Cela impliquerait de ne rapporter l'illusion qu'à la connaissance, et ainsi à la vérité. Or la question est moins de rétablir une connaissance en lieu et place d'une illusion, puisqu'il n'y a rien, que d'y voir des opportunités. Kant fait du moi une idée légitime de la raison dans une perspective morale (la liberté) ; Sartre conçoit les hommes comme des êtres de projet (Ortega, déjà, définissait l'homme comme un ¿ Que hacer ? un "que faire ?"), et ainsi de suite. Quant à la question de l'autorité, peut-être voulez-vous faire référence à l'ipséité, plutôt qu'à l'autorité (à moins que vous ne preniez l'autorité dans son sens étymologique : être l'auteur de son action et/ou de sa parole, en être garant, en répondre, être digne de confiance, agir de sorte qu'on puisse compter sur soi), ou bien à l'aperception transcendantale chez Kant.
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum