Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Multivers, quantisme et relativisme

4 participants

descriptionMultivers, quantisme et relativisme - Page 8 EmptyRe: Multivers, quantisme et relativisme

more_horiz
Je ne peux pas me payer le luxe de développer comme vous qui êtes un orfèvre en matière de philosophie. En tant que scientifique, j'ai l'habitude de citer mes sources. C'est pourquoi je donne des citations et des liens. Il est vrai que la lecture des liens demande du travail, mais ils renvoient à des textes précis et réfléchis.
Ce que je voulais dire, dans mon message que vous trouvez trop court, est que lorsqu'on aborde la complexité (cad l'infiniment petit ou l'infiniment grand) de façon spéculative, les présupposés ont tendance à peser lourd. En toute rigueur, il faudrait que lorsqu'on présente ces spéculations, on n'oublie pas ces présupposés ou partis pris. 


Dernière édition par BOUDOU le Mer 20 Mar 2019 - 10:37, édité 2 fois

descriptionMultivers, quantisme et relativisme - Page 8 EmptyRe: Multivers, quantisme et relativisme

more_horiz
BOUDOU a écrit: a écrit:
@shub22 a écrit:Désolé. Le livre est en vente d'occasion sur amazon, annoté en rouge paraît-il ce qui n'est pas franchement agréable quand on lit un livre  de le voir annoté par quelqu'un d'autre. Et pour la modique somme de 250 € car épuisé chez Albin Michel.
La culture a un prix certes mais là....

1° J'ai un exemplaire numérisé en anglais de ce livre à votre disposition.
2° J'apprécie beaucoup votre texte : "Notes pour une mécanique quantique en langage naturel".
3°Je me demande s'il n'y aurait pas synonymie entre phénomène et émergence qui serait ce qui procède de la complexité -qui serait une figure de la chose en soi. 

Réponse 1 
Alors là si vous me l'envoyez sur mon mail privé avec un lien par exemple, je vous en serais gré. Vraiment... Impossible à trouver donc même en anglais ! Ou alors je vous envoie mon mail par MP si c'est plus simple

Réponse 2


Merci 

Réponse 3


C'est une hypothèse tout à fait intéressante sauf qu'à mon avis ça ramène encore Kant avec la rationalité et la relation sujet-objet + la métaphysique (bref Kant dans le texte ) et il se trouve que Kant demeure finalement, je sais pas si c'est bien, le seul recours pour parler des phénomènes de méca Q. C'est la seule aide dont nous disposions évidemment car la Relativité est complètement étrangère dans ses concepts et théorie à la méca Q, ce qui constitue à n'en pas douter un problème évidemment dans les perspectives d'unification des 2 théories.
Bergson s'est inspiré de Einstein et la relativité dans nombre de ses ouvrages mais à ma connaissance, la philo manque encore de structure théorique suffisamment établie et cohérente pour se mettre à en parler à son tour et par exemple, à partir de la physique inventer des concepts. Ce qui fut bien sûr le cas de Kant avec Newton...
Et c'est précisément de cela que je voudrais sortir: seul problème, je sais pas si c'est possible de constituer un corpus de concepts cohérents pour parler de la méca Q qui soit suffisamment autonome et quelque part donc détaché ou se détachant du kantisme stricto sensu. Pour en être sûr il faudrait à la limite savoir mieux ce qui se passe au niveau physique dans ce monde microscopique si étrange et mon avis tout à fait personnel, c'est que cela à à voir avec la nature du temps. Mais le physicien Carlo Rovelli a l'air de penser un peu pareil...
Dans un article qui est une interview par Aurélien Barrau dans la revue "Philosophie" du mois d'Août, il dit et c'est d'ailleurs le titre de l'article que le temps n'existe pas. Il en profite pour remettre en question certains postulats de la physique jugés pourtant essentiels: ceci dit Rovelli est aussi critiqué parfois violemment par les autres physiciens. C'est le jeu...
Et là on est bien obligé d'attendre que les physiciens nous éclairent un peu plus... Comme Rovelli et Smolin parlant de quantum d'espace et de temps.

Et le monde de la physique est actuellement rempli de théories - ou de propositions de théories- qui sont en général quasiment toutes spéculatives

P.S J'ai reçu 2 fois le même message venant de vous je crois que nous nous sommes croisés en fait. Avez-vous reçu mon email ?


P.P.S C'est bon merci . Un léger embouillamini mais j'ai reçu ce  que vous m'avez envoyé en plusieurs parties, en fait à cause je pense de la limitation de taille d'envoi de pièces jointesje pense. Merci encore. Un léger problème au niveau des messages et de leurs intitulés mais j'ai tout reçu

descriptionMultivers, quantisme et relativisme - Page 8 EmptyRe: Multivers, quantisme et relativisme

more_horiz
Je vous ai envoyé le cours de MQ à votre adresse email et vous pouvez télécharger les lettres Pauli/Jung directement à partir de :
Pauli-Jung Letters
http://xdel.ru/downloads/Pauli-Jung%20Letters%20-%20Atom%20and%20Archetype.pdf

Je vais essayer de contribuer modestement à la réflexion que vous exposez dans votre dernier message sur les couples Newton/Kant et MQ/shub22. Votre message est, me semble-t-il, une réponse à celui de Phi/Philo sur l'épistémologie.

Au réductionnisme positiviste (mécanique galiléo-newtonienne) s’opposerait la révolution épistémologique due à la théorie de la relativité et à la MQ qui aurait fait racine dans une perspective constructiviste phénoménologique et holistique suivant laquelle il n’y aurait pas de dualisme entre être et apparaître - la chose serait cela même qui apparaîtrait ou nous serait donnée. Au passage on peut souligner ici que la chose en soi, chez Schopenhauer, est donnée par l’expérience de notre propre volonté. C’est ainsi que nous parlerions aujourd’hui des visages du réel ou des figures/émergences du temps (thermodynamique, mécanique, quantique, atomique, astronomique, temps-espace, temps-dimension, temps-coordonnée, temps propre, temps-paramètre, temps-variation, temps durée : temps irréversible de la durée des choses...) - par contraste avec le simple temps newtonien (temps vécu) et l'espace et le temps kantiens qui n'existent pas (formes a priori de notre sensibilité).

descriptionMultivers, quantisme et relativisme - Page 8 EmptyRe: Multivers, quantisme et relativisme

more_horiz
Sur un forum de science, ils parlent d'un temps thermique propre à la particule pour dire que c'est encore (!) une autre variante du temps qui se déclinerait.
Et qui renverrait à un en-soi de la particule affublée d'un temps thermique car en même temps les physiciens considèrent que la particule-onde a une durée de vie. Très longue pour l'électron et le proton de l'ordre de 10 puissance 18 il me semble... Donc si toute particule a une durée de vie -voire les muons qui ont une durée de vie très courte comme d'autres particules- elle aurait (??) ou serait affublée d'un temps propre implicitement. Ou l'équivalent: un des nombreux problèmes que soulève la gravité quantique en tentant d'unifier la MQ et la Relativité
Tout ça en opposition à Rovelli ou pour prolonger sa réflexion je ne sais pas très bien...

C'est vrai que là ça devient franchement compliqué de s'y retrouver et en plus comme c'est de la recherche de pointe qui implique des physiciens connus, il faut être vraiment spécialiste je pense - ce que je ne suis pas- pour apprécier toutes les nuances et subtilités de ces concepts.

descriptionMultivers, quantisme et relativisme - Page 8 EmptyRe: Multivers, quantisme et relativisme

more_horiz
Au réductionnisme positiviste (mécanique galiléo-newtonienne) s’opposerait la révolution épistémologique due à la théorie de la relativité et à la MQ qui aurait fait racine dans une perspective constructiviste phénoménologique et holistique suivant laquelle il n’y aurait pas de dualisme entre être et apparaître - la chose serait cela même qui apparaîtrait ou nous serait donnée. Au passage on peut souligner ici que la chose en soi, chez Schopenhauer, est donnée par l’expérience de notre propre volonté. C’est ainsi que nous parlerions aujourd’hui des visages du réel ou des figures/émergences du temps (thermodynamique, mécanique, quantique, atomique, astronomique, temps-espace, temps-dimension, temps-coordonnée, temps propre, temps-paramètre, temps-variation, temps durée : temps irréversible de la durée des choses...) - par contraste avec le simple temps newtonien (temps vécu) et l'espace et le temps kantiens qui n'existent pas (formes a priori de notre sensibilité).


En quoi la "révolution épistémologique de la relativité et de la MQ" est-elle moins réductionniste et moins positiviste que la "mécanique galileo-newtonienne" ? Quel(s) rapport(s) entretient-elle avec les courants phénoménologique en philosophie ou constructiviste en sciences sociales ? En quoi est-elle holiste plutôt qu'atomiste ? Quel rapport y a-t-il entre tout ça et der Wille schopenhauerienne ? J'ajoute que le temps newtonien n'est certainement pas un "temps vécu" puisque c'est, au contraire, un sensorium dei ("le temps absolu absolu, vrai et mathématique qui est sans relation à quoi que ce soit d'extérieur ...") et que l'espace et le temps kantiens existent en tant qu'une forme est nécessairement la forme d'une matière ... 

Bref, je me demande si ce genre de contribution ne participe pas plus de la confusion que de la concision !
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum