Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Nietzsche est-il un philosophe ?

3 participants

descriptionNietzsche est-il un philosophe ? - Page 3 EmptyRe: Nietzsche est-il un philosophe ?

more_horiz
Vous ne tenez pas compte de ce que j'ai expliqué sur les airs de famille (aucun philosophe ne rassemblera sans doute tous ces critères, il n'empêche que, comme dans une famille, ils ont tous le même nom) en me citant des sceptiques comme des philosophes. Il y a en effet des philosophes sceptiques, et il y a infiniment plus de sceptiques totalement étrangers à toute philosophie.

L'art de la démonstration implicite — que Nietzsche aurait inventé, si je vous suis — je ne le connais pas. Alors je précise : une démonstration explicite. Il n'y a rien de tel dans la Généalogie de la morale, texte fort cohérent en effet, mais qui ne démontre rien (ni ne prétend le faire). D'ailleurs, une dissertation n'est pas une démonstration, non pas parce que je le veux, mais parce que ce n'est pas sa définition et son objet. Je continue de croire que Nietzsche n'attache aucune importance à la démonstration, qu'elle lui semble déjà suspecte en elle-même et qu'il ne l'a jamais prise au sérieux. Il en avait trouvé une, par exemple, sur l'Éternel Retour. Il s'est bien gardé de la produire, je ne dis pas seulement dans Zarathoustra (ce n'aurait pas été le lieu, certainement), mais dans aucun autre ouvrage. Cela rabaisserait sa pensée la plus abyssale à n'être qu'une vulgaire thèse sur la nature de la temporalité, qu'on pourrait opposer aux théories de Leibniz, à Kant, etc., ce dont il n'a nulle envie, je le maintiens. Il n'a pas envie que qui que ce soit discute là-dessus (pas parce que ça lui ferait peur, j'espère qu'on m'a bien compris, mais parce que ce n'est pas fait pour ça, que ce n'est pas de cet ordre-là). Qu'aucun philosophe ancienne manière ne vienne discuter L'Éternel Retour du même. C'est une idée poétique de "grand seigneur", dirait Kant, qui n'entend nullement être confrontée à la vulgarité prosaïque de ce qu'on appelle, d'ordinaire, un philosophe. Il y a des déclarations on ne peut plus claires — s'agissant de Socrate, bien entendu, qui en est la figure emblématique — de tout ce que je suis en train d'écrire là, vous les connaissez aussi bien, que dis-je ?, mieux que moi.

descriptionNietzsche est-il un philosophe ? - Page 3 EmptyRe: Nietzsche est-il un philosophe ?

more_horiz
Courtial a écrit:
la Généalogie de la morale, texte fort cohérent en effet, mais qui ne démontre rien (ni ne prétend le faire).

Il entend au contraire démontrer trois thèses, sur l'origine du christianisme, sur celle de la mauvaise conscience, et sur la puissance de l'idéal ascétique. Sur la démonstration proprement dite, je pense que vous faites référence aux démonstrations basées sur les mathématiques, une méthode qui a longtemps été l'idéal aux yeux des philosophes, par exemple Spinoza, mais qui ne suffit plus de nos jours (et déjà au XIXème siècle).


D'ailleurs, une dissertation n'est pas une démonstration

Là il devient de plus en plus difficile de vous suivre. Et est-ce qu'un essai est une démonstration ? Un traité ? Un dialogue ? N'est-ce pas plutôt qu'ils contiennent des démonstrations ? Un simple paragraphe peut tout à fait contenir une démonstration.


Qu'un philosophe ancienne manière

Exactement ce que je disais plus haut, votre distinction vient d'une certaine idée que vous vous faites de l'histoire de la philosophie.
Vous invoquez surtout l'absence de démonstration chez Nietzsche, contre toute évidence. Il faudrait justement que vous démontriez cela un peu mieux pour qu'on y accorde un peu plus d'importance, puisque personne ne vous suivrait actuellement dans cette voie, à l'instar de Wotling. Par exemple, sur la Généalogie de la morale. Expliquez-moi en quoi il n'y a ni thèses ni démonstration de ces thèses dans ce livre. Je vous accorde que ce n'est pas fait more geometrico.

descriptionNietzsche est-il un philosophe ? - Page 3 EmptyNietzsche est-il un philosophe ?

more_horiz
Si Nietzsche est le dernier philosophe, qu'est-ce qui vient après ? Une supercherie ? Heidegger n'est-il pas un philosophe ?
Je dirais même que ça ne marche pas si on veut faire de Nietzsche le dernier idéaliste ou le dernier moderne. Si l'on prend le modèle des trois vagues de Leo Strauss, Nietzsche est-il vraiment l'aboutissement du projet moderne ? Nous éloigne-t-il vraiment du moment fondateur ? Ou nous ouvre-t-il à une philosophie autre ? Le plus simple est encore de dire qu'il représente un tournant majeur dans la pensée européenne et qu'avec lui la philosophie change de sens, elle met fin à des problématiques et en ouvre d'autres.

[Cependant, j'oserais poser la question : Nietzsche a-t-il réussi dans son entreprise de transvaluation des valeurs ? Finalement, la morale n'est-elle pas encore plus vicieuse lorsque Dieu n'est plus là ? Je veux dire, on a beau avoir coupé la tête du roi et prôné haut et fort l'athéisme, est-on vraiment dans une société purgée des erreurs du christianisme ? N'est-on pas toujours plus enclins à être les derniers des hommes ? Par ailleurs, un seul auteur pouvait-il défaire l'Église et son emprise sur les habitudes et les mœurs, et ce même en imitant le génie prophétique des Écritures saintes ? Pire, a-t-on bien fait de rejeter tout élan religieux et toute dimension religieuse ? Il suffit de regarder la civilisation et ses représentants, entre la France de Bergson, Valéry, etc., et celle que nous connaissons actuellement (même si bien sûr mon exemple est critiquable en idéalisant le passé - un passé où le déclin a déjà commencé, cf. la Krisis de Husserl, en ce qui concerne l'Allemagne, et qui date si je ne me trompe pas de 1900 ou autour, à peu près vers la mort de Nietzsche). Nietzsche n'a pas réussi à instaurer de culte majeur pour remplacer l'Église (y a-t-il même un intellectuel qui croie sérieusement en Dionysos ?), et nous nous sommes encore un peu plus engouffrés dans le nihilisme. Nihilisme que l'on réalise même en faisant valoir un Nietzsche libertaire et athée contre tout édifice humain et contre tout idéal permettant aux hommes d'habiter le monde et de s'y engager. Tout est permis et tout le monde veut être artiste ou producteur de valeurs (le nietzschéisme appliqué aux masses, quelle contradiction !).]
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum