Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Spinoza : un philosophe à part.

descriptionSpinoza : un philosophe à part. EmptySpinoza : un philosophe à part.

more_horiz
Ce topic est la restauration d'un fil de discussion supprimé par erreur.
Vous trouverez ici uniquement les messages (édités au besoin, pour la cohérence du fil) des membres qui se sont exprimés à propos de Spinoza. Je reproduis tels quels les messages des membres en indiquant la date et l'heure.


Dernière édition par Euterpe le Lun 24 Juil 2017 - 11:29, édité 4 fois

descriptionSpinoza : un philosophe à part. EmptyRe: Spinoza : un philosophe à part.

more_horiz
JimmyB le Mer 22 Aoû 2012 - 0:56

[La pensée de Spinoza] est une magnifique réponse à Descartes. Il a, qui plus est, réussi à créer un système philosophique sans influence de la religion, ce qui est une prouesse à cette époque. L'Éthique est une œuvre à laquelle il est fort difficile de trouver une faille logique ; si l'on accepte les définitions, l'on est bien obligé de concéder le reste. Un ancien professeur disait souvent : "lorsque l'on est spinoziste il est difficile d'être autre chose". En effet sa pensée prend une grande place.

Dernière édition par Euterpe le Mar 9 Aoû 2016 - 12:05, édité 3 fois

descriptionSpinoza : un philosophe à part. EmptyRe: Spinoza : un philosophe à part.

more_horiz
Liber le Mer 22 Aoû 2012 - 9:31

Silentio a écrit:
JimmyB a écrit:
Il a qui, plus est, réussi à créer un système philosophique sans influence de la religion, ce qui est une prouesse à cette époque.

Ce n'est pas ce que disent Victor Brochard et Nietzsche, qui voient dans le système spinoziste de nombreux restes du judéo-christianisme.

Le premier grand philosophe à s'être affranchi du judéo-christianisme est Schopenhauer. On ne peut pas dire d'un philosophe qu'il est sans influence de la religion quand il écrit un livre où Dieu tient une place centrale. Certes, Schopenhauer a fait de la pitié chrétienne le fondement de sa morale, mais ce fut en toute lucidité et a plus à voir avec le bouddhisme, du reste.

Silentio a écrit:
Desassossego a écrit:
c'est l'idéalisme allemand qui a réveillé Spinoza. Au XVIIIe siècle il était complètement oublié !

Je ne crois pas. Rousseau s'en est certainement inspiré mais n'en dit rien à ma connaissance. Diderot l'a lu et s'en est inspiré pour son matérialisme vitaliste. Je pense à d'autres matérialistes comme le baron d'Holbach. N'oubliez pas Kant non plus.

Je suis en partie d'accord avec Desassossego, Spinoza, qui n'était pas du tout oublié au XVIIIe siècle, n'aurait pas eu la célébrité qu'il a aujourd'hui sans l'idéalisme allemand, par qui tout passait au XIXe siècle.

Desassossego a écrit:
Spinoza n'a pas changé le monde comme un Descartes ou un Kant, mais il change un homme, cela est certain (peut-être est-ce pour ça que Nietzsche l'admirait tant ?).

Non, Nietzsche l'a admiré parce qu'il avait trouvé-là un prédécesseur avec qui il partageait des idées générales, une même orientation. Mais c'était finalement une façon de s'admirer et de se glorifier lui-même. D'où cette espèce de rancœur qui a mené Nietzsche à vouloir se distinguer le plus possible de Spinoza en critiquant ce dernier de manière assez basse je trouve (Spinoza trop Juif, trop chrétien, trop métaphysicien).

Il y a davantage dans la critique de Nietzsche envers Spinoza qu'une rancœur personnelle. Effectivement, le judaïsme est la clé de cette critique. Cela lui vient de Schopenhauer, qui ne cachait pas son antisémitisme. Spinoza n'était pas "trop juif", il était juif et cela suffisait à le rendre suspect aux yeux de Nietzsche, pour qui la décadence de la pensée occidentale a pour cause "l'idéal de la Judée". Pourquoi n'a-t-il pas critiqué Gœthe, pourtant admirateur de Spinoza ? Parce que Gœthe s'était tourné vers Rome et la Grèce. Pour Nietzsche, hors ces deux pays, tout le reste est teinté de judaïsme (surtout l'Allemagne et la France).

Dernière édition par Euterpe le Mar 9 Aoû 2016 - 12:05, édité 3 fois

descriptionSpinoza : un philosophe à part. EmptyRe: Spinoza : un philosophe à part.

more_horiz
Desassossego le Mer 22 Aoû 2012 - 9:42

Zingaro a écrit:
Comment a été accueillie son œuvre par ses contemporains ?

Très mal ! Un petit exemple :
Plût au ciel que ces travaux furent fait pour recouvrir de ténèbres la lumière éclatante de la vérité ; ces produits d’une imagination dévoyée, ces spectres hideux d’une région démoniaque à reléguer dans l’enfer d’où ils sont venus. Plût au ciel qu’il les eut livré aux flammes vengeresses d’un feu éternel d’où elles n’eussent pu jamais sortir pour exercer leur action corruptrice. Un tel auteur n’a pas à être supprimé, car c’est Satan incarné cet homme insensé et scélérat qui mériterait d’être couvert de chaînes et fouetté de verge. Je ne me souviens pas avoir lu livre plus pestilentiel. Il se moque des prophètes et des apôtres. Puisse-t-il être dévoré par la gale. Et qui est-il ? Il est Benedictus de Spinoza qui mériterait plutôt d’être appelé Maledictus Spinoza car la nature n’a jamais portée d’homme plus maudit aux œuvres plus épineuses. Traitons-le comme il le mérite cet homme intolérablement licencieux. Mort au juif Spinoza.
Cela vous donne un bel aperçu de la chose...

Chez les philosophes, entre sa mort et le début du XVIIIe siècle, on peut compter au moins une dizaine d'ouvrages contre Spinoza : Wittichius, Poiret, Lamy, etc. Sans parler de l'antispinozisme d'un Bayle par exemple. Spinoza a eu la vie dure pendant très longtemps ! Pour qu'il revienne vraiment dans la pensée d'un philosophe, je pense qu'il faut attendre Fichte, Schelling, Hegel et Schopenhauer.

Dernière édition par Euterpe le Mar 9 Aoû 2016 - 12:12, édité 1 fois

descriptionSpinoza : un philosophe à part. EmptyRe: Spinoza : un philosophe à part.

more_horiz
JimmyB le Mer 22 Aoû 2012 - 10:39

Liber, vous concéderez quand même que le Dieu de Spinoza n'a pas grand lien avec le Dieu des religions monothéistes. Ni omniscience, ni volonté divine ; il enlève ce qu'il y a de plus fondamental. N'est-il pas possible de penser Dieu d'un point de vue seulement métaphysique, en évacuant le lien spirituel entre homme et Dieu, et donc sans "religion" ?

Dernière édition par Euterpe le Mar 9 Aoû 2016 - 12:12, édité 1 fois
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum