Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Conscience vs Connaissance.

+3
Don Quichotte
Montaignien
Agrid
7 participants

descriptionConscience vs Connaissance. - Page 3 EmptyRe: Conscience vs Connaissance.

more_horiz
Mais qu'entendez-vous au juste par temporalité linéaire/non-linéaire ?

descriptionConscience vs Connaissance. - Page 3 EmptyRe: Conscience vs Connaissance.

more_horiz
Malcolm Cooper a écrit:
Le transcendantal, lui, désigne la condition de possibilité de toute expérience, donc du savoir (dans ce sujet qui n'a rien de subjectif au sens de singulier, personnel, donc - et que les sciences actuelles pourraient éventuellement qualifier de cognition humaine (?) en changeant totalement l'aperception du truc).

Le transcendantal fait référence à l’a priori (cf. Kant et le transcendantal)
Je ne sais pas si c’est ce que vous vouliez dire mais votre phrase ne me semble pas très claire.

Malcolm Cooper a écrit:
Dans la théorie quantique, si bien entendu on intègre le fait que l'expérimentateur (sujet) conditionne l'expérimentation (objet) par le fait même d'observer là, et que cela semble du kantisme bien compris, il n'en reste pas moins qu'au niveau microphysique on observe une temporalité non-linéaire
Vous parlez du principe d’incertitude d’Heisenberg ? Que voulez-vous dire par conditionne ? J’ai peur que vous soyez en train d’en faire une mauvaise interprétation...

Pour ce qui est du temps non linéaire, pourquoi parlez-vous de microphysique, n’est-ce pas plutôt en relation avec la physique relativiste ?

kercoz a écrit:
Quitte à écrire une bêtise... e problème du temps ne résulterait-il pas plus d'une absence de direction que de linéarité ? Le quantique squatte actuellement les avancées de la "complexité" ou plutôt de la th. du Chaos sur ce domaine majeur et innovant de la "flèche" du temps et de sa conséquence immédiate : l'impossibilité de la réversibilité temporelle pourtant affirmée par les mécaniques classiques, relativistes et quantiques puisqu'elles usent su signe "=".
Prygogine parle d'un changement de paradigme. Poincaré aussi.
Le terme "linéaire" interpelle tous ceux qui se sont penchés sur ces problèmes. Ils savent que le reproche que l'on peut faire à l'homme et à la raison, c'est de linéariser des modélisations complexes du fait de notre impossibilité à traiter les équations complexes résultant de la modélisation du vivant.
Impossibilité surpassée actuellement par les capacités de l'informatique, mais qui s'oppose à une sorte d'autisme qui préfère les ressentis de la raison immédiate aux conclusions de ces études.

Une fois n’est pas coutume kercoz, mais merci d’éviter d’aligner des phrases lapidaires avec « théorie du chaos » et « mécanique quantique », je ne vois pas bien l’intérêt. Soit vous avez quelque chose à dire sur ce point et vous prenez le temps de l’exprimer, soit vous vous abstenez.

Malcolm Cooper a écrit:
Ceci étant, dans l'ensemble, il me semble que nous faisons toujours plus de détail et de HS, relativement à ce topic. Il faudrait peut-être choisir nos lieux sur le forum, à ce carrefour.

Effectivement, il serait préférable d'en rester au sujet initial.

Si vous souhaitez poursuivre ce second sujet avec Croswwind et kercoz, ouvrez un nouveau sujet, j’y transférerai les messages correspondants. Par contre, il me semble qu’un travail préliminaire de clarification sera nécessaire.

descriptionConscience vs Connaissance. - Page 3 EmptyRe: Conscience vs Connaissance.

more_horiz
La conscience est une faculté humaine qui est indissociable de celle qui permet d’utiliser un langage complexe, donc de créer des connaissances que nous pouvons partager (au travers d'un langage). Les connaissances sont par définition humaines puisque nous les partageons, la conscience est individuelle et nous permet d’avoir conscience des seules connaissances que nous avons acquises ou que nous avons créées (avant de les partager). Nous créons des connaissances par dissociation, nous ne pourrions pas en créer sans connaissance et nous n’aurions alors conscience de rien.
 
Je peux développer si cela vous intéresse.

descriptionConscience vs Connaissance. - Page 3 EmptyRe: Conscience vs Connaissance.

more_horiz
Pour une fois, je serais plutôt d'accord avec vous, Kercoz ! Ce dont parle Hervé Bourgeois n'est pas "la conscience" mais la conscience réflexive (à tous le moins). Malgré tout, je suis en désaccord profond en ce qui concerne la partie portant sur la spécificité humaine, et l'on retrouve ici Davidson qui disait, en substance, que pour qu'un langage soit reconnu comme tel, il lui fallait être traduisible. Je ne comprends pas le langage d'un animal donné, donc il n'use d'aucun langage. Cette façon de voir les choses, si elle a l'avantage scientifique de clarifier la recherche, reste hautement solipsiste...

descriptionConscience vs Connaissance. - Page 3 EmptyRe: Conscience vs Connaissance.

more_horiz
Avoir conscience de quelque chose, c'est être doté de sens ou de moyens permettant de détecter la chose.

1ère classe d'objets de Schopenhauer, connaître quelque chose c'est :
- en avoir entendu parler ou lire un livre à ce sujet,
2ème classe d'objets, ou connaissance discursive chez Platon :
- être capable de l'objectiviser soi-même,
3ème classe d'objets, et principe de la philosophie selon Deleuze (fait de créer, concevoir, imaginer, fabriquer un objet) :
- passer de la constatation de l'existence à sa compréhension,
4ème classe d'objets :
- se connaître soi-même en temps qu'être singulier.

Bref la guêpe peut avoir conscience d'elle même, le bichon peut avoir conscience du rapport de causalité entre l'apparition de la lumière et le fait que Schopenhauer s'approche pour tirer les rideaux, il est peut-être plus difficile pour ces deux êtres d'arriver à la connaissance d'eux-mêmes, ne disposant pas des structures physiologiques nécessaires... On peut peut-être ajouter que la conscience de quelque chose peut mettre en évidence les attributs évidents de l'objet et certains rapports de causalité, mais pas ses propriétés fondamentales, la chose en soi. Ou encore que la conscience ne mène qu'à l'opinion.
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum