Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Temps mort

3 participants

descriptionTemps mort - Page 4 EmptyRe: Temps mort

more_horiz
Euterpe a écrit:
Honnêtement, le DAC ne vous apprendra rien du côté de la "conscience".
Je ne partage pas ce propos...

Euterpe a écrit:
Ensuite, considérer la prise de conscience du point de vue de l'évolution est plus que délicat. La prise de conscience, comme telle, autrement dit indépendamment de la question de savoir de quoi elle est prise de conscience, ou bien est une prise de conscience, ou bien ne l'est pas. Ce n'est pas elle qui évolue, mais les formes de notre rapport au monde. Autrement dit, dès lors qu'on prend conscience de, on est et on reste conscient. C'est moins un processus qu'une continuité.
... Vu les différences morphologiques entre le DAC et l'homme, entre autres le cerveau et le génome, je pense que la prise de conscience chez le DAC était différente de celle que l'homme pratique. J'ai du mal à concevoir cette première forme de prise de conscience, mais je pense qu'il s'agit d'un processus en évolution.

Euterpe a écrit:
benfifi a écrit:
A ceci près que j'imagine que le premier objet de la prise de conscience aurait été, tout bêtement, le temps mort.

Vous ne pouvez pas faire abstraction de la transitivité de la conscience. Pas d'objet, pas de conscience. Le temps mort est-il un objet ?

Je rectifie: "A ceci près que j'imagine que le premier objet de la prise de conscience aurait été, tout bêtement, ce temps mort."
Il s'agit du temps mort que le naufragé est en train de vivre.

Euterpe a écrit:
Mais il y a eu action. Peu importe que vous soyez comme en retrait : vous êtes encore dans le cercle de l'action. Vous ne pouvez la séparer de la pensée, au moins parce que de l'une à l'autre, et inversement, il n'y a jamais une coupure.
Je pense qu'il est possible de se retirer du feu de l'action. Peut-être pas de façon absolue, bien sûr, mais suffisamment pour instaurer, ce faisant, un temps mort propice à la prise de conscience.

Vangelis a écrit:
Il m’est difficile d’imaginer un surgissement de la conscience avec le cataclysme supposé...
Je veux bien admettre une forme d’étonnement appropriée, mais en aucun cas de cataclysme.

Supposons que demain matin je me réveille... sur Mars ! Serais-je simplement... étonné !?

descriptionTemps mort - Page 4 EmptyRe: Temps mort

more_horiz
benfifi a écrit:
Supposons que demain matin je me réveille... sur Mars ! Serais-je simplement... étonné !?
Vu ce que vous nous présentez comme sujet, je pense que oui.
Plus sérieusement, l’hypothèse de l’émergence spontanée d’une conscience telle que la nôtre n’est pas crédible scientifiquement. Elle appartient aux religieux ou aux partisans de l’Intelligent Design. Il n’y a pas d’un côté l’absence de conscience et de l’autre une conscience comme celle de l’homme, mais une évolution en degré des différents éléments qui permettent de l’appréhender. Et il n’y a pas d’autre étonnement que par exemple celui d’un enfant qui découvre son corps et le monde. C’est cela que je nomme l’étonnement approprié.
Votre hypothèse semble tellement vous amuser que vous vous entêtez à la penser crédible. Or, pour ce que nous en savons aujourd’hui cela ne l’est pas. Il n’y a même pas une seule recherche en ce sens.

descriptionTemps mort - Page 4 EmptyRe: Temps mort

more_horiz
Vangelis a écrit:
Votre hypothèse semble tellement vous amuser que vous vous entêtez à la penser crédible. Or, pour ce que nous en savons aujourd’hui cela ne l’est pas. Il n’y a même pas une seule recherche en ce sens.

C'est vrai que ça m'amuse: homo ludens oblige!
C'est vrai aussi que je suis têtu. La preuve:
L'articulation de ces deux phrases me gêne. S'il n'y a aucune recherche en ce sens, donc nous n'en savons rien, pas même que "cela ne l'est pas".
Je me permets donc d'imaginer, et maintiens mon scénario.
Vangelis a écrit:
Il n’y a pas d’un côté l’absence de conscience et de l’autre une conscience comme celle de l’homme, mais une évolution en degré des différents éléments qui permettent de l’appréhender.

Oui. Je l'ai évoqué précédemment.
Et je reconnais que dans cette évolution du processus de prise de conscience, l'étape illustrée par le scénario du "temps mort" est énorme. Mais il ne s'agit pas du premier pas du processus, seulement (si l'on peut dire) du moment de la première prise de conscience digne de ce nom. Je me rends bien compte qu'il en aura fallu du temps pour en arriver là.
Du reste, le sujet du topic ne porte pas tant sur la prise de conscience, aussi originelle soit-elle, que sur le rôle joué par le "temps mort".
Vangelis a écrit:
Et il n’y a pas d’autre étonnement que par exemple celui d’un enfant qui découvre son corps et le monde. C’est cela que je nomme l’étonnement approprié.

Je souscrit à ce propos.
Mais, encore une fois, il est difficile (voire impossible, d'où le recours à l'imagination) de comparer l'état actuel du processus de prise de conscience (qui continue d'évoluer comme tout processus) avec l'état originel dudit processus. Aujourd'hui, un enfant n'est-il pas génétiquement "programmé" à prendre conscience? Ce qui n'était pas du tout le cas du DAC: programmé, non; destiné, peut-être.

descriptionTemps mort - Page 4 EmptyRe: Temps mort

more_horiz
Quel que soit l’être vivant doté d’une conscience et de quelque nature que soit cette conscience, elle est toujours pour un être et ses possibles. En aucun cas elle ne saurait déborder cette limite. Même une imagination la plus débridée se fait toujours à partir de ces possibles.
Par exemple un arbre fait partie des possibles appréhendables par la conscience. Le fait de parler est aussi de la même catégorie ; nous sommes capables de parler. Et l’imagination a le pouvoir de réunir les deux, c’est-à-dire d’imaginer un arbre qui parle.
Prenons un autre exemple : la métempsychose, et plus particulièrement la migration d’une âme dans un corps minéral. La chose est  pour le moins surprenante et il nous semble que l’imagination, dans ce cas va puiser très loin. Or il n’en est rien. Les éléments sont connus de tous. Nous avons : un corps humain, une pierre, une hypothèse sur la nature de l’esprit et un verbe pour signifier un voyage. Toutes ces parties ne sont absolument pas délirantes et la conscience peut les appréhender, mais l’imagination va les assembler de manière à formuler cette migration pour le moins singulière. C’est l’articulation de ces éléments qui donne à cette croyance l’illusion de puiser au-delà de la conscience. En fait il n’en est rien. Même si l’homme est toujours au-delà de lui-même, il ne peut pas dépasser cette conscience pour lui. Ainsi je vous mets au défi d’imaginer ne serait-ce qu’un seul élément qui n’appartiennent pas aux possibles appréhendable par la conscience. C’est impossible. On ne peut pas aller au-delà de l’étonnement approprié, sinon d’avoir une conscience qui ne soit pas de notre être. Et cela s’applique à tous les êtres conscients.
DAC ou pas, c’est le même principe qui s’applique.

descriptionTemps mort - Page 4 EmptyRe: Temps mort

more_horiz
Vangelis a écrit:
On ne peut pas aller au-delà de l’étonnement approprié

A petit événement, petit étonnement. A grand événement,...
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum