Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Nietzsche, l'art et la vérité.

+2
Euterpe
Desassocega
6 participants

descriptionNietzsche, l'art et la vérité. - Page 3 EmptyRe: Nietzsche, l'art et la vérité.

more_horiz
Silentio a écrit:
A mon avis Platon, en tant qu'homme, était plus vivant que Nietzsche, il suffit de comparer leurs biographies.

Il en va de Nietzsche comme des Hypokhâgneux (voir l'origine de ce mot). Aristippe, vous avez intérêt à faire du sport pendant vos études à Fénelon. :lol:

Pourquoi le Dieu chrétien serait-il aussi mauvais tandis que les dieux antiques seraient un signe de la vitalité des peuples dont ils sont les images et les idoles ? Et si l'on prend les musulmans (Nietzsche préférait l'Islam), ne montrent-ils pas que la religion, l'ascétisme et la vitalité peuvent aller de pair ?

Les musulmans plaisaient à Nietzsche à cause de leur goût pour l'action (comme ils plaisaient aussi à Napoléon). Pour le dieu chrétien, j'ai tendance à suivre Nietzsche. La sexualité, qui est tout de même la plus belle expression de la vitalité, était beaucoup plus épanouie à Rome, sous l'Empire par exemple (il suffit de visiter Pompéi pour s'en rendre compte), que dans la chrétienté qui a suivi.

descriptionNietzsche, l'art et la vérité. - Page 3 EmptyRe: Nietzsche, l'art et la vérité.

more_horiz
Liber a écrit:
Non, Nietzsche rejette la vérité métaphysique, les "arrière-mondes". Mais si vous prenez toute son enquête généalogique sur la morale, il s'agit bel et bien d'une recherche de la vérité. De même, le Crépuscule des idoles démasque les croyances décrépites à faire tomber, comme l'arbre vermoulu qui n'attend qu'un coup de vent pour s'écrouler.

Comment expliquer alors son célèbre : "Rien n'est vrai", qui apparaît au moins 3 fois dans toute son œuvre ?

descriptionNietzsche, l'art et la vérité. - Page 3 EmptyRe: Nietzsche, l'art et la vérité.

more_horiz
Aristippe de cyrène a écrit:
Comment expliquer alors son célèbre : "Rien n'est vrai", qui apparaît au moins 3 fois dans toute son œuvre ?

Il faut entendre le vrai absolu. Par exemple, "rien n'est vrai, tout est permis". En aucun cas, il ne s'agit d'un appel à la déraison. Le Vieux de la montagne sait parfaitement ce qu'il fait. D'ailleurs, plus loin dans ce texte de la Généalogie, Nietzsche critique l'idéal ascétique comme ayant atteint la "raison elle-même".

descriptionNietzsche, l'art et la vérité. - Page 3 EmptyRe: Nietzsche, l'art et la vérité.

more_horiz
Le problème, me semble-t-il, c'est que Nietzsche entend s'opposer à la vérité de type idéaliste dont la généalogie montre qu'elle est un mensonge. Mais se faisant, quelle vérité propose-t-il à la place ? On pourrait dire qu'il s'agit de détruire l'illusion d'un monde vrai pour réhabiliter le seul monde qui soit, le monde sensible. Reste qu'en rejetant le rationalisme, la logique, la vérité comme norme, et en nous noyant dans le perspectivisme, il apparaît difficile pour Nietzsche de rendre raison et compte de la validité de son propre jugement. La vitalité, après tout, n'est qu'une valeur parmi les autres. Et si la force triomphe, la discussion est impossible et rien n'est prouvé. Si la vérité est, en réalité, l'envers pulsionnel de tout discours, à quoi bon parler ? Et comment connaître ? Comment dire le vrai quand on prétend mentir ? Nietzsche n'est-il pas un de ces sophistes qui privent les autres de parole et s'imposent comme maîtres en oubliant de s'appliquer à eux-mêmes leur propre doctrine ? Nietzsche veut-il connaître, lui aussi, pour dominer ou, du fait qu'il veuille communiquer sa vérité, au lieu de se taire, n'est-il pas malgré tout confronté à la question de la vérité comme norme du discours, laquelle permet de juger de l'adéquation ou non d'une opinion avec son objet ? Bien sûr, il y a aussi quelque chose d'une révélation mystique et d'une transformation de soi dans la vérité nietzschéenne mais comment, en dépit de ce subjectivisme, s'accorder sur ce qui est ? Et quelle place donner à la poésie comme langage de la monstration d'expériences vécues, du rapport à l'être, et non de la démonstration ?

descriptionNietzsche, l'art et la vérité. - Page 3 EmptyRe: Nietzsche, l'art et la vérité.

more_horiz
Liber a écrit:
Aristippe de cyrène a écrit:
Comment expliquer alors son célèbre : "Rien n'est vrai", qui apparaît au moins 3 fois dans toute son œuvre ?

Il faut entendre le vrai absolu. Par exemple, "rien n'est vrai, tout est permis". En aucun cas, il ne s'agit d'un appel à la déraison. Le Vieux de la montagne sait parfaitement ce qu'il fait. D'ailleurs, plus loin dans ce texte de la Généalogie, Nietzsche critique l'idéal ascétique comme ayant atteint la "raison elle-même".

Qu'entend-il donc par ce "tout est permis" ? Du reste, s'il dit qu'il n'y a pas de vérité absolue, ne tombe-t-il pas dans un certain relativisme ? Comment Nietzsche voit-il la vérité ?
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum