Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Liberté et égalité

+4
Vangelis
Janus
Philippe Jovi
Liber
8 participants

descriptionLiberté et égalité - Page 2 EmptyRe: Liberté et égalité

more_horiz
Tout d'abord c'est d'une liberté politique dont il est question, comme de l'égalité face au droit.

Mais liberté et égalité posent effectivement problème et il faut un mouvement fraternel pour qu'ils s'articulent de concert. Dans la fraternité il y a une part de liberté et d'égalité qui est transvasée du plus fort au plus faible et brise l'absolutisme des deux premiers termes de la devise. Ainsi par exemple on reconnaîtra des droits spécifiques à des sujets "faibles" et qui ne seront pas accordés à des sujets "forts", ou encore différents taux d'impositions seront créés, etc.

Puisqu'une liberté politique totale ne saurait être accordée qu'à un être unique et indépendant de tout autre, elle n'existe donc pas ou pour le moins ne concerne pas les hommes. Mais leur nature les entraîne vers cet idéal. Quant à l'égalité, si elle n'est pas naturelle, elle ne peut être que foncièrement politique. Si Liberté et égalité peuvent être les chevaux emballés de la société, la fraternité en est l'aurige qui la mène sur le chemin de la justice politique. Et justice qui est la synthèse de cette devise grâce à la fraternité.

Dernière édition par Vangelis le Jeu 22 Mar 2012 - 10:02, édité 2 fois

descriptionLiberté et égalité - Page 2 EmptyRe: Liberté et égalité

more_horiz
La liberté au sens politique n’a nullement besoin des concepts de fraternité ou d’égalité pour prendre la défense du plus faible. Le simple fait qu’elle se fonde sur des Lois et du Droit (juridique) d’essence universaliste (fondé sur ce qu’il y a d’identique dans le divers) s’appliquant donc pareillement à tous, quelle que soit la fortune ou la classe sociale, la liberté, par le chemin de la Loi, implique ipso facto que le plus puissant ne puisse abuser du plus faible, ainsi protégé juridiquement par le Droit. Elle se situe ici, la justice, rendue par le droit, et pas besoin de transvaser quoi que ce soi.
Quant à l’égalité, si on s’en tient à son sens d’isonomie, elle découle directement de la notion de liberté ainsi reliée à celle de Droit, et ne pose donc aucun problème pour sa liaison avec liberté.

Et si des "droits" spécifiques dits sociaux sont reconnus à des sujets faibles, c’est d’un point de vue économique que cette "faiblesse" est repérée, et nous sommes ici non dans le cadre de la liberté juridique mais celui d’une régulation économique qu’assure l’État redistributeur, qui en fixant un seuil minimum, sécurise les revenus des plus démunis. Mais c’est avant tout un élément de stabilité face à une économie tumultueuse et non sécurisée par nature, plutôt qu’une obligation morale de fraternité ou de justice dite "sociale". D’ailleurs il est aussi fait appel à ce noble sentiment fraternel lorsqu’il s’agit par exemple de rassembler et d’unir sur un critère de non discrimination raciale ou culturelle, ce qui est la vocation première d’une nation, sans rapport aucun avec toute acception de justice sociale au sens économique du terme.

descriptionLiberté et égalité - Page 2 EmptyRe: Liberté et égalité

more_horiz
Désolé, je m'incruste...
Janus a écrit:
lorsqu’il s’agit par exemple de rassembler et d’unir sur un critère de non discrimination raciale ou culturelle, ce qui est la vocation première d’une nation
Qu'entendez-vous par "nation" ? Je ne vois que des contre-exemples !

descriptionLiberté et égalité - Page 2 EmptyRe: Liberté et égalité

more_horiz
Pour ne pas trop s'éloigner du sujet, je m'en tiendrais à dire que cette remarque m'est venue à l'esprit en repensant à un célèbre discours prononcé par De Gaulle à l'époque de la guerre d'Algérie, haranguant la foule et faisant appel à la fraternité nationale pour tenter de pacifier ces deux peuples divisés, se disputant la propriété d'un territoire. On peut y remarquer la réaction euphorique qui fut à ce moment déclenchée dans la foule.
Alors bien sûr il y a aussi l’idéologie négative véhiculée par ce terme de nation, récupéré par le national-populisme à des fins opposées de divisions à partir des différences. Ce qui a été ensuite instrumentalisé politiquement et récupéré au bénéfice de "république", comme qui dirait plus à gauche et donc politiquement plus correct.

descriptionLiberté et égalité - Page 2 EmptyRe: Liberté et égalité

more_horiz
Janus a écrit:
La liberté au sens politique n’a nullement besoin des concepts de fraternité ou d’égalité pour prendre la défense du plus faible.
Bien sûr que si, puisque par définition il existe en elle la liberté de ne pas le faire. Et si vous considérez le mur de la liberté que représente autrui, alors il y a transfert de liberté par la part qu'on lui concède.

Janus a écrit:
Le simple fait qu’elle se fonde sur des Lois et du Droit (juridique) d’essence universaliste (fondé sur ce qu’il y a d’identique dans le divers) s’appliquant donc pareillement à tous, quelle que soit la fortune ou la classe sociale, la liberté, par le chemin de la Loi, implique ipso facto que le plus puissant ne puisse abuser du plus faible, ainsi protégé juridiquement par le Droit.
Vous ne pouvez pas faire l'économie du divers dans l'égalité à moins de retirer ce qui distingue chacun d'entre nous. Programme qui connut de sombres heures. De plus, c'est le divers qui au niveau des hommes établit dans un premier mouvement l'universel et non l'inverse. L'universalité ne tombe pas du ciel.

Janus a écrit:
Et si des "droits" spécifiques dits sociaux sont reconnus à des sujets faibles, c’est d’un point de vue économique que cette "faiblesse" est repérée, et nous sommes ici non dans le cadre de la liberté juridique mais celui d’une régulation économique qu’assure l’État redistributeur, qui en fixant un seuil minimum, sécurise les revenus des plus démunis.
Non, il n'y a pas que l'économie. Les adultes ont d'autres droits que les enfants, de même que les handicapés pour ne parler que de ceux-là.

Dernière édition par Vangelis le Mer 21 Mar 2012 - 14:56, édité 1 fois
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum