Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Freud ou le bonheur contrarié.

3 participants

descriptionFreud ou le bonheur contrarié. - Page 2 EmptyRe: Freud ou le bonheur contrarié.

more_horiz
Chez Freud par exemple le terme de "primaire" s'applique aux processus inconscients, donc effectivement ce mot peut avoir un sens très précis chez lui, mais ici je l'employais en y faisant allusion mais d'une façon plus large puisque la question concernait l'animal, sachant que l'inconscient c'est la partie la plus archaïque de notre psychisme, la partie donc la plus "animale".

Quant au "principe de réalité" j'ai juste essayé de faire un parallèle  avec l'animal car la question avait été soulevée, en ajoutant de la réflexion personnelle ce qui est généralement conseillé, à moins de se limiter à réciter du par cœur.  :D

descriptionFreud ou le bonheur contrarié. - Page 2 EmptyRe: Freud ou le bonheur contrarié.

more_horiz
L'homme est juste un animal social, dixit Aristote. Le terme animal n'a rien de méprisant pour l'homme, et il n'est pas injurieux pour un chien de lui ressembler. :D

descriptionFreud ou le bonheur contrarié. - Page 2 EmptyRe: Freud ou le bonheur contrarié.

more_horiz
Janus a écrit:
L'homme est juste un animal social, dixit Aristote. Le terme animal n'a rien de méprisant pour l'homme, et il n'est pas injurieux pour un chien de lui ressembler. :D
En général on parle d'un animal politique (zoôn politikon). Mais la traduction la plus exacte serait : animal rationnel car un vivant parlant (zoôn logôn echôn).

La fourmi et l'abeille sont des animaux qu'on pourrait qualifier de sociaux. Qu'est-ce qui distingue l'homme ? La parole et la raison, qui permettent de tisser des liens et de fonder la cité (dimension politique : politeia, c'est-à-dire res publica, selon la traduction de Cicéron, la chose commune), si je me souviens correctement de quelques notions vues à propos de la philosophie d'Aristote.

Dernière édition par Silentio le Lun 12 Mar 2012 - 0:44, édité 1 fois

descriptionFreud ou le bonheur contrarié. - Page 2 EmptyRe: Freud ou le bonheur contrarié.

more_horiz
En effet, ma définition est encore imprécise et Rancière a raison d'insister sur la question de la justice.

descriptionFreud ou le bonheur contrarié. - Page 2 EmptyRe: Freud ou le bonheur contrarié.

more_horiz
NOU-JE a écrit:
Silentio a écrit:
La fourmi et l'abeille sont des animaux qu'on pourrait qualifier de sociaux.
Dans le sens où ils "vivent ensemble" mais l'organisation de la fourmilière ou de la ruche est inscrite dans le code génétique de chaque individu. Ce qui n'est pas le cas chez l'homme... C'est l'histoire qui se charge du reste...
Entre inné et acquis on ne peut connaître exactement comment se fait l'inter-action qui recèle encore à ce jour du mystère : alors bien sûr la porte est ouverte à toutes les interprétations possibles, y compris celle du matérialisme historique. Il se trouve que Freud en travaillant sur l'inconscient ouvre aussi des pistes, mais ce ne sont que des pistes qui n'ont toujours pas supprimé l'espace du doute... et c'est quand il n'y a plus doute qu'il y a dogmatisme...
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum