Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Une propriété du langage.

+4
Dienekes
Crosswind
Zingaro
laurent75
8 participants

descriptionUne propriété du langage. - Page 12 EmptyRe: Une propriété du langage.

more_horiz
Votre sujet exige une définition classique de la réalité ? Pourriez-vous justifier cette affirmation, et tant qu'à faire fournir la définition classique à laquelle vous pensez ?

descriptionUne propriété du langage. - Page 12 EmptyRe: Une propriété du langage.

more_horiz
Oui et non, je ne peux évidemment pas le justifier (mais je ne cherche pas à convaincre) puisque je n'exprimais qu'un élément de contexte dans lequel s'inscrivait ma compréhension des extraits.

descriptionUne propriété du langage. - Page 12 EmptyRe: Une propriété du langage.

more_horiz
Je vais vous réexpliquer le cheminement logique de ma pensée qui m'amena à vous poser la question portant sur ce que, dans l'extrait proposé, il fallait entendre par le vocable "réel".

Vous exprimez clairement votre problématique dans votre message du 21 novembre 2015, 17h50. Vous y mentionnez plusieurs fois le réel en opposant le concept à l'expérience sensible, tout en concluant par la question centrale : que sont donc les objets ? On ne peut donc faire abstraction de l'idée du réel, que l'on peut résumer par "qui existe de manière autonome". Lorsque vous évoquez la table servant l'histoire d'un roman, vous sous-entendez fortement qu'elle n'existe pas, qu'elle n'est qu'imaginée au travers d'un concept, et que le mot emprunté pointe vers une non-réalité, tandis que lorsque vous évoquez le mot "table" pointant vers un objet sensible, vous sous-entendez une existence "concrète". Or, on le sait, une table sensible ne peut être qualifiée de réelle pas plus que le concept de table. C'est donc bien un débat sur la réalité des choses qui est ici mené.

D'ailleurs, ne parliez-vous pas, dès le départ, de "chose en soi" ?

descriptionUne propriété du langage. - Page 12 EmptyRe: Une propriété du langage.

more_horiz
Le plus clair est l'extrait que j'ai cité. J'ai pu me "répandre" auparavant et dire beaucoup de choses mais cet extrait est la version la plus fidèle de ma pensée "première".

descriptionUne propriété du langage. - Page 12 EmptyRe: Une propriété du langage.

more_horiz
laurent75 a écrit:
Le plus clair sont les extraits que j'ai cités. J'ai pu me "répandre" auparavant mais c'est la version la plus fidèle de ma pensée.
Fort bien. Pourriez-vous alors, afin de clarifier le débat, exposer une nouvelle synthèse, avec vos propres mots, de ce que vous cherchez précisément ?

Car, lorsque je relis l'ensemble, franchement. Je vous cite une partie de votre premier message :
laurent75 a écrit:
C'est assez étonnant, je trouve, et ça me paraît une démonstration assez explicite, que nous n'appréhendons pas le réel en soi, mais toujours au travers de notre pensée qui crée avant tout des concepts (ici comme celui de structure, agencement).
Nous n'appréhendons pas le réel en soi, mais au travers de notre pensée : démonstration explicite.

Et vous vous étonnez que j'avance des arguments portant sur la nature des choses, de la transcendance, de la réalité ?
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum