Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Le monde est-il mathématique ?

+6
Badak
Lucien Cadet
mekeskidi
Euterpe
jem
fripouille
10 participants

descriptionLe monde est-il mathématique ? - Page 4 EmptyRe: Le monde est-il mathématique ?

more_horiz
Silentio,

Pour ma part, je ne prenais pas vraiment position, je disais qu'au contraire, tout dépendait de la définition et du poids qu'on donnait aux mots, en particulier, aux termes : "mathématiques" et "essence". Selon le sens des mots (avec portée métaphysique ou pas), on dira ce que l'on voudra, avec les mots que l'on choisira, car le choix du sens des mots définit aussi l'angle de vue que l'on choisit, et les limites que l'on s'impose (ou pas).

Ainsi, dans le sens que paraissent donner Alain Connes et Platon aux mathématiques, celles-ci ne semblent pas du tout se réduire à un langage humain, mais aussi faire référence, dans une acception bien plus large, à une harmonie logique et mathématique propre à la nature, qui fait que cette dernière s'ordonnance selon un  agencement tout à fait extraordinaire, vertigineusement complexe et précis, permettant même à la vie d'apparaitre, et au cerveau humain d'exister et d'observer cet ordonnancement. (je dis cela, au passage, pour montrer que l'on peut éventuellement considérer que l'intelligence de l'homme, ainsi que toutes choses, existent déjà, sous forme latente et subtile, avant même que la vie n'apparaisse, puisque rien ne saurait être tiré d'un néant absolu. Ainsi, les capacités de conception mathématique et logique de l'homme ne seraient qu'un infime miroir de ce qui se passe à une échelle bien plus grande, celle de l'univers).
Quand il faut un Soleil pour que la vie apparaisse sur Terre, il en faut 1 et pas 2, ni 3, quand il faut une Lune, on en a une et pas 2 ou 3 ou 0, etc, il s'agit d'un décompte réel sans compter, un décompte qui se fait en substance, par harmonie universelle, et ce n'est pas un langage à ce stade-là, mais la vie elle-même qui s'organise de façon logique et mathématique, car tout est uni et interdépendant à un niveau sublime, comme tend à le montrer la physique quantique, en constatant que, dans l'infiniment petit, il n'y a pas de séparation, par exemple, entre une chaise et un homme, tout étant fondu dans une énergie unique.
Considérons un arbre. Pour exister, il a eu besoin d'une certaine quantité d'eau, d'une certaine quantité de terre, d'une certaine dose de Soleil, d'une certaine dose de Lune, d'une certaine température, etc, et il n'y avait aucun cerveau humain pour calculer et décider de tout cela. Et malgré qu'il n'y ait besoin d'aucune équation, ni d'aucun symbole rédigés par l'homme, ces quantités et ces qualités se sont harmonisées et mises en place, sous formes d'équations subtiles (i.e. non exprimées sous forme de symboles car non humaines) dans la nature, et selon un décompte parfait et difficilement concevable pour l'homme. Donc, même sans langage ni symboles humains, les mathématiques ont bien été présentes dans l'ordonnancement de la nature, et il arrive que l'homme, parfois, arrive à découvrir et à retranscrire cette réalité mathématique, sous formes d'équations et de symboles, mais ce n'est pas du tout systématique, il ignore la plupart des choses, de sorte que les mathématiques sont plus vastes et existent bien plus en raison de la complexité impressionnante de la nature, que par le peu d'équations que l'homme a réussi à en tirer.
C'est dans ce sens que, je crois, Alain Connes dit que les mathématiques existent déjà en substance dans la nature, avant d'être découvertes.

Bien entendu, on peut aussi imaginer un état de conscience transcendant, où les mathématiques ne seraient considérées que comme un concept ontologique, relatif, limité, et quelque peu irréel, ne décrivant pas réellement la nature, c'est très possible et je suis parfaitement d'accord avec ça, mais bon, cela tuerait tout débat...

En somme, les mathématiques ne sont un langage et des symboles que lorsque l'homme les découvre et les conceptualise, mais, avant cela, elles sont intrinsèquement déjà présentes dans la nature, non pas en tant que "langage humain" , mais en tant que foisonnement harmonieux et logique de la Vie (puisque "tout est 1", dans l'absolu, selon la physique quantique et selon un grand nombre de philosophies et spiritualités du monde).

descriptionLe monde est-il mathématique ? - Page 4 EmptyLe monde est-il mathématique ? (sujet de master)

more_horiz
Parler des mathématiques ne se résume pas à l’arithmétique. Les calculs ne révèlent qu'une partie des mathématiques. Il existe une géométrie dans l’espace.
Mais vous dites aussi que le choix du sens des mots détermine l'angle de vue que l'on choisit, et les limites que l'on s'impose. En effet.

[Suppression des passages incohérents - Euterpe]

descriptionLe monde est-il mathématique ? - Page 4 EmptyRe: Le monde est-il mathématique ?

more_horiz
Silentio a écrit:
En quoi le fait d'exprimer le monde en termes de rapports mathématiques fait-il que l'essence de ce qu'on décrit est constitué des mathématiques (au lieu de ne figurer qu'une correspondance) ? Autrement dit : le symbolisme des mathématiques est employé pour décrire non les choses mais leurs relations. Mais cela reste un langage. Cela peut donc relever bien plus de nous, du rapport que nous instaurons au réel, que de ce dernier.  
Cela dit, le paradoxe si l'on traite les mathématiques en termes de sens, c'est qu'elles n'ont aucune signification en soi : elles ne disent rien par elles-mêmes ni ce qu'est le monde, mais décrivent comment il est.

C'est exactement ce que je pense mot pour mot. Non, le monde n'est pas mathématique effectivement.

Les mathématiques ne disent rien du monde, elles ne sont qu'un langage qui permet de parler à soi-même ou discuter avec quelqu'un autrement et mieux qu'avec un langage primaire ou littéraire, et si c'est le langage le plus valide pour parler du monde réel, on ne peut pas considérer pour autant que ce langage constitue l'essence de la réalité qui nous entoure.

[Suppression de la suite du message - Euterpe]
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum