Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Révisionnisme et négationnisme.

+3
JimmyB
Intemporelle
Plume
7 participants

descriptionRévisionnisme et négationnisme. EmptyRévisionnisme et négationnisme.

more_horiz
Ce sujet est brûlant et me tient particulièrement à cœur depuis quelque temps, et pour cause : une personne pour laquelle j'ai une grande estime, et avec qui je corresponds depuis de longues années, vient de m'avouer il y a peu approuver certaines thèses révisionnistes, en majorité concernant la deuxième guerre mondiale (puis, sur un ton légèrement moins grave, le pire étant dit, au sujet des événements du 11 Septembre 2001). Je pensais n'avoir aucun tabou, et être capable d'affronter n'importe quel problème sans réticences, pourtant quelque chose s'est éveillé en moi, subitement, à l'annonce de ces positions extrêmes (je ne parle pas encore de négationnisme) défendues corps et âme par mon interlocuteur, qui au fil des années de dialogue s'était avéré être une personne d'une grande culture, dotée d'une sensibilité rare et que je considérais, peu ou prou, comme un maître. Il y a comme un avertissement moral, une voix intérieure qui me somme de ne pas douter de tout. Et effectivement, je n'ai pu envisager une seule seconde adopter son point de vue. Malgré mon profond respect et son autorité qui s'était naturellement imposée, le lien s'est rompu presque automatiquement. Ma réaction fut quasi-épidermique.


Est-ce ainsi qu'un philosophe se comporte ? Faut-il aller écumer les théories en question pour se permettre de répliquer ? L'histoire n'est pas, c'est évident, une matière inerte qui serait posée comme une ligne composée d'éléments successifs, qu'il n'y aurait qu'à montrer aux yeux de tous pour en valider l'authenticité : il est toujours question d'interprétation de faits, de preuves et d'absence de preuves, mais plus loin encore, il est surtout question de point de vue adopté, à la manière d'un R. Aron qui prétend qu'aucune interprétation adéquate au réel n'est possible car l'historien est toujours pris dans un horizon culturel. Notre regard sur l'histoire porte déjà en lui cette histoire, prise comme un tout achevé ayant début et fin, et c'est après coup que nous nous employons à en déceler le sens. L'historien reconstruit à l'aide de vestiges d'un temps révolu une représentation des plus probables de ce que fut ce moment dans la vie des hommes, et la chose est d'autant plus probante que nous disposons aujourd'hui de techniques nouvelles pour témoigner de la véracité de faits.

Pourtant n'est-ce pas en ce siècle qu'ont fleuri les plus scandaleuses théories révisionnistes et négationnistes ? N'est-ce pas en ce siècle, où justement les moyens d'apporter des preuves concrètes de ce qui s'est passé se sont tant diversifiés et perfectionnés, que la mise en question voire la négation pure et simple de faits d'histoire a pris l'ampleur qu'on lui connaît ? Je trouve cela pour le moins paradoxal, il n'y a pas un seul événement qualifiable de "grave" aujourd'hui qui ne trouve ses interprètes. La magie d'internet fait son office, proposant à qui souhaite les lire ou les visionner des documents pseudo-scientifiques appuyant les thèses les plus improbables et aliénant le jugement des personnes même les plus difficiles à manipuler. Ou du moins, en apparence, puisqu'il s'avère que je me suis trompé en beauté sur le compte de mon correspondant.


Je n'irai pas jusqu'à dire qu'il y a une attirance inhérente de l'homme moderne pour les théories du complot, mais comment interpréter ce phénomène étrange qui pousse certains à nier l'évidence au profit d'une vérité alternative ? Comment peut-on dire : "ce n'est pas possible" ? Et surtout, pourquoi me suis-je trouvé incapable de répondre ? Devant la pure négation de l'histoire telle qu'on me l'a enseignée depuis ma naissance, je me suis retrouvé nu. Rien à rétorquer, et pas même l'envie de creuser la question... Faut-il à son tour, nier la négation, faire comme si l'on n'avait rien entendu et passer à autre chose ?


Il est devenu courant de se trouver confronté, pour un même fait historique, à différents points de vue, souvent diamétralement opposés les uns aux autres. Quoi qu'il puisse se produire, il semble rassurant de se dire que quelque entité omnisciente et omnipotente nous ment. Cela nous permet d'imaginer toutes sortes de théories extravagantes et proprement irréfutables, car elles sapent, ou tentent de saper les assises de la position adverse ; c'est d'ailleurs une méthode quasi-imparable, car une fois que l'on a décelé une approximation, voire une erreur, dans la version communément adoptée par les manuels d'histoire (témoignage douteux, preuve discutable car périssable) et qu'on l'a niée purement et simplement comme ayant même existé, alors sur quoi peut bien reposer la contre-attaque susceptible de s'ensuivre ? Tel témoin s'est contredit lors de son audition, on extrapole et rien, dès lors, de ce qu'il pourra dire ne tiendra lieu de preuve. Appliquée à l'ensemble d'une interprétation d'un fait historique, cette méthode permet, en contrepoint, d'affirmer tout et n'importe quoi. Les machinations les plus complexes sont envisagées, de sorte que l'histoire paraît avoir, sous ce jour nouveau, plus de sens. Un des arguments qui m'ont été soumis était de ce genre là : "imagine un seul instant, n'est-ce pas une pensée qui fait sens, n'est-ce pas plus compréhensible si on le conçoit de cette manière ?" En quoi est-il nécessaire de trouver du sens là où, peut-être, il n'y en a pas ? En quoi le fait que tel événement soit impensable le rend-il impossible ? Il suffit de faire une énumération non exhaustive des théories les plus répandues pour constater que bien souvent, tout argumentaire se trouve dans l'impuissance de prouver qu'il y a supercherie : la zone 51 et ses soucoupes volantes, le secret des pyramides extraterrestres secrètement percé par les nazis, ou encore le complot américain des tours jumelles. Loin de moi l'idée d'affirmer ou d'infirmer ici quoi que ce soit mais il semble clair que tout ceci tend à se répandre de plus en plus et que parfois, au fil d'une discussion, l'un de nos interlocuteurs se met à exposer une fantaisie de ce type sans qu'on soit en mesure de lui répondre quoi que ce soit...


Je me trouve donc dans l'incapacité de poser correctement ce problème. Car un autre argument, encore plus fourbe, invoque ma liberté de penser comme dernier rempart, de sorte que refuser le débat, ne pas m'approprier la position adverse pour mieux la comprendre, revient à mettre des œillères et à accepter de ne pas, en ce cas précis, être assez courageux pour philosopher. A mon sens le courage dans une telle situation consiste précisément à ne pas se laisser convaincre par faute de preuve ; car l'idée même de "preuve" est subversive, comme violée, détournée ; plus rien, partant de là, ne peut plus être vrai. Il ne s'agit pas d'un doute cartésien mal placé ; c'est une quête obstinée, désespérée de sens, maladive, aveugle et aveuglante, qui peut-être témoigne d'un malaise plus profondément enraciné en chacun de nous. Il faut, à en croire ces fables d'un nouveau genre (pour moi en tout cas), que tout ce qui apparaît comme fortuit, toute contingence ne puisse que cacher une nécessité, que d'aucuns s'efforceraient de garder secrète.


Bref, j'aurais grand besoin d'un avis éclairant sur la question, car comme vous vous en doutez ces choses-là ne sont pas au programme en licence, et c'est un sujet très délicat à aborder quel que soit le contexte.

descriptionRévisionnisme et négationnisme. EmptyRe: Révisionnisme et négationnisme.

more_horiz
Il est devenu courant de se trouver confronté, pour un même fait historique, à différents points de vue, souvent diamétralement opposés les uns aux autres.

Point de vue que l’historien se doit d’étayer par l’étude de sources. Étude soumise à une méthodologie très précise.

Quoi qu'il puisse se produire, il semble rassurant de se dire que quelque entité omnisciente et omnipotente nous ment. Cela nous permet d'imaginer toutes sortes de théories extravagantes et proprement irréfutables, car elles sapent, ou tentent de saper les assises de la position adverse ; c'est d'ailleurs une méthode quasi-imparable, car une fois que l'on a décelé une approximation, voire une erreur, dans la version communément adoptée par les manuels d'histoire (témoignage douteux, preuve discutable car périssable) et qu'on l'a niée purement et simplement comme ayant même existé, alors sur quoi peut bien reposer la contre-attaque susceptible de s'ensuivre ?

En quoi est-ce rassurant ? D’autre part, l’Histoire évolue en fonction des découvertes. Fustel de Coulanges voit dans Sparte un début de communisme, il se trompe magistralement. Au niveau des connaissances propres à son époque, il reste à l’avant-garde.

Tel témoin s'est contredit lors de son audition, on extrapole et rien, dès lors, de ce qu'il pourra dire ne tiendra lieu de preuve. Appliquée à l'ensemble d'une interprétation d'un fait historique, cette méthode permet, en contrepoint, d'affirmer tout et n'importe quoi.

Il est difficile de justifier le « n’importe quoi ».

Je me trouve donc dans l'incapacité de poser correctement ce problème. Car un autre argument, encore plus fourbe, invoque ma liberté de penser comme dernier rempart, de sorte que refuser le débat, ne pas m'approprier la position adverse pour mieux la comprendre, revient à mettre des œillères et à accepter de ne pas, en ce cas précis, être assez courageux pour philosopher.

Sans aller jusqu’à l’appropriation, vous pouvez débattre en vous basant sur des faits historiques. Les négationnistes nient les chambres à gaz, Auschwitz existe. Ils prétendent que c'est une invention, demandez des preuves. En l'absence de preuves...

descriptionRévisionnisme et négationnisme. EmptyRe: Révisionnisme et négationnisme.

more_horiz
Bonjour Plume,
Vous devriez lire Les Assassins de la Mémoire, de Pierre Vidal-Naquet, si ce n'est pas déjà fait.

Refuser de répliquer face à un négationniste ou un révisionniste, ce n'est pas refuser le débat à mon sens, précisément parce qu'un révisionniste ne débat pas. Le débat présuppose un certain éthos auquel le révisionniste ne peut se soumettre :
1. la théorie du complot, rempart permanent utilisé pour discréditer l'adversaire, rend impossible le jeu de l'argumentation propre au débat ;
2. le nivellement de tous les discours (la parole historique n'est plus un discours scientifique, au sens où elle doit répondre à des règles précises de scientificité et doit en répondre devant une communauté scientifique, mais une parole comme une autre), entrave également tout débat possible. 

Concernant vos interrogations sur notre époque, et sur le fait que les théories du complot prolifèrent, alors même que les moyens d'apporter des preuves se sont diversifiés et perfectionnés, il y aurait bien des choses à dire, je me contenterai cependant de deux remarques :

- il ne faut pas perdre de vue la spécificité du génocide juif, en ce que la logique nazie est d'entrée de jeu une logique qui rend possible le révisionnisme, dès le début était visé l'effacement des traces, d'une part par l'accomplissement de la réification des victimes, de telle sorte qu'elles ne puissent plus témoigner (cf. l'ouvrage remarquable d'Agamben, Ce qui reste d'Auschwitz, qui évoque la question du témoin intégral, de celui précisément qui ne peut plus témoigner, parce que le processus de réification à été mené à son terme, et qui renvoie à la figure du "musulman" dans les camps), d'autre part par la tentative de faire disparaître les preuves présentes dans la conception même de la solution finale (usage du four crématoire). Le génocide rwandais offre un bon élément de comparaison sur ce point : il ne laisse que très peu prise au révisionnisme d'une part parce que c'est un génocide qui ne concerne pas que des "troupes spéciales" mais qui implique tout un peuple, non seulement dans l'acte de dénoncer, mais aussi et surtout, dans l'acte de tuer, d'autre part — et cela découle directement de la première caractéristique — parce que c'est un génocide médiatisé (cf. la Radio des Milles Collines) qui vise donc dès le départ, à l'intérieur des frontières nationales, à capter la plus grande audience possible, alors que dans le cas du génocide juif, on a cherché jusqu'au bout à cacher la réalité de ce qui se passait à la population et aux victimes elles-mêmes ; et enfin, le rapport au dépouilles des victimes n'est pas du tout le même, on a moins cherché à cacher les corps dans le cas du génocide rwandais, dans la mesure où exhiber ses dépouilles, "son" nombre de morts quotidiens, était un motif de prestige. Le révisionnisme dans le cas du génocide juif est tout sauf un hasard, c'est une composante et une résultante de la logique nazie. 

- par ailleurs, le trait marquant de notre époque, à mon sens, est avant tout l'autonomisation de la technique comme système (analysée notamment par Jacques Ellul ou Günther Anders), et la transformation progressive de l'homme non plus en acteur, mais en agent de l'histoire (cf. Arendt, Condition de l'homme moderne) et des actions humaines en opérations. Alors qu'Arendt dénonçait en Eichmann un "manque d'imagination", source de la possibilité même de la banalité du mal, un auteur comme Anders y voit une infirmité propre à tous les hommes, au sens où, comme il l'écrit dans Nous, Fils d'Eichmann, "entre nos capacités de fabrication et notre capacité de représentation, un fossé s'est ouvert qui va s'élargissant de jour en jour". La technique rend possible la méchanceté sans haine (Anders, Désuétude de la méchanceté), par pure poursuite de l'efficacité (cf. la description qu'Arendt fait d'Eichmann, pas particulièrement antisémite, mais fonctionnaire efficace obéissant aux ordres). Dans le contexte philosophico-culturel qui est le nôtre, marqué par le paradigme du sujet et de la rationalité, une telle autonomisation du système technicien a quelque chose de proprement terrifiant. C'est une des raisons de la prolifération des théories du complot : il est plus rassurant de chercher une rationalité, des acteurs qui tirent les ficelles, une logique humaine caractérisée par des fins, que d'admettre l'autonomisation du système technicien. Il est plus rassurant de se dire qu'il y a un petit groupe d'individus aux commandes de notre économie par exemple, plutôt que d'admettre qu'on est dans un système économique où la finance s'est autonomisée et fonctionne selon une logique qui lui est propre, et qui n'est pas réductible à une rationalité humaine. D'où cette recherche effrénée de sens que vous pointez par ailleurs, parce qu'on ne veut pas admettre qu'on est pris dans un engrenage technicien qui signifie à terme la mort du sens (dans une acception anthropologique du terme, le sens étant le propre de la condition humaine), si l'on n'en accepte pas la perte.

descriptionRévisionnisme et négationnisme. EmptyRe: Révisionnisme et négationnisme.

more_horiz
Intemporelle a écrit:
Refuser de répliquer face à un négationniste ou un révisionniste, ce n'est pas refuser le débat à mon sens, précisément parce qu'un révisionniste ne débat pas. Le débat présuppose un certain éthos auquel le révisionniste ne peut se soumettre : 1. la théorie du complot, rempart permanent utilisé pour discréditer l'adversaire, rend impossible le jeu de l'argumentation propre au débat ; 2. le nivellement de tous les discours (la parole historique n'est plus un discours scientifique, au sens où elle doit répondre à des règles précises de scientificité et doit en répondre devant une communauté scientifique, mais une parole comme une autre), entrave également tout débat possible. 


Se pose la question de savoir comment combattre un discours négationniste — ou plus généralement complotiste. Mis à part le démontage systématique des arguments par l’analyse historique, je ne vois pas d’autre alternative. J'entends bien qu'on ne donne pas à boire à un âne qui n'a pas soif, mais le propagation de ces idées est un réel danger — tout en sachant qu'interdire ces discours ne fait que légitimer leur position victimaire et soupçonneuse.

descriptionRévisionnisme et négationnisme. EmptyRe: Révisionnisme et négationnisme.

more_horiz
Eunomia a écrit:
Se pose la question du comment combattre un discours négationniste — ou plus généralement complotiste. Mis à part le démontage systématique des arguments par l’analyse historique, je ne vois pas d’autre alternative. J'entends bien qu'on ne donne pas à boire à un âne qui n'a pas soif, mais la propagation de ces idées est un réel danger — tout en sachant qu'interdire ces discours ne fait que légitimer leur position victimaire et soupçonneuse.

Ces personnes ne conçoivent l'histoire que comme le produit de l'interprétation qu'en font les vainqueurs. Vous ne pourrez convaincre les adeptes de ces farces par des arguments logiques ou factuels, ou même scientifiques.
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum